Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

« Papa, qu'est-ce que j'ai peur »: Le terrifiant message d'Emiliano Sala envoyé depuis l'avion

Publié par wikistrike.com sur 23 Janvier 2019, 09:15am

Catégories : #Social - Société, #Sport - exploit

« Papa, qu'est-ce que j'ai peur »: Le terrifiant message d'Emiliano Sala envoyé depuis l'avion

Le footballeur argentin, disparu depuis lundi soir, avait, sur un message décerné à ses proches, fait état de sa peur avant de reprendre l'avion vers Cardiff.

 

«Qu'est-ce que j'ai peur!»: le footballeur argentin Emiliano Sala avait envoyé un message vocal à des proches dans lequel il s'inquiétait de l'état de l'avion, toujours introuvable mercredi matin après sa disparition lundi soir au-dessus de la Manche. Les paroles de l'attaquant de 28 ans, transmises via la messagerie WhatsApp et révélées mardi soir par le quotidien sportif argentin Olé, apparaissent rétrospectivement glaçantes, mais sont prononcées sur un ton assez calme, et ponctuées de bâillements.«Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff», dit Sala. «Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le. Papa, qu'est-ce que j'ai peur!», ajoute-t-il, sur un fond sonore évoquant celui d'un aéronef.

« Papa, qu'est-ce que j'ai peur »: Le terrifiant message d'Emiliano Sala envoyé depuis l'avion
« Papa, qu'est-ce que j'ai peur »: Le terrifiant message d'Emiliano Sala envoyé depuis l'avion

Le monomoteur Piper PA-46 Malibu emprunté par le joueur, effectuant le trajet Nantes-Cardiff, a disparu des radars lundi soir vers 20h20 GMT, à une vingtaine de km au nord de l'île anglo-normande de Guernesey. Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait précisé lundi soir que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5.000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2.300 pieds avant d'échapper aux radars.

Les recherches, entamées lundi soir, ont duré «quinze heures» et couvert près de 3.000 kilomètres carrés, selon la police. Elles ont dû être interrompues mardi au coucher du soleil, reportant de plusieurs précieuses heures les chances de détecter tout signe de vie. Sous la direction des garde-côtes de Guernesey, avec des moyens britanniques et français, ces recherches devaient reprendre mercredi dès l'aube pour tenter de localiser d'éventuels débris.

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents