Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Gilets jaunes : de la poudre lacrymogène diffusée samedi par un blindé, une première

Publié par wikistrike.com sur 18 Mars 2019, 10:00am

Catégories : #Social - Société

Gilets jaunes : de la poudre lacrymogène diffusée samedi par un blindé, une première

Propulsée par de l’air comprimé, cette poudre lacrymogène est plus intense que le gaz contenu dans les grenades. La gendarmerie a confirmé son usage samedi à Paris.

En marge du 18e acte parisien des Gilets jaunes, les forces de l’ordre ont employé ce samedi un nouvel instrument dans la panoplie du maintien de l’ordre. Selon les informations de Libération, un fameux gaz sous forme de « poudre incapacitante » a été diffusé dans l’après-midi par un véhicule blindé de la gendarmerie.

Le service d’informations et de relations publiques des armées (SIRPA) a justifié cet usage « pour disperser une foule hostile et de plus en plus violente sur le secteur de l’Arc de Triomphe ». L’ordre aurait ainsi été « donné aux unités par la préfecture de police ». La préfecture de police précise que ce « gaz poudre » a été diffusé « en petites poussées ».

Un journaliste du média indépendant Taranis News avait accusé dès samedi après-midi les forces de l’ordre de s’en être servi, vidéo à l’appui. Seulement, la scène se déroulait cette fois aux abords des Champs-Élysées. On y voyait un gaz s’échapper d’un de ces véhicules blindés à roues (VBRG).

« Plus concentré et incapacitant » que dans les grenades

Ces « disperseurs » de poudre lacrymogène (visible en haut à droite face à l’engin) avaient été au cœur d’un imbroglio début décembre, au lendemain de l’acte 4 des Gilets jaunes. L’hebdomadaire parlait alors d’une « arme secrète » et d’un « liquide incapacitant », capable d’« arrêter net » les manifestants, « mettant les gens à terre, même avec des masques ».

Propulsée par de l’air comprimé, cette poudre sous pression peut être équivalente à 200 grenades lacrymogènes, dont les blindés sont aussi équipés. Une source au ministère de l’Intérieur contactée en décembre dernier par Le Parisien utilisait elle aussi le mot « incapacitant » pour évoquer la poudre lacrymogène stockée dans le VBRG. Elle précise qu’elle serait en effet « plus concentrée, plus incapacitante » que la formule classique contenue dans les grenades, sans pour autant avoir les effets évoqués par Marianne.
 

À l’époque, les gendarmes expliquaient ne pas y avoir eu recours le 8 décembre et même « depuis plusieurs années ». Son emploi ce 16 mars est donc une première depuis le début du mouvement des Gilets jaunes.

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents