Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le chef de la CIA au Moyen-Orient, assassin de Soleimani et traqueur de Ben Laden, mort à bord d’un jet en Afghanistan

Publié par wikistrike.com sur 29 Janvier 2020, 09:30am

Catégories : #Politique internationale

Le chef de la CIA au Moyen-Orient, assassin de Soleimani et traqueur de Ben Laden, mort à bord d’un jet en Afghanistan

La nouvelle est si importante que nous devons l’écrire en courant le risque d’un démenti, même si pour l’instant elle est confirmée par des sources russes de renseignements non mieux identifiées. Et une petite énigme curieuse dans son histoire Wikipédia…

« Mike l’Ayatollah » ou « Prince Obscur », le célèbre et très dangereux Michael D’Andrea, Commandant de la Central Intelligence Agency de Langley (Virginie) pour les opérations au Moyen-Orient aurait été tué dans le crash de l’avion militaire de l’US Air Force qui s’est écrasé hier dans le centre de l’Afghanistan à bord duquel se trouvaient des officiers de la CIA et de la NSA (National Security Agency).

La mort de l’équipage a été rapportée par le porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujah, qui dans une déclaration publiée quelques heures après l’accident (et rapportée par Il Giornale en Italie) a décrit l’incident comme suit : « Un avion américain spécial volait pour une mission de renseignement dans la région de Sadukhil, district de Dehk, province de Ghazni. Tout l’équipage de l’avion et plusieurs officiers supérieurs de la CIA des États-Unis ont été tués. L’épave et les corps des défunts se trouvent toujours dans la région ».

La nouvelle de la mort présumée de D’Andrea a été précédemment publiée par le site Veterans Today dans le cadre des enquêtes sur la catastrophe du Bombardier/Northrop Grumman E-11A. Et ensuite dans notre site web Gospa News.

Plus tard, dans les dernières heures, le site iranien Tasnim a relancé le sujet. Puis un autre site iranien Mizan, le porte-parole du pouvoir judiciaire de Téhéran, l’a fait, selon le média britannique Mirror qui a écrit un article à ce sujet, dans lequel il rappelait le scoop de VT. Enfin, le Jerusalem Post et le Daily Mail ont également rapporté la nouvelle.

« Il y a eu des affirmations contradictoires sur le nombre de morts et de personnes à bord, les Talibans affirmant avoir récupéré six corps, un chef de la police afghane affirmant que quatre étaient morts et deux disparus, et un responsable américain déclarant que le jet transportait moins de cinq personnes. Les États-Unis n’ont pas encore commenté les rapports selon lesquels Michael D’Andrea était à bord de l’avion et parmi les personnes tuées », rapporte Mirror.

« L’avion abattu était le centre de commandement mobile de la CIA pour Michael D’Andrea, chef des opérations contre l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan, la plateforme d’espionnage la plus avancée des États-Unis et le centre de commandement mobile avec tous les équipements et les documents désormais entre les mains de l’ennemi », peut-on lire sur VT (pour lequel je suis honoré d’être correspondant en Italie).

VT Damas : « (sources de renseignement russes confirment) Il a été rapporté que (Mike d’Andrea) responsable du dossier de l’assassinat du martyr le Général de division Qassem Soleimani a été tué dans l’accident de l’avion américain qui a été abattu en Afghanistan. Il est la figure la plus importante des services de renseignement de la CIA dans la région. Le plus haut responsable de la CIA a été tué dans l’accident de l’avion américain abattu en Afghanistan ».

Pour l’instant, le Pentagone n’a pas confirmé la nature de l’accident et les victimes. La présence de Michael d’Andrea, également surnommé « Prince Obscur » parce qu’il coordonne les activités du Service National Clandestin, le bras armé de la CIA autorisé à tuer, reste donc entourée de mystère.

« Un Bombardier américain E-11A s’est écrasé aujourd’hui dans la province de Ghazni, en Afghanistan. Bien que la cause de l’accident soit en cours d’investigation, rien n’indique que l’accident ait été causé par le feu ennemi. Nous fournirons des informations supplémentaires dès qu’elles seront disponibles ». Il s’agit du seul communiqué de presse officiel concis publié sur Twitter par le porte-parole de l’armée américaine, le colonel Sonny Leggett.

Si le commandant de toutes les opérations de la CIA au Moyen-Orient est réellement mort dans l’avion espion écrasé, cela représenterait une nouvelle sensationnelle qui pourrait créer une instabilité encore plus grande dans les relations entre les États-Unis et l’Afghanistan après les tensions avec l’Iran pour l’assassinat du Général Qassem Soleimani, Commandant des Forces Quds des Gardiens de la Révolution Iranienne (CGRI ou Pasdaran), qui a trouvé la mort lors de l’attaque menée par un drone de l’US Air Force près de l’aéroport de Bagdad le 3 janvier dernier avec Abu Mahdi Al Muhandis, Commandant adjoint des troupes paramilitaires irakiennes Hashid des Forces de Mobilisation Populaires.

Le site d’information iranien Tasnim a publié la nouvelle du meurtre de D’Andrea dans un article très détaillé dans lequel il mentionne Veterans Today et également Gospa News, comme premières sources.

La page de Tasnim.com du 28 janvier avec traduction automatique de Farsi (persan) en anglais

La position des Talibans sur le crash est ambiguë. Auparavant, dans un communiqué de presse en langue pashtou, ils ont revendiqué l’abattage de l’avion de « l’occupation américaine », comme l’a rapporté l’agence de presse Tasnim, mais ont ensuite publié un communiqué de presse qui faisait plutôt référence aux attaques sur un nombre inconnu d’hélicoptères et d’avions par les Moudjahidins sans référence explicite au Bombardier/Northrop Grumman E-11A.

Il se peut qu’ils n’aient réalisé que plus tard l’importance des voyageurs de l’avion abattu au sein des chefs des services de renseignement américains à bord. Une action brutale qui pourrait déclencher de lourdes représailles de bombardement de la part de l’armée de l’air américaine.

« Depuis 2017, D’Andrea dirige les programmes de faux drapeau et d’assassinats de la CIA au Moyen-Orient, prétendument responsable non seulement du meurtre du Général Soleimani mais aussi de celui de 300 manifestants irakiens », écrit encore Veterans Today en référence aux récentes déclarations du Premier Ministre irakien et du porte-parole du commandement des forces armées, rapportées dans le précédent reportage de Gospa News, concernant les infiltrations de tueurs parmi les émeutiers pour attiser encore plus les protestations comme cela s’est produit en 2014 sur la place Maidan à Kiev, lors du coup d’État en Ukraine soutenu par le Président américain Barack Obama.

Le curriculum vitae de Mike l’Ayatollah est vraiment impressionnant. C’est pourquoi nous publions intégralement l’article de Wikipédia qui cite jusqu’à 10 sources différentes faisant autorité pour étayer l’information. On y trouve un grand mystère…

Lorsque nous avons rédigé la première version de ce post, nous avons souligné que la biographie commençant par « Michael D’Andrea était un officier » était une confirmation implicite de sa mort. Maintenant, une heure après l’affichage de l’article, la phrase a été modifiée. Mais pas de problème ! Nous avons la capture d’écran qui démontre la première version. Une simple erreur d’écriture ??? Peut-être mais cette coïncidence, sur l’histoire d’un agent secret, semble plutôt une tentative de dissimulation…

La version précédente de la biographie de Micheal D’Andrea dans Wikipédia commence par « était ».

« Michael D’Andrea est/était (?) un officier de la Central Intelligence Agency, qui en 2017 a été nommé à la tête du Centre de mission de l’Agence en Iran. Il a été une figure majeure dans la recherche d’Oussama Ben Laden, ainsi que dans la campagne américaine de tueries ciblées par des drones » commence la biographie sur Wikipédia.

D’Andrea a été élevé en Virginie du Nord. Il a rencontré sa femme alors qu’il travaillait à l’étranger pour la Central Intelligence Agency, et s’est converti à l’Islam pour l’épouser (c’est pour cette raison que son surnom est devenu Mike l’Ayatollah). Sa femme, Faridah Currimjee D’Andrea, est la fille d’une riche famille musulmane de l’île Maurice d’origine gujarati.

D’Andrea a rejoint la CIA en 1979, et il était considéré comme un sous-performeur au Camp Peary. D’Andrea aurait commencé sa carrière à l’étranger en Afrique, et il est inscrit sur la liste des agents du service extérieur de l’ambassade des États-Unis à Dar es Salaam, en Tanzanie. D’Andrea a précédemment été chef de poste au Caire, en Égypte, puis à Bagdad, en Irak. D’Andrea aurait été l’un des agents de la CIA qui n’ont pas réussi à retrouver Nawaf al-Hazmi, qui devait plus tard participer aux attentats du 11 septembre.

D’Andrea a pris la tête du Centre antiterroriste de la CIA en 2006, en remplacement de Robert Grenier. C’est l’année exacte où George Bush Jr. a commencé à financer les rebelles et les terroristes syriens pour préparer la guerre civile planifiée par la CIA depuis 1983.

Au cours de ses neuf années de mandat, D’Andrea a présidé des centaines de frappes de drones américains au Pakistan et au Yémen, plaidant pour le programme auprès du Congrès américain. En 2015, la direction du programme de drones a été confiée à Chris Wood, à la suite d’un remaniement bureaucratique effectué par le directeur John O. Brennan. Pendant son séjour au Centre antiterroriste, de nombreux journalistes ne l’appelaient que par le nom de code « Roger », ce qui était considéré comme inhabituel pour un officiel non affecté à l’étranger.

Pendant la traque d’Oussama ben Laden, D’Andrea a dirigé une analyse des hypothèses concurrentes quant à savoir qui, outre Oussama ben Laden, pourrait se trouver dans l’enceinte visée à Abbottabad.

Les agents de D’Andrea ont également supervisé les interrogatoires d’Abu Zubaydah, Abd al-Rahim al-Nashiri et Khalid Shaikh Mohammed, qu’un rapport du Sénat américain a qualifié de torture.

Il aurait été impliqué dans l’assassinat du membre du Hezbollah Imad Mughniyah à Damas, en Syrie. Il a été largement blâmé pour l’attaque du Camp Chapman à Khost, en Afghanistan, où sept agents de la CIA ont été tués par un kamikaze, qui aurait soutenu l’ISI du Pakistan.

D’Andrea a inspiré le personnage du « Loup » dans « Zero Dark Thirty » de Kathryn Bigelow.

Il ne reste plus qu’à attendre le moment où il y aura une confirmation officielle de la mort de Mike l’Ayatollah ou un démenti de la CIA.

Mise à jour 28 Janvier à 23H

Enfin, 16 heures après la publication du premier article de Gospa News, une agence de presse nationale italienne partage également la nouvelle de la mort présumée du commandant de la CIA pour les opérations au Moyen-Orient.

En fin de matinée, le média britannique Daily Mail avait diffusé la nouvelle avec un article très approfondi sur la figure de Michael D’Andrea avant de laisser la place, dans les heures suivantes, à une source militaire américaine anonyme qui aurait évidemment nié la présence d’agents de la CIA sur le vol accidenté, le Pentagone a d’abord nié le fait même de l’avion accidenté et des tir des Talibans, sans toutefois ne fournir, dans leur stratégie habituelle de manipulation de l’information, aucune version crédible sur la raison du désastre.

Au lieu de cela, le haut responsable du contre-espionnage qui serait mort dans le crash semble peu connu par Adnkronos car il résume brièvement l’immense profil malgré le fait que des centaines d’articles sur le web sont disponibles sur l’expert en renseignement et anti-terrorisme qui a même joué le rôle du « Loup » dans un film dramatique/thriller sur l’histoire de la chasse aux pires terroristes dans le monde, comme expliqué dans notre article sur le profil du « Prince Obscur »…

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

source : CIA Middle East chief, Soleimani Killer and Bin Laden Hunter, dead on Jet in Afghanistan. Tasnim & Mirror told after VT & Gospa News

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents