Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Equateur : Quito placée sous couvre-feu et contrôle militaire par le président Lenin Moreno

Publié par wikistrike.com sur 13 Octobre 2019, 08:22am

Catégories : #Politique internationale, #Social - Société

Equateur : Quito placée sous couvre-feu et contrôle militaire par le président Lenin Moreno

Le président équatorien Lenin Moreno a ordonné le couvre-feu et l'instauration d'un contrôle militaire sur Quito et ses alentours, au 11e jour de violentes manifestations contre ses réformes économiques, contrepartie d'un prêt du FMI.

Confronté à de brutales manifestations contre sa politique économique, le président équatorien a donné l'ordre d'instaurer un couvre-feu à partir de 15h, heure locale [22h à l'heure de Paris], le 12 octobre, pour faciliter «le travail de la force publique face aux intolérables débordements de violence». L'annonce a été faite par le chef d'Etat sur Twitter.

Des manifestants encagoulés ont mis le feu et saccagé ce même jour le bureau de l'Inspection générale des finances, dans le nord de Quito, au 11e jour de protestations violentes contre des réformes négociées contre un prêt du FMI, selon l'AFP. Le bâtiment a été attaqué avec des cocktails Molotov et peu après un groupe d'hommes – la plupart avec le visage masqué ou portant des casques – y est entré. Les autorités ont annoncé sur Twitter l'évacuation de la zone pour «que les équipes de secours puissent lutter contre l'incendie et s'occuper du personnel qui se trouve à l'intérieur». 

Les locaux de la chaîne de télévision Teleamazonas et du journal El Mercurio à Quito ont également été pris pour cible. Teleamazonas a interrompu sa programmation pour informer de cette attaque, diffusant des images qui montrent des vitres brisées, un véhicule incendié et une forte présence policière sur place, tandis que le journal a dénoncé sur Twitter l'attaque de son siège «par un groupe d'inconnus».

11 jours d'émeute

Le président équatorien a été contraint de quitter la capitale avec son gouvernement le 7 octobre en raison des violentes émeutes qui secouent la ville. La réforme que ce dernier a mis en place conformément à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) a fait bondir de 100% le prix du carburant dans le pays. En échange d'une aide de 4,2 milliards de dollars, l'accord prévoit en effet un programme de réformes économiques sur trois ans qui inclue la suppression des subventions des carburants. 

Depuis, de violents affrontements opposent manifestants et forces de l'ordre dans plusieurs villes du pays ont fait cinq morts et 2 000 blessés.

L'état d'urgence a été décrété pour 60 jours dans le pays alors que 74 000 militaires et policiers ont été déployés. La principale organisation indigène d'Equateur, une des principales forces dans ce mouvement social, a cependant annoncé le 12 octobre qu'elle acceptait le dialogue avec Lenin Moreno pour discuter du «retrait ou (de) la révision du décret».

Le président équatorien de son côté peut compter sur le soutien de Washington qui, par la voix de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, qui a salué les «efforts» du gouvernement équatorien «pour institutionnaliser les pratiques démocratiques et appliquer les réformes économiques nécessaires».

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents