Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le neveux de Lucky Luciano affirme avoir aidé à assassiner le pape Jean Paul I avec la complicité de cardinaux

Publié par wikistrike.com sur 22 Octobre 2019, 11:04am

Catégories : #Religion - pensées

Le neveux de Lucky Luciano affirme avoir aidé à assassiner le pape Jean Paul I avec la complicité de cardinaux
Anthony Raimondi, un gangster de longue date de la famille Colombo, raconte qu'en 1978, il serait allé en Italie avec une équipe de tueurs qui aurait assassiné Jean Paul I. 

Ils l'auraient empoisonné au cyanure 33 jours après le début du règne du pontife, selon le journal. Le nouveau livre de Raimondi, «Quand la balle frappe l'os», est sorti chez Page Publishing.
 
Raimondi, le neveu du parrain légendaire Lucky Luciano, affirme avoir été recruté pour le meurtre à l'âge de 28 ans par son cousin cardinal, Paul Marcinkus, qui dirigeait la banque du Vatican. Le travail de Raimondi consistait à apprendre les habitudes du pape et à aider Marcinkus en endormant Jean-Paul I avec une tasse de thé au Valium.
 
«Je me tenais dans le couloir à l'extérieur du quartier du pape quand le thé a été servi», écrit-il, ajoutant que la drogue avait si bien fait son travail que sa victime n'aurait pas réagit «même s'il y avait eu un tremblement de terre», raconte-t-il. «J'avais fait beaucoup de choses à l'époque, mais je ne voulais pas être là quand ils ont tué le pape. Je savais que cela m'achèterait un aller simple en enfer.
 
Au lieu de cela, il se tenait devant la pièce alors que son cousin préparait une dose de cyanure, affirme-t-il. «Il l'a mesurée avec un compte-gouttes, a placé celui-ci dans la bouche du pape et l'a pressée», écrit Raimondi. "Quand cela a été fait, il a fermé la porte derrière lui et s'est éloigné."
 
Après que le pontife a été nourri de force avec le poison, un assistant pontifical est allé voir le pape, puis a crié que "le pape était en train de mourir" - après quoi Marcinkus et deux autres cardinaux du complot "se sont précipités dans la chambre comme si c'était une grande surprise, écrit Raimondi. Un médecin du Vatican a été convoqué et a déclaré que Jean-Paul Ier avait subi une crise cardiaque fatale, écrit-il.
 

Ils ont utilisé du Valium et la toxine mortelle pour tuer le pape sans douleur et pour gagner les faveurs de l'au-delà, affirme Raimondi. Pour prouver que Jean-Paul Ier n'a pas souffert, Marcinkus et ses cohortes Pietro Palazzini et Antonio Ribeiro, ainsi que ses cousins, avaient besoin de Raimondi pour témoigner en leur nom devant Dieu, affirme-t-il. «Ils ont dit que lorsque nous mourrions, je serais leur témoin», a déclaré Raimondi, âgé de 69 ans, au Post.

 

 
Selon le livre, ils ont pris pour cible le pape parce qu'il avait menacé de révéler une fraude boursière massive dirigée par des initiés du Vatican.
 
L’escroquerie d’un milliard de dollars a impliqué un expert en falsification au Vatican qui a simulé les avoirs de l’église dans des sociétés américaines de premier ordre telles qu'IBM, Sunoco et Coca-Cola. Des gangsters auraient ensuite vendu les certificats d'actions factices à des acheteurs peu méfiants.

 

 

 

Jean-Paul Ier avait juré de défroquer les auteurs, parmi lesquels se trouvaient Marcinkus et environ «la moitié des cardinaux et des évêques du Vatican», a déclaré Raimondi à The Post. "Ils auraient été soumis aux lois des États-Unis et de l'Italie", a-t-il déclaré. "Ils seraient allés en prison."
 
Si Jean-Paul I avait «gardé la bouche fermée», écrit Raimondi, «il aurait pu avoir un beau et long règne».
 
Le corps était à peine froid qu'un nouveau plan a été conçu pour tuer son successeur, Jean-Paul II, qui semblait prêt à agir également contre les fraudeurs, écrit Raimondi. Ainsi, l'homme de la mafia a été convoqué à nouveau au Vatican et a demandé de se préparer pour un deuxième meurtre.
 
«Ce gars-là doit y passer aussi, ont-ils dit. «Pas question, dis-je. 'Qu'est ce que tu vas faire? Continuez simplement à tuer tous les papes? ”
 
En fin de compte, Jean-Paul II a décidé de ne pas agir car il savait qu'il mourrait aussi, a déclaré Raimondi à The Post, avant de devenir le deuxième plus ancien pontife de l'histoire moderne, jusqu'à sa mort à 84 ans en 2005.
 
Selon Raimondi, son changement d’état esprit a également incité les cardinaux et les malfaiteurs tordus du Vatican à célébrer la nouvelle avec passion.
 

«Nous sommes restés et avons fait la fête pendant une semaine avec des cardinaux en civil et beaucoup de filles», écrit-il. «Si je devais vivre le reste de ma vie à la Cité du Vatican, cela aurait été OK pour moi. C'était une bonne planque. Mes cousins ​​ont tous conduit des Cadillac. Je me suis trompé d'affaires, pensai-je. J'aurais dû devenir cardinal.

 

 
Ceux qui rejettent ses affirmations ou soulignent le fait que son histoire ressemble à l'intrigue de «Le Parrain III», Raimondi hausse les épaules. “C'était un film terrible. Pour vous dire la vérité, je ne m'en souviens pas vraiment. Ce que j'ai dit dans le livre, je le maintiens jusqu'au jour de ma mort. S'ils prennent [le corps du pape] et effectuent tout type de test, ils trouveront toujours des traces du poison dans son corps."
 
Mais sa conception diffère du film «Les Affranchis» et du livre «Wiseguy» sur lequel il s'est basé.
 
Raimondi - un soutien des Colombos - affirme que le véritable cerveau du vol de la Lufthansa (78) était l'oeuvre du gangster juif Meyer Lansky, chef du Kasher Nostra et mentor de celui de Raimondi, affirme-t-il. «Je l’ai d’abord brieffé sur ce plan lors d’un voyage chez lui à Miami», écrit-il.
 
 
Un autre des cousins ​​de Raimondi était un ami du gangster Burke, qui aurait reçu des informations sur le fait que beaucoup d’argent passerait par l’aéroport JFK.
 
Mais lorsque les informations ont circulé dans la hiérarchie Lucchese , la famille n'a pas été en mesure de "comprendre comment conclure cet accord", écrit Raimondi. Il a donc convaincu Lansky de venir à New York pour orchestrer ce coup spectaculaire.
 
«Tout était si bien planifié», écrit-il. «Meyer avait réglé un timing pour tout. Il l'a fait cartographier pour que tout le monde ait un travail précis à faire. "
 
En fin de compte, Raimondi affirme que le gang s’en est sorti avec beaucoup plus d’argent qu’on ne le pensait: environ 45 millions de dollars, y compris de l’argent, des bijoux et 35 millions de dollars d’obligations au porteur que Lansky aurait volées avant d’être expédiées à New York, indique le livre.
 
Raimondi a caché les bons chez son père, après quoi Meyer les a clôturés à "85 cents le dollar", écrit-il, et le butin s'est répandu autour des cinq familles du crime organisé dans un club social à Brooklyn sur Cortelyou Road.
 
«Nous avons passé des heures à compter l'argent et à donner à chacun sa part», écrit Raimondi. «Les patrons sont descendus de toutes les familles personnellement. . . Ils gagnaient des millions.
 
Tout le monde a été averti de faire profil bas et de ne pas faire d’achats extravagants. Mais plusieurs ne l'ont pas fait - et ont été systématiquement éliminés, écrit Raimondi.
 
Michael Vecchione, un ancien procureur du bureau du procureur de Brooklyn qui s'est attaqué à des malfaiteurs de la famille Colombo et qui a écrit trois livres sur la lutte contre la criminalité semble sceptique. «Je me souviens du nom de Raimondi, mais je n'ai jamais entendu parler du fait que Meyer Lansky ait été impliqué dans le vol de la Lufthansa», a-t-il déclaré. "Mais il n'y a aucun moyen de vérifier ce que dit ce gars."
 

Quant à l'auteur, il affirme avoir réussi à éviter les poursuites pendant des années, parce que son équipe et lui-même avaient versé des millions de dollars provenant de son propre crédit et de ses clubs au maire Ed Koch.

 

 
"Nous avions des casinos illégaux, Koch a reçu sa part et nous n'avons jamais eu de problème avec la loi", écrit-il. "Je prenais le colis pour Bess et l'apportais chez [un ami], où elle venait le chercher. Je le mettrais dans un sac de toile ordinaire et elle le mettrait dans son porte-documents".
 
Raimondi, un membre farouchement fidèle de la famille Colomobo surnommé Pluto, a également une histoire personnelle fascinante, car il a eu des contacts réguliers avec des personnalités connues du monde des gangs mafieux telles que Carmine Galante, Allie Boy Persico et Joe Colombo.
 
Il affirme avoir évité de passer sa vie dans une prison fédérale pour un meurtre commis à Brooklyn alors qu'il était adolescent car 'armée l'a recruté pour devenir un tireur d'élite pendant la guerre du Vietnam.
 
Selon Raimondi, son travail consistait à passer derrière les lignes ennemies au Cambodge et à assassiner des combattants nord-vietnamiens, ce qu'il a fait sans pitié.
 
Il serait rentré aux États-Unis avec un casier judiciaire vierge et se serait lancé dans le monde de la mafia, bénéficiant de l'aide de Lansky, qui, écrit Raimondi, «m'a appris tant de façons différentes de secouer un type. Il m'a aussi appris de nombreuses façons de tuer un gars, parce que Meyer était mortel. Ne laissez personne vous tromper à ce sujet: Meyer a tué beaucoup d'hommes à son époque."
 
Raimondi, qui lutte maintenant contre le cancer et vit à Brooklyn, a déclaré qu'il avait décidé de mourir et de raconter son histoire parce que «je n'ai plus besoin de ce conneries».
 
«Tous les anciens ont soit été emprisonnés, soit sont morts, soit sont entrés dans la protection des témoins», a-t-il déclaré au journal.
 
«Les nouveaux gars n'ont pas fait les choses à l'ancienne. J'ai dit, tu sais quoi, il est temps de partir.»
 
Liens connexes:

 

 
 
 
 
 
 
Source: NY Post
 
Traduction: Fawkes News
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents