Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un alchimiste explique à l’Américain moyen : le COVID-19 change à jamais la « guerre » cachée des États-Unis

Publié par wikistrike.com sur 14 Avril 2020, 09:28am

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Un alchimiste explique à l’Américain moyen : le COVID-19 change à jamais la « guerre » cachée des États-Unis

Un « écart » de perception, si large qu’on pourrait y faire naviguer un paquebot de croisière. D’une part, nous avons le spectre imminent de la récession, une perte importante d’emplois et de revenus (quelque 80% de la main-d’œuvre mondiale a vu son lieu de travail fermé, ou partiellement fermé, à la suite de la crise du virus), et d’autre part, le non sequitur choquant de la Fed américaine qui a déclaré que, malgré la crise, « l’attente du consommateur moyen (Joe Sixpack) pour des prix boursiers plus élevés d’ici un an a maintenant grimpé à 47,7%, le plus haut niveau jamais enregistré ».

ZeroHedge commente avec ironie :

« C’est vrai … parce qu’il n’a plus de travail, ses 400 dollars d’économies d’urgence viennent d’être dépensés pour des rouleaux de papier toilette, sa banque se prépare à saisir sa maison, alors qu’un virus mortel se cache dans tous les coins, tout ce à quoi Joe Sixpack peut penser – c’est comment introduire son « épargne » en bourse – puisqu’elle est sur le point de s’envoler vers des sommets historiques. Et donc, grâce aux interventions désormais grotesques de la Fed sur tous les marchés des capitaux … alors que l’économie glisse vers une dépression, il est tout à fait « logique » – nous utilisons le terme de manière vague – que les attentes de hausse des cours des actions n’aient jamais été aussi élevées ».

Un résultat monstrueux, dénué de toute considération sérieuse ? Non. En fait, le paradoxe lie assez bien ce qui est implicite à ce qui a été explicite dans la politique américaine, tant au niveau national qu’au niveau de la politique étrangère.

Dans la politique étrangère – dans l’ère post-Covid – nous voyons les tensions avec la Chine s’aggraver. Les États-Unis sont déjà engagés dans une guerre de l’information à grande échelle pour blâmer la Chine pour le virus (et pour détourner les critiques du manque de préparation des États-Unis). La Chine, qui se souvient du « Siècle d’Humiliation » qu’elle a vécu et qui a ressenti un certain racisme inhérent à ces railleries, réagit inévitablement avec une assurance inhabituelle.

Dans un récent épisode d’introspection d’un Conseiller à la Sécurité Nationale d’Obama, Ben Rhodes a écrit sur le discours de GW Bush (au lendemain du 11 septembre) :

« Notre guerre contre la terreur commence avec Al-Qaïda, mais elle ne s’arrête pas là. Elle ne s’achèvera pas tant que tous les groupes terroristes de portée mondiale n’auront pas été trouvés, arrêtés et vaincus ». Il a également défini la nature du conflit en disant : « Les Américains se demandent pourquoi ils détestent les États-Unis. Ils détestent ce que nous voyons ici même dans cette enceinte – un gouvernement démocratiquement éluLe fait que cet événement insondable ait été présenté d’une manière qui corresponde parfaitement au récit américain avec lequel j’ai grandi dans les années 80 et 90 était rassurant », reconnaît Rhodes.

Plus tard (dans l’article), il déclare avoir été naïf, et emporté par ses émotions, en voyant les Twin Towers de New York partir en poussière – et avoir été réveillé par la rhétorique enflammée de Bush. Joe Sixpack ressent probablement la même chose : On lui avait dit, lui aussi, que l’économie américaine était forte et en plein essor, jusqu’à ce que le virus s’y introduise, précipitant l’économie américaine en chute libre. Choqué et en colère, Joe espère probablement que « l’Amérique va leur rendre » (aux Chinois, « eux », à qui le récit suggère qu’ils sont responsables de cette situation).

C’est ce qui est explicite – en conjonction avec la guerre commerciale de Trump, déclenchée ostensiblement par le « détournement » par la Chine des actifs commerciaux américains.

Le « non-dit » de ce récit est une vieille histoire de guerre. Détruire les lignes de ravitaillement de votre ennemi pour l’affaiblir. En Grande-Bretagne, en 1891, un petit cercle de l’élite intérieure s’est formé, en secret, autour de Cecil Rhodes, le millionnaire sud-africain du diamant, et de Lord Rothschild. Ses membres cherchaient à renouveler le lien entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, et ils croyaient que les hommes de la classe dirigeante, d’origine anglo-saxonne, se trouvaient à juste titre au sommet d’une hiérarchie fondée sur la prédominance dans le commerce, l’industrie, la banque et l’exploitation d’autres terres (un peu comme le font aujourd’hui les élites américaines).

Cette élite nourrissait cependant une crainte profondément enracinée, à savoir que si elle n’agissait pas de manière décisive, la puissance et l’influence britanniques dans le monde entier seraient érodées et remplacées par celles d’une Allemagne en plein essor. Dans les années qui suivirent immédiatement la guerre des Boers, la décision fut prise : Il fallait faire face au danger. Et une « guerre » contre l’Allemagne a été planifiée : d’abord par la rupture de ses lignes de ravitaillement, puis par une « guerre » de propagande faisant des Allemands des mangeurs d’enfants, et enfin par un endiguement diplomatique.

Les récits ont été exploités pour atteindre cet objectif et l’historien Paul Vincent recrée de façon éloquente l’atmosphère de jubilation qui a entouré le déclenchement de la guerre qui a véritablement marqué le tournant décisif du XXe siècle. H.G. Wells, par exemple, a éclaté :

« Je suis enthousiaste pour cette guerre contre le militarisme prussien … Chaque épée tirée contre l’Allemagne est une épée tirée pour la paix ». Wells a plus tard inventé le slogan mensonger « la guerre pour mettre fin à la guerre ».

La Grande-Bretagne, dès le début de la guerre en 1914, a imposé un blocus naval serré à l’Allemagne. En empêchant l’importation de nourriture dans le pays, les Britanniques ont apporté la famine et la malnutrition à de grandes parties de la population allemande. La guerre sous-marine allemande était une réponse désespérée au blocus britannique – un blocus si efficace qu’il menaçait de forcer les Allemands à abandonner la guerre.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui : Le déracinement et le « rapatriement » des lignes d’approvisionnement de la Chine vers l’Amérique (récemment promus comme une nécessité, car on a découvert que la plupart des besoins médicaux de base de l’Amérique sont « made in China »), la maîtrise des technologies de pointe, la construction militaire dans l’espace, la mobilisation de l’Europe contre la Chine, l’approbation des sources d’énergie extérieures de la Chine et le fait de considérer la Chine comme un démon – tout cela constitue aujourd’hui la boîte à outils de ce qui menace l’élite anglaise.

Peut-être « l’alchimiste » de ZeroHedge prendra-t-il Joe Sixpack à part et lui dira tranquillement « Écoute, Joe, le Covid-19 n’est qu’un virus – un organisme invisible. Tu ne peux pas le voir. Tu ne peux pas lui faire la guerre. Lorsque les Britanniques ont commencé à imaginer les Allemands comme des monstres démoniaques à détruire, ils ont fini par détruire non seulement la culture européenne, mais aussi tout engagement envers la notion de Virtù ou de conduite héroïque homérique.

À leur tour, les générations successives ont embrassé le relativisme, le nihilisme, le pessimisme et le ressentiment. Et de l’intrusion massive et guerrière des gouvernements dans toutes les facettes de la société civile est né le Kriegssozialismus allemand qui allait devenir le modèle des Bolcheviks. Une fois encore, comme le souligne Vincent :

« Les Britanniques ont réussi à contrôler leur économie, comme aucun autre État belligérant ne l’avait fait : Mais partout, la prise du pouvoir social par l’État a été accompagnée et favorisée par des mensonges de propagande, sans précédent dans l’histoire, jusqu’à cette époque ».

Mais pourquoi (demande Joe) avez-vous souri de façon si énigmatique lorsque j’ai dit que je pourrais acheter des actions à crédit, fournies par mon courtier, pour essayer de récupérer mon manque à gagner, suite au Coronavirus ?

« Eh bien », dit l’alchimiste, « je pensais à la « guerre » cachée, et à la façon dont un virus « venu de nulle part » a changé son cours, pour de bon ».

« Que voulez-vous dire ? », s’interroge Joe.

« Tu te souviens que tu as dit que l’économie américaine était fondamentalement la plus forte du monde ? Ce n’est pas tout à fait vrai. Il y a quelque temps, la croissance américaine a commencé à s’essouffler et les autorités ont opté pour une économie axée sur la dette et la consommation. L’argent était imprimé (sous forme de crédit), et – normalement – beaucoup d’argent nouveau ou de dettes en circulation, aurait créé de l’inflation (comme c’est arrivé sous l’administration Reagan).

La façon dont nous avons géré cette difficulté (outre le fait de réajuster régulièrement l’indice des prix) a été le « Commerce avec la Chine ». La Chine était alors en pleine révolution industrielle : elle envoyait des produits bon marché à Walmart. Elle a effectivement subventionné les classes moyennes, en donnant aux États-Unis un niveau de vie – l’accès à des biens de consommation bon marché – que nous n’aurions pas pu nous permettre autrement. Et mieux encore, ils ont fait transiter les recettes monétaires vers Wall Street, en achetant des bons du Trésor américain.

Le fait est qu’en achetant notre dette, les Chinois ont permis aux États-Unis de réduire notre « empreinte » monétaire en exportant notre dette en dollars américains vers les marchés émergents. Nous avons ainsi prêté 13 000 milliards de dollars, réduisant ainsi l’empreinte monétaire intérieure.

Ces petits « stratagèmes » étaient nécessaires pour éviter l’inflation. Mais la menace de l’inflation a également été atténuée d’une autre manière. Tout cet argent nouveau a été utilisé pour « financer » et exploiter « tout », des soins de santé à l’éducation. Ils ont fait éclater les « bulles ».

Cela a donné aux États-Unis un simulacre de « croissance » – mais l’impression de monnaie n’a pas permis de mettre les dollars à ta disposition, j’en ai bien peur, Joe. Ils sont restés coincés dans le système financier et ont été thésaurisés. Tu as peut-être remarqué que les temps devenaient moins roses. Mais c’était aussi le résultat du modèle économique américain, qui a toujours donné la priorité à la formation de capital et a permis aux coûts de la main-d’œuvre de prendre le relais, ou d’être allégés par la délocalisation des coûts de la main-d’œuvre à l’étranger.

« Ah, mais qu’en est-il de la « guerre cachée » dont vous avez parlé. Comment cela s’inscrit-il dans le cadre de la guerre cachée », demande Joe.

« Tu te souviens de ce que j’ai dit plus tôt à propos de la crainte de la Grande-Bretagne de ne pas pouvoir rester éternellement au sommet de la puissance internationale ? Et qu’elle voyait l’Allemagne s’unir d’une manière ou d’une autre, et se développer vers l’Est, afin de rivaliser avec la Grande-Bretagne ? Eh bien, il y a quelques années, la Chine a cessé de faire circuler les recettes du Commerce avec la Chine vers Wall Street, et a commencé à se développer vers l’Asie Centrale. Elle a commencé à dépenser les recettes du Commerce avec la Chine » pour construire la Ceinture et la Route, à la place. De même que l’Allemagne avait menacé de rivaliser avec la Grande-Bretagne, la Chine était sur le point de rivaliser avec l’Amérique.

« Cela a posé un problème aux États-Unis : premièrement, comment financer maintenant ce Commerce avec la Chine ; et deuxièmement – et ce n’est pas le moins important – comment laisser les classes moyennes se priver en douceur de la perte de leur « subventions » provenant du Commerce avec la Chine et éviter une « révolte » à l’intérieur des États-Unis.

« Tout aussi problématique pour les États-Unis, le projet sino-russe eurasien visait à canaliser les échanges commerciaux – dans un domaine extrêmement important, notamment l’énergie et les matières premières – non pas par notre canal – le dollar – mais plutôt par un autre. Les partisans de la dédollarisation ont tenté d’évincer le dollar depuis au moins 2007.

D’où tous les « stratagèmes » de la boîte à outils que j’ai décrits plus tôt. Mais il y a pire : nous avons essayé de faire en sorte que toutes les ventes de pétrole dans le monde passent par le dollar (en sanctionnant les producteurs qui ne respectaient pas les règles, en créant une instabilité de l’offre, etc.), mais l’éparpillement des sanctions a simplement amené tout le monde sous notre juridiction et a soumis leurs systèmes financiers à la menace arbitraire du Trésor américain. Le monde ne veut plus faire cela. La révolte a pris de l’ampleur.

C’était, en substance, la « guerre cachée ». Et ça ne se passait pas si bien que ça : Le Trésor américain – tout simplement – était à court de nouvelles bulles à faire éclater. Finalement, il a eu recours à l’explosion de la « bulle du tout » pour maintenir l’apparence d’une économie forte ; mais à mesure que cette structure devenait de plus en plus grande, plus endettée, plus complexe et donc plus opaque, elle devenait moins stable. « L’épingle » du coronavirus a fait éclater la bulle, forçant Washington à déployer une impression monétaire illimitée et à renflouer simplement « tout » (ce qui est la réponse « logique » inévitable à une « bulle du tout », j’imagine) », a déclaré l’alchimiste.

« Alors, que va-t-il se passer maintenant ? » s’exclame Joe, alarmé : « Cela finira-t-il par une guerre, comme au 19ème siècle ? »

« Peut-être, mais probablement pas », répond calmement l’alchimiste. « La Chine est trop puissante, même si son économie aura inévitablement été affaiblie elle aussi. Il est plus probable que l’Amérique poursuivra la lutte contre la Chine (et la Russie) par l’intermédiaire de mandataires, comme au Venezuela ou au Moyen-Orient. (L’Iran est cependant un cas particulier, en raison d’Israël) ».

« À la fin de la Première Guerre Mondiale, les économies européennes avaient été partiellement paralysées par la guerre – et il y avait d’énormes dettes en dollars dues aux États-Unis. Aujourd’hui, les économies occidentales sont partiellement paralysées à cause du Covid-19. Et les dettes nationales sont aujourd’hui plus ou moins du même ordre, à des niveaux associés aux temps de guerre (réels). Et il y a les 13 000 milliards de dollars – dus par les marchés émergents, et dont le remboursement intégral doit maintenant être considéré comme problématique.

« Après la Première Guerre Mondiale, il n’y a pas eu de remise de dettes (pas de jubilé de la dette), mais seulement un « passage de relais » pratiqué par les États européens, qui ont essayé de se décharger de leurs dettes sur les autres. Pour trouver une issue, certains espéraient que l’austérité pourrait régler le problème. Mais d’autres ont eu recours à « l’argent hélicoptère » (tout comme les États-Unis le font, dans leur réponse au Covid-19). Le Reichsmark allemand soutenu par l’or est devenu le Papermark non soutenu. Au départ, le Reich a financé ses dépenses de guerre, en grande partie, par l’émission de dettes. Mais à partir de mai 1923, la quantité de Papermark a commencé à devenir incontrôlable. Les prix de gros sont montés en flèche. En 1918, vous pouviez acheter 500 milliards d’œufs pour le même prix que vous auriez dû dépenser, cinq ans plus tard, pour un seul œuf. Le Papermark avait la valeur de la ferraille.

« Avec l’effondrement de la monnaie, le chômage était en hausse. L’hyperinflation avait appauvri la grande majorité de la population allemande, en particulier la classe moyenne. Les gens souffraient de pénurie alimentaire et de froid. Et l’extrémisme politique était en hausse. C’est un risque réel, puisque tous les anciens contrats du Trésor pour juguler l’inflation ne sont plus disponibles.

« Alors que pourrait faire Washington – surtout en ce qui concerne la dette de 13 billions de dollars des pays émergents », a demandé Joe. « Pourquoi ne réforment-ils pas le système ? »

« Nous ne savons pas ce qu’ils vont faire », soupire l’alchimiste, « mais les signaux suggèrent que les banquiers centraux jouent avec une nouvelle crypto-monnaie numérique mondiale de réserve – par rapport à laquelle les pays émergents (et les États-Unis) pourraient dévaluer leurs monnaies. (L’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre a fait allusion à quelque chose de ce genre). Cela pourrait ne jamais se produire. Le type de « crypto » que les banquiers centraux ont à l’esprit est celui qui donne aux autorités un contrôle total : pas de monnaie réelle, juste un crédit à la banque centrale avec des distributeurs automatiques qui ne débitent que ce que les banques centrales déterminent. Et non, il n’y aura pas de véritable réforme – seulement des « palabres ». Mais ça – l’argent sale, en grande quantité – c’est une autre histoire. La transparence n’est pas une option.

« Alors, vous me conseillez de ne pas acheter d’actions », demande Joe.

« Non, à votre place je ne le ferais pas, Joe. Il semble que Trump veuille maintenant renflouer la classe moyenne américaine d’une autre manière. Je sais que toi, comme beaucoup d’autres, vous aimez vérifier quotidiennement leur 401K (actions détenues comme future provision de retraite). Et si c’est en hausse, vous êtes heureux ; sinon, vous êtes moroses. Trump essaie donc de faire exploser les marchés, avec un mur d’argent fraîchement imprimé – et des renflouements illimités.

« Le Président a pris le contrôle total du bouton (nucléaire) qui contrôle l’offre mondiale d’argent, en dollars. Il a le contrôle du Trésor qui a achevé son rachat et sa fusion avec la Fed. Le Congrès autorise un renflouement de 450 milliards de dollars dans le cadre du programme CARES. Le Trésor les donne à la Fed comme sa participation – et donne ensuite l’ordre à la Fed de multiplier cette participation par un facteur de dix (en imprimant de l’argent nouveau). Les 450 milliards de dollars deviennent 450 000 milliards de dollars et sont remis à un fonds spéculatif ami – Blackrock – pour être distribués. Et les détails de la distribution sont tous liés par des clauses de confidentialité et d’opacité. Trump devient un Crésus laïque : il peut « imprimer » autant qu’il le souhaite. Rien ne l’arrête. Sera-t-il capable de se contenir ?

Joe soupire.

« Alors, la question qui se pose, Joe, est la suivante : est-il vraiment possible que le marché s’envole alors que la moitié de l’économie est à moitié en faillite et que la valeur inhérente est en chute libre ?

« Comme je l’ai dit plus tôt, l’impression de l’argent ne rend pas toujours les dollars disponibles. Des liquidités sont fournies aux banques américaines : oui, mais le problème n’est pas tant la liquidité que le défaut de paiement potentiel – en particulier sur les 13 000 milliards de dollars dus à l’étranger. Les débiteurs étrangers se bousculent donc pour obtenir des dollars, avec lesquels ils peuvent payer les intérêts et rembourser les capitaux à mesure qu’ils deviennent exigibles – et cela signifie que le dollar va s’envoler (pour l’instant). C’est la force du dollar qui amène le monde à son nadir (tout comme dans les années 1930). C’est le système du dollar qui constitue le véritable problème. Ce virus va soit piquer la bulle du dollar et la faire s’effondrer dans une spirale inflationniste vers le bas – ou bien, les banques centrales seront obligées de trouver une autre solution (bien que Dieu seul sait quoi !) »

Joe soupire à nouveau.

« J’ai bien peur, Joe, de ne pas avoir été d’une grande aide pour toi – désolé ».

source : https://www.strategic-culture.org

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents