Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La pollution plastique de nos océans aurait été largement sous-estimée

Publié par wikistrike.com sur 9 Juin 2019, 09:38am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

La pollution plastique de nos océans aurait été largement sous-estimée

es scientifiques savaient que l’océan était plein de plastique, mais cette pollution est bien pire qu’estimée précédemment.

Le plastique est devenu si omniprésent qu’il est toujours autour de nous, sous une forme ou une autre. L’océan n’y échappe pas. Nous savons depuis un certain temps que, de tout le plastique que nous produisons, seulement une fraction est recyclée et une quantité finit dans les décharges et une grande partie dans l’océan.

Nous l’avons vu dans tous les maillons de la chaîne alimentaire océanique, et dans tous les recoins de l’océan. Le plastique ne se biodégrade pas vraiment, du moins depuis des siècles, il ne se décompose qu’en morceaux de plus en plus petits, et ils peuvent être trouvés dans l’océan en grande abondance : une étude affirme qu’il y en a 5 000 milliards. Aussi choquant que cela puisse paraître, il se peut très bien qu’il s’agisse d’une estimation basse.

Chercher du plastique dans l’océan n’est pas chose facile. Tout d’abord, l’océan est grand, très grand. Il est coûteux, long et difficile sur le plan logistique d’avoir des navires spécialisés qui couvrent d’importantes étendues d’océan. Pire encore, l’océan a aussi la mauvaise habitude d’être très profond. La plupart des levés quantifiant le plastique océanique se concentrent sur l’étendue proche de la surface, parce que le sondage des profondeurs océaniques est par nature beaucoup plus difficile à réaliser. Cependant, il y a quelques endroits qui sont naturellement bien adaptés pour cela, des zones où la côte plonge abruptement dans les parties profondes de l’océan et où vous pouvez sonder de la surface à quelques kilomètres de profondeur avec une relative facilité. La baie de Monterey en Californie en fait partie.

La baie de Monterey en Californie. (Monterey Bay Aquarium Research Institute)

monterey-bay-aerial-2019-tyson-rininger-2

Heureusement, cette zone abrite également l’un des principaux instituts océanographiques du monde, le Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI), qui est perché sur le littoral. Il n’y a pas d’institut mieux adapté pour étudier les profondeurs, ils ont les spécialistes, les ressources et la technologie pour ce type d’étude. Plus important encore, ils ont aussi un robot.

Le robot s’appelle Ventana et il est équipé d’un ensemble de capteurs, de caméras vidéo et de bras robotiques manœuvrables. L’équipe a envoyé Ventana à près de 1 000 mètres de profondeur afin de recueillir des échantillons au fur et à mesure de sa descente. Les échantillons ont ensuite été analysés à la recherche de morceaux de plastique, et les résultats ont été assez surprenants : le plastique était toujours présent, de la surface aux profondeurs.

A partir de l’étude : image (a), le robot Ventana, (b) la quantité de particules de plastiques en fonction des profondeurs analysées. (Monterey Bay Aquarium Research Institute)

Plastique Monteray 1 19

Pire encore, ce n’est pas comme si les déchets venaient de Californie, plus le robot s’éloignait du rivage, plus il trouvait de plastique. En d’autres termes, le plastique vient d’un peu partout. Il est aussi mangé.

Anela Choy, biologiste marine, est professeure adjointe à la Scripps Institution of Oceanography à San Diego et auteure principale de la nouvelle étude, étudie un groupe de poisson appelé “Lancetfishes” de la famille des alépisauridés, qui a été trouvé dans de nombreux environnements différents et à différentes profondeurs, mais presque jamais à la surface. Ses résultats sont également préoccupants.

Selon Anela Choy :

 

Lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents