Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’ONU confirme que l’humain est un fléau pour la nature

Publié par wikistrike.com sur 9 Mai 2019, 11:57am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

L’ONU confirme que l’humain est un fléau pour la nature

n nouveau rapport consternant de l’Organisation des Nations unies (ONU), l’évaluation la plus complète du genre, révèle notre impact dévastateur sur la nature.

Ah, les humains, tellement de potentiel, mais si peu perspicace. Nous détruisons les écosystèmes de la planète à une vitesse et avec une rapidité consternante, tuant non seulement d’autres espèces à un rythme alarmant, mais menaçant aussi notre propre existence. Nous mordons imprudemment la main qui nous nourrit. Ce nouveau rapport ne fait que confirmer le désastre en cour et à venir.

Le résumé du rapport de 1 500 pages de la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) commence ainsi :

La nature décline à l’échelle mondiale à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité, et le rythme des extinctions d’espèces s’accélère, avec maintenant de graves impacts sur les populations du monde entier.

Composé de recherches et d’analyses effectuées par des centaines d’experts de 50 pays et fondé sur 15 000 sources scientifiques et gouvernementales, ce rapport est l’évaluation la plus complète du genre. Il sera publié plus tard dans l’année, mais le résumé de ses conclusions est maintenant disponible. Il a été approuvé par 132 pays (dont les Etats-Unis).

Et ce qu’il révèle est très sombre.

Pour Sir Robert Watson, président de l’IPBES :

Les preuves accablantes de l’évaluation globale de l’IPBES, provenant d’un large éventail de domaines de connaissances différents, présentent un tableau inquiétant. La santé des écosystèmes dont nous et toutes les autres espèces dépendons se détériore plus rapidement que jamais. Nous érodons les fondements mêmes de nos économies, de nos moyens de subsistance, de notre sécurité alimentaire, de notre santé et de notre qualité de vie dans le monde entier.

Les auteurs ont constaté qu’environ un million d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction, dont un grand nombre en quelques décennies. Une grande partie de ces destructions est liée à la nourriture et à l’énergie. Il est révélateur de constater que ces tendances ont été ” moins graves ou évitées dans les zones détenues ou gérées par les peuples autochtones et les communautés locales “.

Bien que le changement climatique puisse sembler être le problème le plus urgent, les auteurs ont classé les forces les plus destructrices, et le changement climatique arrive en 3e position. Ils énumèrent 5 facteurs directs de changement dans la nature qui ont eu jusqu’à présent les impacts globaux relatifs les plus importants.

Ces coupables sont, par ordre décroissant :

  1. les changements dans l’utilisation de la terre et de la mer ;
  2. l’exploitation directe des organismes ;
  3. le changement climatique ;
  4. la pollution et
  5. les espèces exotiques envahissantes.

Parmi la succession de chiffres frappants et déprimants dans le résumé, voici quelques points saillants, ou peut-être plus précisément, les points faibles.

  • Les trois quarts de l’environnement terrestre et environ 66 % de l’environnement marin ont été ” gravement altérés ” par les activités humaines.
  • Plus d’un tiers de la surface terrestre mondiale et près de 75 % des ressources en eau douce sont aujourd’hui consacrées à la production végétale ou animale.
  • La récolte de bois brut a augmenté de 45 % et quelque 60 milliards de tonnes de ressources renouvelables et non renouvelables sont maintenant extraites chaque année dans le monde, soit près du double depuis 1980.
  • La dégradation des terres a réduit la productivité de 23 % de la surface terrestre mondiale, jusqu’à 577 milliards de dollars de cultures annuelles mondiales sont menacées par la perte de pollinisateurs et 100 à 300 millions de personnes sont exposées à un risque accru d’inondations et d’ouragans en raison de la perte des habitats et des protections côtières.
  • La pollution plastique a décuplé depuis 1980, 300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, de solvants, de boues toxiques et d’autres déchets provenant d’installations industrielles sont déversés chaque année dans les eaux mondiales, et les engrais entrant dans les écosystèmes côtiers ont produit plus de 400 ” zones mortes ” océaniques, soit au total plus de 245 000 km2, une superficie totale supérieure à celle du Royaume-Uni.

Le résumé énumère un certain nombre de catégories sur lesquelles porte le rapport. Les statistiques sur l’extinction sont particulièrement alarmantes :

  • Jusqu’à 1 million d’espèces sont menacées d’extinction, dont bon nombre dans les décennies à venir.
  • 500 000 des 5,9 millions d’espèces terrestres de la planète ne disposent pas d’un habitat suffisant pour assurer leur survie à long terme sans restauration de l’habitat.
  • 40 % des espèces d’amphibiens sont menacées d’extinction
  • Près de 33 % des récifs formant des coraux, des requins et des parents de requins, et 33 % des mammifères marins menacés d’extinction.
  • 25 % des espèces sont menacées d’extinction dans les groupes de vertébrés, d’invertébrés et de plantes terrestres, d’eau douce et marins qui ont fait l’objet d’études suffisamment détaillées.
  • Au moins 680 espèces de vertébrés ont été menées à l’extinction par les activités humaines depuis le 16ème siècle.
  • 10 % des espèces d’insectes menacées d’extinction selon les estimations
  • 20 déclins de l’abondance moyenne des espèces indigènes dans la plupart des principaux biomes terrestres, surtout depuis 1900
  • 560 races domestiquées de mammifères qui seront éteintes d’ici 2016, avec au moins 1 000 autres espèces menacées.

Pour la professeure Sandra Díaz, qui a coprésidé l’évaluation :

 

Lire la fin de l'article sur Gmed

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents