Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Coronavirus – Situation statistique au 31 mars 0h10 GMT

Publié par wikistrike.com sur 31 Mars 2020, 07:52am

Catégories : #Santé - psychologie

Coronavirus – Situation statistique au 31 mars 0h10 GMT

La question du jour : la Chine est-t-elle sincère sur ses statistiques de décès liés au coronavirus ?

Ma réponse : La province qui a été confiné (Hubei-Wuhan) compte une population totale à peu près équivalente à celle de la France (60 Millions d’habitants). En France, il décède un peu plus de 50 000 personnes par mois en temps normal. Dans la province Hubeï- Wuhan, c’est, à très peu près, le même nombre de décès chaque mois (un peu plus en hiver), puisque la population est comparable. En un peu plus de deux mois et demi (durée de l’épidémie), il décède donc : 50 000 x 2,5mois = 125 000 personnes environ toutes les années « normales ».

La question qui se pose aux autorités est de savoir ce que l’on fait, en période d’épidémie, des 125 000 corps des décédés habituels, qui viennent s’ajouter à ceux de l’épidémie : 3 300. La province est confinée, les déplacements sont interdits, donc on les incinère et on met les corps dans des urnes qui seront rendues, après l’épidémie, aux familles, surtout à celles qui viennent des provinces voisines et qui n’avaient pas le droit de pénétrer dans la zone contaminée.

Évidemment, 128 300 urnes à rendre (125 000 de décès habituels + 3 300 de l’épidémie), ça crée des embouteillages en fin de confinement et à l’ouverture du « dépôt mortuaire », queue qui alimente évidemment la suspicion occidentale. Rendre 128 200 urnes en un ou deux jours, lorsque la fin de l’épidémie est déclarée, ça se voit et ça paraît étrange.

Les occidentaux, toujours très sûrs d’eux et de leur « éternelle » supériorité, peuvent difficilement admettre qu’ils ont moins bien géré la crise épidémique que l’Asie de l’Est (Chine, Japon, Corée du Sud). Ils sont plutôt mauvais joueurs et il est donc important d’accuser les autres de tricher pour sauver la face et laisser penser qu’au fond, si les autres ont triché, nous, les occidentaux, qui ne trichons jamais, avons été presque bons dans l’urgence …et que nos dirigeants nous auraient ainsi épargné un bilan beaucoup plus lourd.

Si l’on arrive à persuader, avec la puissance médiatique occidentale, les opinions publiques, un peu naïve, que les 128 300 décès du Hubeï sont tous morts du coronavirus et qu’il n’y a pas eu de mort naturelle cet hiver dans la province, nos dirigeants pourront « sauver les meubles » lorsque l’heure de comparer les bilans sera venue.

J’écrivais avant hier que le temps des « fake news » allait arriver. Nous y sommes. Après celui de la Chine, nos médias remettrons en cause les bilans de la Russie et bien sûr de l’Iran qui auront eu l’audace d’afficher moins de morts que nous et une meilleure gestion de l’épidémie.

L’occident gagnerait à faire preuve de plus d’humilité et à reconnaître qu’il n’a pas été très bon dans la gestion de cette bien triste affaire. Aucun état, en occident, n’a été capable de construire un hôpital de 1000 lits en dix jours …ni de confiner une population aussi nombreuse avec efficacité, comme l’a fait la Chine. D’ailleurs, n’en doutons pas, nous verrons bien, demain, qui se remettra le plus vite et le mieux de cette crise et qui en sortira, au mieux très affaibli, et au pire à demi détruit économiquement et socialement.

Entrée la première dans l’épidémie, l’Asie de l’Est en est ou sera sortie la première. Nous dresserons, en fin d’année, le bilan économique et il y a fort à parier qu’il y aura du changement dans la hiérarchie des puissances économiques … En conclusion, le bilan des pertes humaines de la Chine liées au coronavirus me paraît être au moins aussi sincère que le nôtre. Nos journalistes m’amusent beaucoup à insister sur la paille qu’ils cherchent toujours dans l’œil du voisin en oubliant la poutre qu’ils ont dans le leur.

Situation de l’épidémie COVID-19 au 31 mars 2020 à 0h10 GMT

Depuis le début de l’épidémie :

200 pays ou territoires (+1) ont été affectés par le virus, pour 784 381 (+60 991) cas déclarés.

37 080 décès (+ 3 715 hier) 165 035 guérisons (+ 15 000 hier) ;

581 566 patients (+ 45 000 hier) en cours de soins, dont 29 597 en état critique (+ 2 800 hier).

À noter que 44 pays ont eu moins de 10 cas détectés (33 d’entre eux ne comptent aucun décès, et les 10 autres ne comptent au total que 11 décès.)

48 pays comptent entre 10 et 100 cas détectés depuis le début de l’épidémie pour un total de 32 décès.

  • 3 715 nouveaux décès du coronavirus (+ 620 par rapport à la veille) dans la seule journée du 30 mars. Cela représente plus que les pertes totales de l’Asie de l’Est en une seule journée.
  • 17 pays (+1) ont déclaré plus de 100 décès depuis le début de l’épidémie (Italie, Chine, Espagne, Iran, France, USA, Royaume Uni, Pays Bas, Corée du Sud, Allemagne, Suisse, Belgique, Suède, Turquie, Portugal, Brésil et Indonésie).
  • Sur les 37 780 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 36 334 l’ont été dans ces 17 pays (96,2%) et 30 381 (80,5%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).

3 540 des 3 715 décès d’hier (95,3%) sont « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paiera le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession inévitable, crise économique possible)

La journée du 30 mars a mis fin à la surprenante « pause dominicale », constatée hier. Au niveau de la planète, les nombres de nouveaux cas, de décès et de cas critiques sont repartis à la hausse tirés par les USA qui comptent, à eux seuls près d’un tiers des nouveaux cas, car ils testent beaucoup. En Europe, des signes encourageants sont perceptibles, en particulier pour l’Italie, l’Allemagne et la Belgique. L’Espagne et la France, quant à elles, devraient encore beaucoup souffrir dans la première semaine d’avril.

Reprenons la situation de quelques états.

Les USA testent beaucoup et soignent au plus tôt. Le nombre de cas déclarés depuis le début de l’épidémie est déjà le double de celui de la Chine. Le nombre des victimes US a dépassé aujourd’hui celui de la France à près de 3 150. Il dépassera demain celui déclaré par la Chine. Le nombre de cas critiques, en augmentation sensible, est annonciateur de pertes plus importantes dans les jours qui viennent.

L’Italie enregistre, pour la 2ème journée consécutive, une baisse des nouveaux cas. Une stabilisation des décès et des cas critiques. Le franchissement du pic semble imminent. Notons que l’épidémie n’a pas frappée, avec la même rigueur, toutes les provinces italiennes. C’est la Lombardie qui a payé le prix le plus élevé avec près de 6 000 décès. L’Émilie-Romagne suit avec 1344 décès. Des régions entières ont été quasiment épargnées (Sicile, Sardaigne, Abruzzes, Calabre, Vallée d’Aoste, Ombrie …etc

L’Espagne enregistre son nouveau record avec 913 décès en une seule journée. Elle a également le plus grand nombre de cas critiques de la planète (5 231). Elle va encore beaucoup souffrir dans les jours qui viennent, d’autant que le nombre de nouveaux cas est toujours en hausse sensible (7846)

La France est encore en phase de croissance importante des nouveaux cas, des décès et des cas critiques. Elle devrait souffrir toujours plus dans les jours à venir et enregistrer des pertes toujours plus importantes du seul fait de la saturation de ses capacités hospitalières qui arrive.

La Chine a annoncé la fin de l’épidémie mais elle a tout de même enregistré hier 31 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures. Elle a toujours 2 600 patients en cours de soin, dont 633 en situation critique. Elle continuera d’enregistrer quelques décès quotidiens dans les 10 jours qui viennent.

L’Allemagne, qui a connu son premier cas 3 jours après la France (le 26 Janvier) déclare pour le 2ème jour consécutif une baisse des nouveaux cas, une baisse des décès et une stabilisation des cas critiques. Ses capacités hospitalières n’ont jamais été débordées à ce jour. Elle pourrait bien franchir le pic de l’épidémie avant nous et s’en sortir beaucoup mieux.

Le Royaume Uni déclare un nombre de nouveau cas en légère hausse, des décès en baisse, et un nombre de cas critiques stables. Comme pour l’Allemagne, l’épidémie ne s’étend pas aussi vite que dans les pays latins (???)

Le cas de la Suède est intéressant. Elle a fait le pari de « l’immunité de groupe » en ne confinant pas ou très peu sa population. Son taux de perte par million d’habitants est encore très inférieur, aujourd’hui, à celui des 3 pays latins, du Royaume Uni, et des pays du Benelux. Il faudra attendre encore un peu pour savoir si ce pari est un pari gagnant.

Enfin la Russie compte désormais 1 836 cas déclarés dont 302 dans la seule journée du 30 mars. Elle ne déplore que 9 décès et 8 cas critiques. Ses capacités hospitalières sont très loin de la saturation. Par précaution et anticipation, les russes ont construit un nouvel hôpital en préfabriqué, avec 500 lits de réanimation à 60 kilomètres de Moscou.

Dominique Delawarde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents