Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le terrible secret derrière Aramco (pétrolier), l’État Islamique et Trump en Syrie

Publié par wikistrike.com sur 29 Janvier 2020, 09:36am

Catégories : #Politique internationale, #Economie

Le terrible secret derrière Aramco (pétrolier), l’État Islamique et Trump en Syrie

La compagnie pétrolière saoudienne Aramco embauche actuellement des travailleurs du pétrole dans toute la province de Deir Ezzor en Syrie dans le cadre d’un effort commun avec une entité américaine inconnue et en partenariat avec Daech et l’armée américaine.

Des milliers d’ingénieurs et de travailleurs du pétrole syriens au chômage sont invités à postuler pour des emplois rémunérés à 3 000 dollars par mois.

Personne ne sait pour qui ils travailleront.

C’est cette histoire que nous allons examiner, comment elle a commencé et où elle va maintenant.

En 2017, peu après l’entrée en fonction de Trump, Aramco, le conglomérat pétrolier saoudien, a ouvert des bureaux dans la province de Deir Ezzor en Syrie.

Sous la protection de Daech et de l’armée américaine, Aramco a commencé l’exploration de 12 nouveaux gisements de pétrole et de gaz reconnus par des satellites militaires américains SAR (Synthetic Aperture Radar).

Ces gisements de pétrole et de gaz représentent des découvertes importantes, égalant le gisement de Kirkuk en Irak et les plus grandes découvertes pétrolières d’Arabie Saoudite.

De même, dès 2012, d’énormes gisements de pétrole et de gaz ont été découverts en Mer Méditerranée, certains au large de Gaza, d’autres au large de Chypre, mais les plus importants se trouvaient à l’intérieur des terres, en Syrie, dans les provinces de Lattaquié et d’Idlib, des zones désormais détenues par Daech et Al-Qaïda avec le soutien des États-Unis.

Nous savons qu’avant que les forces aérospatiales russes n’éliminent le trafic de pétrole par Daech de la Syrie et de l’Irak (les fameuses photos satellites de 12 000 camions de pétrole à la file que la coalition dirigée par les Américains n’a jamais vus), un vol massif de pétrole se produisait sous le couvert du terrorisme.

Nous savons également que lorsque les États-Unis sont entrés en Irak, les champs pétrolifères ont été pillés pendant des années, un processus qui se poursuit sans relâche sous l’occupation américaine partielle de l’Irak.

En novembre 2018, Trump a annoncé que les États-Unis allaient « sécuriser le pétrole irakien » afin de développer les champs pétrolifères et de faire venir des sociétés américaines.

Nous savons maintenant que ce processus a commencé 18 mois plus tôt, mais la société n’était pas américaine, elle était saoudienne. En fait, ces 18 mois ont été consacrés à identifier de nouveaux gisements de pétrole des deux côtés de la frontière, en Irak et en Syrie, et à s’assurer de la capacité d’explorer et d’exploiter ces nouvelles découvertes sous le couvert d’opérations anti-Daech.

Nous constatons qu’il n’y a eu, en fait, aucune opération anti-Daech, mais plutôt des mercenaires engagés par l’Arabie Saoudite et les États-Unis, opérant en conjonction avec la couverture aérienne et d’artillerie américaine, pour cacher l’exploration pétrolière dans la région.

Fin décembre 2019, la situation sécuritaire en Syrie a changé de manière spectaculaire. Les forces russes avaient pris le contrôle de nombreuses bases pétrolières américaines dans le nord de la Syrie et s’étaient dirigées vers la Turquie, à la frontière irakienne.

Elles ignoraient alors que les véritables mouvements venaient du Sud, d’Al Tanf et de la zone occupée par les États-Unis à la frontière jordanienne.

Puis, début janvier 2020, une résurgence inexplicable des capacités de Daech a bloqué les autoroutes de Palmyre à al Bukamal et à travers la région, des forces qui ne devraient pas exister. Ces forces de Daech ont été déployées à partir de camps d’entraînement américains dans la zone occupée par les États-Unis dans le sud de la Syrie.

Leur tâche consistait à sécuriser les voies de transit pour les équipements de forage pétrolier devant transiter depuis l’Arabie Saoudite, certains transitant également depuis l’Irak, sous la protection des États-Unis afin de se conformer à la politique de « saisir le pétrole » de Trump.

Le problème, cependant, est qu’il n’y aurait aucun moyen de construire et d’entretenir ces nouveaux gisements massifs de pétrole et de gaz dans la situation politique actuelle. Il serait nécessaire que la province d’Anbar en Irak, peut-être aussi celle de Ninive, soit divisée en une nouvelle entité uniquement sunnite, comme cela s’est produit au début de 2014 lorsque Daech, principalement dirigé par d’anciens dirigeants sunnites fidèles à Saddam Hussein, a permis à Aramco de mettre en place des opérations à grande échelle.

Afin de créer une situation politique qui faciliterait cela, le gouvernement irakien dirigé par des Chiites devrait être mis sous pression et s’effondrer.

Depuis 2018, Adel Abdul Mahdi était Premier Ministre, selon Al Jazeera :

« Le Président irakien nouvellement élu, Barham Salih, a nommé le candidat chiite indépendant Adel Abdul Mahdi au poste de Premier Ministre désigné, mettant ainsi fin à des mois d’impasse après une élection nationale peu concluante en mai.

La présidence, traditionnellement occupée par un Kurde, est une position largement cérémoniale, mais le vote de Salih au Parlement mardi a été une étape clé vers la formation d’un nouveau gouvernement.

En vertu de la constitution irakienne, Salih – un ingénieur de 58 ans, formé en Grande-Bretagne, qui a occupé des fonctions au sein du gouvernement fédéral irakien et du gouvernement régional kurde – avait 15 jours pour inviter le candidat du plus grand bloc parlementaire à former un gouvernement. Il a choisi de le faire moins de deux heures après son élection.

Depuis le renversement de Saddam Hussein lors d’une invasion menée par les États-Unis en 2003, le pouvoir a été partagé entre les trois plus grandes composantes ethno-sectaires de l’Irak.

Le poste le plus puissant, celui de Premier Ministre, a traditionnellement été occupé par un Arabe chiite, le Président du Parlement par un Arabe sunnite et la présidence par un Kurde.

Ancien Vice-Président, Ministre du Pétrole et Ministre des Finances, Abdul Mahdi dispose désormais de 30 jours pour former un cabinet et le présenter au Parlement pour approbation.

Il est confronté à la tâche ardue de reconstruire une grande partie du pays après quatre années de guerre avec le groupe armé État Islamique d’Irak et du Levant (ISIL, également connu sous le nom d’ISIS), de guérir ses tensions ethniques et sectaires et d’équilibrer les relations étrangères avec les deux principaux alliés de l’Irak – l’Iran et son rival, les États-Unis.

Abdul Mahdi, 76 ans, est un économiste de formation qui a quitté l’Irak en 1969 pour s’exiler en France, où il a travaillé pour des groupes de réflexion et édité des magazines en français et en arabe. Il est le fils d’un leader chiite respecté qui était ministre à l’époque de la monarchie irakienne, renversée en 1958 ».

Les États-Unis ont choisi de ne pas reconnaître l’autorité du gouvernement du Mahdi et, après le meurtre du Général Soleimani, ont refusé les demandes légales de ce gouvernement de quitter l’Irak.

Les États-Unis ont exigé qu’Abadi soit nommé Premier Ministre, qui avait fermé les yeux sur les fautes commises par les Américains pendant son mandat.

Les États-Unis ne reconnaissent que l’autorité d’Abadi bien qu’il ait librement accepté l’élection de Mahdi, le félicitant pour son élection.

Conclusion

En Syrie, nous assistons aujourd’hui à une résurgence massive de Daech, non pas en raison de l’absence d’efforts américains contre Daech, mais plutôt grâce au soutien total des États-Unis à Daech.

Nous voyons aussi pourquoi le pétrole syrien et le pétrole irakien aussi, pas des découvertes de pétrole mineures mais des découvertes massives. Nous voyons aussi une relation inexplicable avec l’armée américaine et une société privée saoudienne qui a des relations personnelles avec l’envoyé de la Maison Blanche et beau-fils de Trump, Jared Kushner.

Nous examinons également le meurtre de Soleimani et nous nous demandons s’il était destiné à provoquer une guerre civile irakienne qui serait nécessaire pour que l’Arabie Saoudite s’empare des champs pétrolifères de la Syrie sous occupation militaire américaine, ou s’il s’agit d’une occupation militaire des États-Unis et de Daech ?

source : The Nasty Secret Behind Aramco, ISIS and Trump in Syria

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents