Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ce que fait Trump au Moyen-Orient pendant que vous êtes distrait par le coronavirus

Publié par wikistrike.com sur 30 Mars 2020, 09:52am

Catégories : #Politique internationale

Ce que fait Trump au Moyen-Orient pendant que vous êtes distrait par le coronavirus

Alors que l’actualité est dominée par la lutte contre le Covid-19, le Président américain a saisi l’occasion pour commencer à faire chanter ses alliés dans toute la région.

Et encore, le virus dissimule les méfaits de Donald Trump au Moyen-Orient.

D’abord, il y a eu son retrait sournois d’Irak ; maintenant, ce sont ses exercices militaires avec les Émirats Arabes Unis – célèbres dans la légende comme anciens alliés saoudiens dans la guerre sanglante du Yémen – et sa réduction d’un milliard de dollars d’aide à l’Afghanistan parce que les querelles présidentielles afghanes pourraient entraver un autre accord avec ses copains nouvellement établis chez les Talibans. Et puis il y a l’Iran…

Jetons un coup d’œil à l’extraordinaire simulation de ville construite dans les Émirats – avec des immeubles à plusieurs étages, des hôtels, des complexes d’appartements, une tour de contrôle de l’aéroport, des raffineries de pétrole et une mosquée centrale – que les troupes émiraties et les marines américains ont attaquée à grand bruit lors d’un exercice militaire commun. Selon le journaliste d’Associated Press qui a regardé cette épopée hollywoodienne, les soldats émiratis sont descendus en rappel d’hélicoptères tandis que les Marines « fouillaient les rues étroites du Golfe Persique à la recherche de forces ennemies simulées ».

Mais qui étaient ces « forces » ? Iraniennes, peut-être ? Dans ce cas, la fausse mosquée était probablement chiite, les raffineries de pétrole probablement dans le sud de l’Iran, et les vieilles rues devaient être celles d’une des anciennes villes d’Iran. Sûrement pas Chiraz. Sûrement pas Ispahan.

Le Brigadier Général Thomas Savage du 1er Corps Expéditionnaire de la Marine n’a pas semblé penser que les Iraniens pourraient trouver tout cela un peu suspect. L’exercice – l’Opération Native Fury, dont le nom semblait porteur de son message colonial – a lieu tous les deux ans. « Provocateur ? » a demandé Savage. « Je ne sais pas. Nous sommes pour la stabilité dans la région. Alors s’ils considèrent que c’est provocateur, eh bien, c’est à eux de décider. C’est juste un exercice d’entraînement normal pour nous ».

Je ne suis pas du tout sûr qu’il soit « normal » que les forces armées américaines organisent des attaques imaginaires dans des villes musulmanes à l’échelle, avec des mosquées et des rues étroites, afin d’apporter « la stabilité dans la région ». Cette maquette particulière n’avait certainement pas pour but de remplacer les villes yéménites, autour desquelles les troupes émiraties se sont battues pendant quatre ans contre des combattants houthis pro-iraniens avant de se retourner contre leurs alliés saoudiens dans le même conflit. Les 4 000 soldats américains avaient été envoyés aux Émirats depuis Diego Garcia et le Koweït, où ils auraient pu arriver récemment des trois bases américaines récemment abandonnées en Irak. Le Général Savage a déclaré qu’aucun de ses hommes n’avait été testé positif au coronavirus et qu’ils n’avaient « eu que peu de contacts avec le monde extérieur » depuis leur départ pour l’exercice.

Dans un contexte différent, Trump, qui a également peu de contacts avec le monde extérieur – le vrai, c’est-à-dire le monde réel – a recommencé à faire du chantage à ses alliés « dans la région ». Alors qu’une grande partie de ce monde continue d’être obsédée par une mort pestilentielle imminente, le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a soudainement – et avec très peu de publicité – réduit d’un milliard de dollars l’aide à l’Afghanistan et menacé de réduire encore la coopération. C’est un coup dur pour une nation qui est également confrontée au Covid-19 (nous pouvons probablement rejeter la poignée de cas déclarés et les deux décès qui s’y sont produits comme une sous-estimation absurde), mais l’Amérique passe en premier !

Trump et Pompeo, voyez-vous, sont très, très fâchés qu’Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah prétendent tous deux avoir été élus Président lors des récentes élections – mettant ainsi en danger l’accord entre Washington et les Talibans de retirer toutes les forces américaines en échange de la promesse des Talibans de combattre Daech, Al-Qaida et tous les autres djihadistes qui errent en Afghanistan. L’accord signé entre les États-Unis et ce que je suppose que nous devons appeler le « Talibanistan » comprend également un échange mutuel de prisonniers (5.000 Talibans contre 1.000 soldats du gouvernement) auquel les deux Présidents rivaux s’opposent.

Abdullah et Ghani, que son ancienne Université de Beyrouth décrivait autrefois comme un « penseur mondial », semblent avoir oublié les paroles du poète persan médiéval Saadi : si dix pauvres peuvent dormir sur un tapis, deux rois ne peuvent pas tenir dans un seul royaume.

On peut comprendre pourquoi Pompeo est contrarié. Depuis que les papes rivaux – et, je suppose, d’anciens empereurs romains rivaux – ont annoncé simultanément leur suprématie, nous n’avons plus vu un tel duo s’affronter. Si l’Afghanistan est le cimetière des empires, il est aussi la source de l’orgueil de ses maîtres locaux – qui, avec leurs palais, leurs villas, leurs gardes du corps et leurs 4×4 ne seront pas affectés par la réduction de l’aide. Si les deux hommes parvenaient à résoudre leur différend, a annoncé Pompeo, les sanctions américaines seraient « réexaminées » – ce qui prouve qu’il s’agit bien d’un chantage de Trump.

Mais les sanctions américaines ne seront clairement pas « revues » en ce qui concerne l’Iran, qui prétend – non sans justice – que l’interdiction des importations entrave sa propre lutte contre le Covid-19.

L’ONU a demandé que ces sanctions soient « réévaluées d’urgence », soulignant que des rapports sur les droits de l’homme ont déjà décrit l’effet malveillant des sanctions sur l’accès de l’Iran aux respirateurs et aux équipements de protection des travailleurs de la santé. Les Iraniens, avec un nombre de cas déclarés supérieur à 27 000 et plus de 2 000 décès confirmés, ont peut-être dissimulé beaucoup plus de victimes. Il est clair qu’ils ont besoin d’aide. Les sanctions américaines, cependant, font plus de dégâts que le coronavirus au Moyen-Orient.

Tout comme, hélas, l’amour propre iranien. Avec une fantaisie vraiment Trumpienne – le Président américain qualifie toujours le virus de « chinois » – l’Ayatollah Ali Khamenei, inspiré semble-t-il par les commentaires d’un fonctionnaire chinois, a suggéré que le Covid-19 était fabriqué par l’homme en Amérique et que la médecine américaine « est un moyen de répandre davantage le virus ». Ce genre d’inepties est à la hauteur de l’ancien Président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui avait affirmé qu’une auréole brillait au-dessus de sa tête à l’ONU et que ses auditeurs ne clignaient pas des yeux pendant une demi-heure lors de son discours. « Vous [les Américains] pourriez envoyer des médecins et des thérapeutes ; peut-être voudraient-ils venir ici et voir les effets du poison qu’ils ont eux-mêmes produit », a annoncé le guide suprême de 80 ans.

Après cela, Imran Khan, le Premier Ministre pakistanais, restait peut-être le seul dirigeant régional qui pouvait encore appeler les États-Unis à lever les sanctions pour des « raisons humanitaires » jusqu’à ce que le virus ait reculé. Inutile de dire qu’il perdait son temps.

Et finalement, un hélicoptère Osprey V-22 des Marines américains a décollé de l’enceinte de l’Ambassade américaine à Beyrouth la semaine dernière, transportant à son bord Amer Fakhoury, un ancien membre de la milice mandataire de l’Armée Israélienne du Liban Sud. Amer Fakhoury, aujourd’hui citoyen américain, était retourné au Liban en septembre dernier pour rendre visite à sa famille – il a été accueilli à l’aéroport de Beyrouth par un officier supérieur de l’armée – mais a été reconnu par d’anciens prisonniers comme un ancien détenu de la célèbre prison israélienne de Khiam. Il a immédiatement été accusé par les autorités libanaises d’avoir torturé des détenus et a été traduit devant un tribunal militaire.

Fakhoury a nié, et nie toujours, toutes les accusations portées contre lui. Il a ensuite été libéré lorsqu’un juge a déclaré que les crimes qui lui sont reprochés avaient eu lieu il y a plus de dix ans. Fakhoury, qui est entré à l’hôpital de Beyrouth souffrant d’un lymphome de stade 4, s’était enfui de l’autre côté de la frontière après le retrait d’Israël du Liban en 2000. Un juge militaire a fait appel de sa libération, mais Fakhoury a néanmoins été évacué du Liban par avion. « Nous avons travaillé très dur pour le faire libérer », a déclaré Trump, ce qui est vrai : un fonctionnaire de l’Ambassade américaine a insisté pour assister au tribunal militaire l’année dernière lorsque Fakhoury a fait sa première apparition.

La prison de Khiam était tristement célèbre pour les tortures et les mauvais traitements infligés aux prisonniers musulmans chiites – hommes et femmes. Amnesty International et Human Rights Watch ont publié des rapports nombreux et détaillés sur la torture dans cette prison, et The Independent a également publié des témoignages de torture. La libération de Fakhoury a provoqué un déchaînement de colère de la part des partis libanais qui estimaient que leur gouvernement avait agi sous la menace de sanctions économiques de la part de Washington.

On a même prétendu que la milice du Hezbollah, payée et armée par l’Iran, avait été impliquée dans des discussions sur la libération de Fakhoury avec un représentant de l’administration Trump. Son chef, Sayed Hassan Nasrallah, dans un rare élan de colère, a nié cette conspiration.

Bien sûr, presque personne n’a vu le départ du prisonnier le plus célèbre du Liban. Car pendant que l’hélicoptère américain le transportait vers la liberté au-dessus de la Méditerranée, les habitants de Beyrouth se cachaient dans leurs maisons pour éviter d’attraper le Covid-19.

source : This is what Trump is doing in the Middle East while you’re distracted by coronavirus

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents