Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique

Publié par wikistrike.com sur 15 Mars 2019, 14:46pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Social - Société

 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique
 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique
 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique
 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique
 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique
 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique

Suivez en direct la manifestation des jeunes pour le climat. La "Grève mondiale pour le futur" est promue par l'adolescente suédoise Greta Thunberg.

Pourquoi devrions nous travailler sur notre avenir
 s'il n'y a pas d'avenir ?" C'est le mot d'ordre de la Grève mondiale pour le futur, organisée ce 15 mars 2019. A Paris, le rassemblement est important au Panthéon, dans le 5e arrondissement de la Capitale, comme a pu le constater le journaliste de Sciences et Avenir Hannibal Watchi, présent sur place. Le cortège est parti vers 13h, direction Montparnasse, puis Invalides.

Direction Montparnasse

Le cortège marche en direction de Montparnasse. Il y là plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Tellement en fait que le cortège a du mal à avancer et est, un temps, scindé en deux. L'ambiance est festive et bon enfant, comme peut le constater notre journaliste.

 

Source

Printemps écologique et social

 

Nous sommes aujourd’hui des millions, prêt·es à résister, à déployer les alternatives, à demander des comptes au gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe en tête, mais aussi aux multinationales et aux banques. Il est temps de changer de système politique et économique, pour protéger l’environnement, la société et les individus. Notre printemps sera climatique et social. Le 15 mars, la jeunesse sera en grève partout en France et dans le monde pour réclamer des mesures concrètes pour le climat. Le 16 mars, nous marcherons ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander un changement de politique immédiat. Plus de 70 évènements sont déjà prévus à travers toute la France : joignez-vous à la mobilisation !

[MOBILISATION] : Soyons nombreuses et nombreux à descendre dans les rues ce 16 mars ! Vous pouvez retrouver ici la carte des évènements prévus en France. Pour les personnes qui se mobilisent à Paris, rendez-vous dès 12h, Place du Trocadéro. Le cortège « Affaire du siècle » partira également du Trocadéro à 12h : rendez-vous au 87 rue Kleber pour nous rejoindre ! Retrouvez l’événement ici !

1. Nous sommes entrés dans l’ère de l’urgence climatique

Malgré l’alerte des scientifiques, les émissions de CO2 continuent de grimper au niveau mondial. Elles ont augmenté de 2,2 % par an entre 2005 et 2015 au niveau global. En 2017, la concentration de CO2 a atteint un niveau record (405, 5 ppm) – et nous attendons les chiffres pour 2018. Les 4 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial. Et 2018 l’année la plus chaude enregistrée en France depuis 118 ans !

Le GIEC a publié un rapport en octobre 2018 sur les impacts d’un réchauffement de +1,5°C (et au delà) et sur les actions à engager pour éviter ce réchauffement. Ses conclusions sont alarmantes : l’augmentation globale des températures est plus rapide et les conséquences du changement climatique plus graves que prévues.

Selon une étude publiée au début du mois de février 2019 par les météorologues britanniques du Met Office, un réchauffement global de +1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels pourrait même être atteint avant 2023.

 

Nouvelles épidémies, extinctions de masse, hausse brutale des inégalités, multiplication des sécheresses, désertification, pénuries d’eau, impacts sévères sur les récoltes, etc : ensemble, mobilisons-nous pour changer le système politique, économique et social – pas le climat !

2. Soutenir la jeunesse en grève pour le climat

Un rapport de l’organisation humanitaire espagnole DARA, commandé par le Climate Vulnerable Forum (CVF), montre que la crise climatique fait déjà de nombreuses victimes. Chaque année, la famine et les maladies qui résultent du changement climatique, auquel s’ajoute la pollution de l’air, serait responsables de plus de 5 millions de décès. Un chiffre qui pourrait atteindre les 6 millions de morts par an d’ici à 2030 si nous ne changeons pas de trajectoire.

Les jeunes du monde entier sont en première ligne : celles et ceux qui sont aujourd’hui à l’école, au collège, au lycée, à l’université vivront vraisemblablement sur une planète qui aura déjà été minée. Leur vie sera touchée de plein fouet par le changement climatique et ses impacts économiques et sociaux dévastateurs.

En Franceplus de 129 évènements sont déjà prévus le 15 mars. Au lendemain de cette grève d’une nature et d’une ampleur inédite, le 16 mars, soyons nombreuses et nombreux pour soutenir cette jeunesse qui se lève pour le climat.

3. L’inaction de nos dirigeants ne peut plus durer

Les preuves scientifiques sont là. Les solutions sont là. Les technologies sont là. Et pourtant, les gouvernements du monde entier n’en font pas assez pour répondre à l’urgence climatique. À la COP24, en décembre dernier, les États ont, une fois de plus, manqué une occasion de répondre à l’urgence climatique.

Forte présence des lobbies et du secteur privé dans les couloirs de la COP, pays riches qui jouent la montre et préfèrent défendre leurs intérêts industriels dans un contexte international : les États ne sont pas parvenus à rehausser leurs ambitions climatiques et n’ont pour l’instant pas pris en compte le rapport spécial des scientifiques du GIEC de 2018 invitant à limiter le réchauffement du climat à +1,5°C.

En France, Emmanuel Macron a tenté de se construire une image de champion du climat. Mais la communication du président français et de son gouvernement ne résiste pas à l’épreuve des faits.

La démission de Nicolas Hulot, le feu vert donné à plusieurs projets climaticides (forages en Guyane, autorisation donnée à la raffinerie de Total à la Mède), l’aversion d’Emmanuel Macron pour toute régulation contraignante envers les entreprises, les reculs contenus dans les plans climat-énergie présentés (en contradiction avec la loi sur la transition énergétique et la croissance verte votée en 2015),le gel de la taxe carbone, son absence à la COP24, pourtant cruciale, ont démontré quelle était la stratégie inacceptable d’Emmanuel Macron sur le climat : le grand écart permanent entre les beaux discours et les actes.

Face aux 2 millions de soutiens de l’Affaire du siècle, le gouvernement français a fini par s’exprimer à la fin du mois de février. Mais ne l’a fait que pour discréditer l’initiative des ONG et ses 2 millions de signataires, verdir son action et appeler les français à une mobilisation collective autour de changements de comportements.

Grève scolaire mondiale pour le climat : une mobilisation record attendue

 L’espoir- A Paris comme partout sur Terre, la jeunesse manifeste pour une véritable révolution climatique

Des milliers d'étudiants manifestent contre l’inaction climatique au quatre coins du globe. Des rassemblements dans plus de 100 pays sont prévus pour une journée de mobilisation qui s'annonce historique.

Des milliers d’étudiants sèchent les cours vendredi pour appeler leurs dirigeants à l’action contre le réchauffement climatique. Des manifestationsprévues dans plus d’une centaine de pays.

Plusieurs rassemblements sont en cours dans les grandes villes européenes, notamment à Copenhague, à Rome, à Vienne, à Madrid et à Berlin. Dans la capitale allemande, des milliers d’étudiants ont entamé une marche qui se terminera sous les fenêtres de la chancellerie fédérale. À Paris, des milliers d'étudiants partent des Champs Élysées en direction de Concorde puis de la place de la République.

Plus tôt, des rassemblements d'ampleur ont eu lieu en Asie et en Océanie, notamment à New Delhi, Hong Kong et Wellington.

Il n'y a pas de planète B

Les manifestants reprochent aux gouvernements de ne pas mettre en place les mesures nécessaires pour maintenir les émissions de gaz à effet de serre sous la barre des 2° C. Les jeunes Polonais ont marché sous la pluie pour demander l’interdiction de brûler du charbon qui produit du dioxyde de carbone en masse.

Plus tôt à New Delhi, c’est la mauvaise qualité de l’air que les jeunes étaient venus dénoncer alors qu’à Paris, un groupe d’activiste a bloqué le siège de la Société Générale pour fustiger les investissements "nocifs" pour la planète de la grande banque internationale. Partout les jeunes ont rivalisé de créativité avec des pancartes aux slogans évocateurs tel que "Il n'y a pas de planète B", "Trop chaud pour l'école" ou encore "Ne niez pas le changement climatique".

Une mobilisation historique

Jeudi soir, la jeune Suédoise Greta Thunberg a salué sur twitter une mobilisation record.

La jeune étudiante, qui proteste tous les vendredi devant le Parlement de Stockholm depuis août, a initié le mouvement qui a pris une ampleur internationale grâce aux réseaux sociaux.

Considérée aujourd’hui comme la porte-parole du mouvement, Greta Thunberg a depuis été invitée à s’exprimer lors de la COP24 en Pologne ainsi qu’au forum économique de Davos.

 

Source 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents