Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Job d'automne: Les ultra-riches manquent de pilotes pour leurs jets privés

Publié par wikistrike.com sur 8 Octobre 2019, 10:59am

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine, #Economie

Job d'automne: Les ultra-riches manquent de pilotes pour leurs jets privés

Info importante BFMTV

Les personnalités les plus riches de la planète sont confrontées à une pénurie de pilotes pour leurs avions de luxe. Ces derniers préfèrent souvent exercer au sein des compagnies aériennes qui offrent des conditions de travail plus avantageuses. 

Les jets privés vont-ils rester cloués au sol? Les personnalités les plus riches de la planète sont en tout cas confrontés à une inquiétante pénurie de personnel pour piloter leurs avions de luxe. Selon une information de The Independent repérée par Capital, 5000 pilotes supplémentaires devront être trouvés chaque année durant les deux prochaines décennies pour résoudre le problème.

"Le monde a besoin de 98.000 pilotes d’aviation d’affaires d’ici 2038 pour répondre à la demande croissante", explique Oliver Stone, directeur de Company Colibri, une société spécialisée dans le vente de jets. Ce dernier estime que cette situation commencerait même à avoir "de plus en plus d’impact sur la vente de certains jets privés".Play Video

 

De meilleures conditions de travail au sein des compagnies aériennes

Alors, pourquoi les pilotes fuient-ils l’aviation d’affaires? Tout simplement parce que les conditions de travail sont plus attractives dans l’aviation commerciale. Les pilotes seraient en effet mieux rémunérés par les compagnies aériennes classiques que par les super-riches. Par exemple, ils peuvent gagner jusqu’à 200.000 livres par an (220.000 euros) au Royaume-Uni chez EasyJet, British Airways ou Ryanair. Soit plus que les salaires moyens versés par les propriétaires de jets.

Notons par ailleurs que contrairement aux pilotes de compagnies aériennes, leurs collègues dans les jets privés sont souvent payés à l’heure et ne connaissent pas forcément leur planning à l’avance, avec des voyages parfois organisés à la dernière minute.

"Le secteur de l’aviation d’affaires a du mal à concurrencer les compagnies aériennes dans le recrutement des pilotes. Cela signifie que les compagnies aériennes commerciales ne recrutent pas seulement des pilotes d’aviation d’affaires existant, elles choisissent également des pilotes nouvellement qualifiés", poursuit Oliver Stone. De quoi encourager les propriétaires de jets privés à mettre un peu plus la main à la poche pour rémunérer leurs pilotes s’ils veulent continuer à faire voler leurs avions.

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents