Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un désastre validé par l’Australie : la Grande barrière de corail bientôt souillée par une mine

Publié par wikistrike.com sur 11 Avril 2019, 09:28am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Un désastre validé par l’Australie : la Grande barrière de corail bientôt souillée par une mine

Le gouvernement australien vient d’approuver et de valider un projet de mine géante qui se situe juste à côté de… la Grande barrière de corail, le plus grand récif corallien au monde. 28 millions de tonnes de pétroles devraient y être produites chaque année, pour s’exporter ensuite en Inde.

EN QUOI CONSISTE LE PROJET MINIER ?

Le projet minier est aux commandes du conglomérat indien Adani, qui produit de l’électricité, notamment avec du charbon. Adani est le plus grand développeur et exploitant portuaire d’Inde, et a donc la volonté d’exploiter les ressources australiennes dans le cadre de son activité. Une fois produites, les tonnes de pétrole passeront en transit dans un port proche de la Grande barrière de corail, puis voyageront jusqu’en Inde.

Le projet pèse 20 milliards de dollars australiens, soit 12 milliards d’euros, une somme astronomique. Mais malgré son poids économique, il a rencontré de nombreux problèmes judiciaires et réglementaires, et a donc accumulé plusieurs années de retard. Un pas vient toutefois d’être franchi, car la ministre de l’Environnement, Melissa Price, a annoncé que le gouvernement validait le projet. « Ce projet a été soumis au processus d’approbation le plus rigoureux qui ait jamais été conduit pour un projet minier en Australie », a-t-elle ajouté.

Lucas Dow, le directeur de la filiale d’Adani en Australie, s’en est réjouit en assurant que le projet était bien « durable sur le plan environnemental ». Il ne manque maintenant plus que les accords de l’État du Queensland, ainsi que des autorités locales. 

QUELLES SONT LES RÉACTIONS EN AUSTRALIE ?

Le projet minier vient donc d’être approuvé par le gouvernement australien conservateur. Mais, au sein même du parti, les politiques n’étaient pas tous d’accord. La population australienne reste également très partagée car le projet peut apporter presque autant de bienfaits que de conséquences désastreuses. 

En effet, le projet qui pèsent plusieurs milliards d’euros, aura des retombées financières sans précédent et va permettre la création de nombreux emplois. Mais, le prix à payer pour une économie florissante est de détériorer la Grande barrière de corail, un lieu qui subjugue tant par sa beauté que sa diversité. Mais, comme nombre de paysages naturels, la Grande barrière de corail est aujourd’hui détériorée par de nombreuses menaces : ruissellements agricoles, coulées de boue

S’il y a bien en Australie des personnes contre le changement climatique et le projet, il s’agit des activistes écologistes. Ils restent fermement opposés à la mine, qui va exploiter 60 millions de tonnes de charbon chaque année, et générer plus de 130 millions de tonnes de gaz à effet de serre. Christian Slattery, s’est exprimé à ce sujet dans un communiqué de la Coalition australienne pour la conservation : « Les parlementaires de la coalition qui sont amoureux du charbon semblent avoir tordu le bras de la ministre de l’Environnement pour qu’elle accorde à Asani, à la veille de l’élection, l’accès aux précieuses nappes phréatiques du Queensland ».

En effet, comme l’expliquent les écologistes, l’annonce du gouvernement tombe à seulement un mois de la tenue des élections. D’après les sondages et estimations, le gouvernement conservateur en place devrait être renversé par l’opposition travailliste, qui est donnée gagnante. Le parti de gauche remettra-t-il en cause le choix du gouvernement actuel ? Rien est moins sûr, car une fois encore, les avis sont différents et partagés entre la création de centaines voire de milliers d’emplois, et les conséquences environnementales potentiellement désastreuses sur la Grande barrière de corail. Donc, même si le gouvernement change le mois prochain, le projet minier Adani pourrait quand même voir le jour.

 

Source

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents