Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un nouveau monde est en train de naître, à quoi ressemblera-t-il ?

Publié par wikistrike.com sur 10 Avril 2020, 10:12am

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Un nouveau monde est en train de naître, à quoi ressemblera-t-il ?

Beaucoup nous disent que le monde après le Covid-19 sera différent.

La question est la suivante : Différent de quelle manière ? Sera-t-il meilleur ou pire ?

Les élites s’efforcent d’améliorer la situation pour eux, et de la rendre pire pour le reste d’entre nous. À ce sujet, les preuves sont claires. Les Big Boys sont renfloués et leurs dettes sont couvertes. Tous les autres, sauf ceux qui sont déjà marginalisés et qui n’ont pas de dossier de travail récent ni de domicile fixe, reçoivent un mois de loyer et des allocations de chômage prolongées.

Les grandes entreprises pharmaceutiques voient des bénéfices massifs dans le virus, le gouvernement voit plus de pouvoir pour contrôler les masses.

Mais la disparité des avantages économiques n’en est qu’une partie. De puissants groupes d’intérêts, tels que Bill Gates et Big Pharma, sont déterminés à nous vacciner tous et à contrôler nos mouvements grâce à un passeport interne intitulé « vacciné, santé autorisée » ou d’autres termes à cet effet. De nouvelles procédures et technologies de suivi doivent être mises en œuvre, rappelant la « marque de la bête », pour contrôler l’accès de diverses catégories de personnes à divers domaines et prestations.

Les experts soulignent que, tout comme nous ne pouvons pas être vaccinés contre le rhume, sauf peut-être pour la version de l’année dernière, nous ne pouvons pas être vaccinés contre le Covid-19 et d’autres virus en mutation, mais les experts sont déjà critiqués. Aucune opinion d’expert ne doit être autorisée à faire obstacle aux bénéfices de la vaccination.

Les défenseurs de la nutrition et des vitamines ne pourront pas non plus s’y opposer. Bill Sardi prédit que des frayeurs orchestrées générées par des rappels obligatoires de vitamines « toxiques » nous attendent. Les grandes entreprises pharmaceutiques sont déterminées à acquérir le contrôle des vitamines et des remèdes homéopathiques, et la FDA est probablement le pion des grandes entreprises pharmaceutiques.

La vaccination a été élevée au-dessus de la guérison, comme le crient les grandes entreprises pharmaceutiques et leurs shills tels que CNN : l’expérience positive rapportée par les médecins des traitements réussis avec l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, et l’efficacité de la vitamine C, de la vitamine D3 et du zinc pour renforcer la capacité du système immunitaire à combattre le virus. L’orthodoxie médicale influencée par les grandes sociétés pharmaceutiques ne peut pas sortir de la boîte dans laquelle elle a été mise. Lorsque de nouvelles réflexions et expérimentations sont nécessaires, les personnes capables de penser sont harcelées et même bloquées par les réglementations et le dogmatisme de la FDA.

Le gouvernement permanent et ses agences de sécurité voient dans la peur et la confusion de la population des possibilités de mettre en place plus de mesures tyranniques, plus de mises en réserve des droits constitutionnels, plus d’entraves à la liberté d’expression. La capacité de la liberté à résister à l’oppression est de plus en plus réduite.

Diverses descriptions de la dystopie attendue sont proposées sur Internet. Mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. C’est à nous de jouer. Démoralisés et craintifs, nous pouvons accepter plus de pouvoir gouvernemental comme nous l’avons fait après le 11 septembre. Au lieu de cela, nous pouvons reconnaître collectivement l’échec massif partout du leadership occidental et construire une société plus vivable et plus durable.

L’échec du leadership est une opportunité pour un réel changement

CNN, le New York Times et le reste des médias contrôlés nous disent chaque jour que le président Trump représente l’échec du leadership. Mais l’échec du leadership va au-delà de tous les dirigeants des 30 dernières années et réside dans le système lui-même. Le capitalisme mondial, « autorégulé », cupide, financiarisé et sans âme ne peut pas unir les gens en une communauté durable.

L’échec du leadership réside dans l’échec à long terme du leadership qui a rendu les sociétés occidentales vulnérables en déplaçant les emplois à haute productivité et à haute valeur ajoutée à l’étranger afin d’augmenter les profits des entreprises au détriment des revenus des consommateurs nationaux. Cela signifie le déplacement à l’étranger de la capacité de produire des médicaments, des masques N95 et d’autres ressources nécessaires à la survie nationale. Cela signifie une dépendance vis-à-vis des puissances étrangères. Cela signifie l’incapacité de fonctionner sans importations massives. Quelle que soit la manière dont on le considère, le mondialisme est une condamnation à mort. Son seul avantage est pour les riches, et l’avantage leur vient sous la forme d’une main-d’œuvre bon marché qui gonfle leurs profits alors qu’elle réduit les revenus nationaux et le pouvoir d’achat de la population.

Sans revenus pour faire tourner l’économie, les élites ont accordé des prêts et élargi le crédit afin de fournir un pouvoir de dépense basé sur l’endettement personnel pour absorber la production délocalisée ramenée au pays pour la vendre sur les marchés américains. Le coût de l’enseignement supérieur a grimpé en flèche alors que sa qualité déclinait. Les subventions à l’éducation ont été réduites et la dette des étudiants a été remplacée par des prêts. L’inflation a été sous-estimée afin d’empêcher les retraités de la sécurité sociale de bénéficier des augmentations du coût de la vie. Les paiements de l’assurance-maladie aux prestataires de soins ont été réduits. Le filet de sécurité sociale a été déchiré encore et encore. De plus en plus de personnes en sont sorties et les populations de sans-abri ont augmenté, offrant un terrain fertile pour le Covid-19.

La répartition des revenus et des richesses aux États-Unis est passée de juste à extrêmement inégale en peu de temps, les riches profitant du fait que la Réserve fédérale injectait des billions de dollars dans le prix des actifs financiers et que les sociétés rachetaient leurs propres actions, décapitalisant ainsi la société tout en l’endettant, le tout au profit temporaire de primes plus élevées pour les cadres et de plus grandes plus-values pour les actionnaires. Les élites ont tué l’économie pour leurs propres bénéfices à court terme.

Ces politiques destructrices étaient l’œuvre de penseurs à court terme animés par la cupidité, des gens dont la seule vision était « Je veux encore plus ». Et ce sont ces personnes indignes, et non leurs victimes, que l’oncle Sam est en train de sauver. L’énorme bulle de dettes impayées qui surplombait déjà l’économie est en train de s’agrandir. La Réserve fédérale et le Trésor américain sont en train de détruire le dollar américain dans des efforts futiles pour sauver les super-riches de leur propre mauvaise conduite motivée par la cupidité.

Cette approche insensée de la crise économique est remplacée par une approche saine. Les entreprises et les banques renflouées sont en fait rachetées par le gouvernement. Par conséquent, elles devraient être traitées comme les entreprises nationalisées qu’elles sont. Une fois nationalisé, le gouvernement, contrairement aux entreprises, peut créer l’argent nécessaire pour payer les salaires et les primes de santé. Le taux de chômage prévu de 30 ou 40 % peut être évité. Il est préférable de payer les salaires que de verser des allocations de chômage. La différence psychologique à elle seule vaut une somme considérable.

L’incapacité du système de santé privé américain, dont les coûts sont élevés, à faire face à la crise médicale actuelle est évidente. Un système de soins de santé axé sur le profit est le système le plus coûteux à avoir.

Le profit est présent à tous les niveaux, ce qui augmente les coûts à des niveaux que l’assurance privée et l’assurance maladie refusent de rembourser. Il en résulte un rétrécissement, et non une expansion du système. Il suffit de regarder, par exemple, le nombre d’hôpitaux, surtout dans les zones rurales, qui ont récemment fermé.

En outre, la couverture d’un système privé – et de l’assurance maladie elle-même – présente des lacunes considérables. La résistance à un service de santé nationalisé est ridicule, d’autant plus qu’un service nationalisé peut coexister avec un service privatisé. Deux sont clairement mieux qu’un.

La nationalisation présente de nombreux avantages. Elle permet de démanteler les grandes entreprises lourdes, créées, par exemple, par les fusions de banques géantes comme la Chase Manhattan et la J.P. Morgan, et de rétablir la séparation entre la banque commerciale et la banque d’investissement. L’abrogation de la loi Glass-Steagall et la suspension de l’application des lois antitrust ont été le résultat d’une politique ignorante, pour le pire. La nationalisation permet au gouvernement de rapatrier la production délocalisée des entreprises mondiales américaines et de remettre la main-d’œuvre américaine au travail dans des emplois de classe moyenne. C’est une situation gagnant-gagnant pour le peuple américain.

Une fois que les entreprises monopolistiques géantes sont démantelées, elles peuvent être privatisées et rendues à la propriété privée sur la base d’une juste valeur, et non pas sur la base d’une vente au centime près. L’argent que le gouvernement reçoit de leur vente peut être utilisé pour rembourser la dette publique.

Pour les particuliers, les lourdes dettes qui pèsent sur la vie et l’économie doivent être ramenées à des niveaux dont le service peut être assuré par leurs revenus. Michael Hudson et moi-même avons proposé une solution, le « jubilé de la dette ». D’autres ont répondu à notre appel.

Actuellement, la Réserve fédérale socialise la dette sans l’écrire. C’est absurde car elle renfloue la dette en l’augmentant.

Aux États-Unis, il y a tellement de préjugés dogmatiques contre tout ce qui a une teinte de socialisme, même en tant que mesure expéditive temporaire, que la réflexion et l’action sensée se heurtent à de fortes barrières. Si nous ne pouvons pas surmonter ces barrières, nous sommes destinés à des temps bien plus difficiles.

La communauté peut-elle être restaurée ou le nationalisme va-t-il dégénérer en clans et tribalisme de la politique identitaire ?

Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés est de restaurer le concept de communauté. Il fut un temps où les États-Unis constituaient une communauté, une communauté unique car elle était composée d’une multitude d’ethnies. À chaque vague d’immigrants ethniques, ils passaient un test sur la Constitution, apprenaient la langue nationale et s’assimilaient à la communauté américaine.

Cette communauté a été détruite par diverses forces, la dernière en date étant la politique identitaire. La politique de l’identité interdit la communauté en divisant la population en groupes mutuellement hostiles par sexe, préférence sexuelle, race, et toute classification qui peut être inventée ou imaginée. Le résultat est une tour de Babel. Une Tour de Babel n’est pas une communauté.

Au lieu d’une communauté, les États-Unis sont un endroit où l’on cultive la haine, ceux qui revendiquent le statut de victime étant les plus haïs et ceux qui se voient attribuer le statut de persécuteur étant les plus haïs. Au départ, les hommes blancs hétérosexuels étaient les principaux objets de haine, mais depuis peu, nous avons les transsexuels qui haïssent les féministes qui disent qu’une femme est une femme, et non un homme qui prétend être une femme. Les attaques des transsexuels contre des leaders féministes connus sont violentes dans leur langage et risquent de se transformer en actes violents. Divers groupes d’immigrés non assimilés s’affrontent pour savoir qui contrôle le territoire contesté. Le traitement inhumain des Palestiniens par Israël a mis les immigrants musulmans en colère contre les Juifs. Les attaques raciales violentes contre les blancs sont de plus en plus fréquentes.

Pendant des décennies, les études sur les femmes ont enseigné la haine des hommes, et les études sur les Noirs ont enseigné la haine des Blancs. Cette haine enseignée est maintenant complétée par le projet 1619 du New York Times. Au lieu de l’assimilation, nous avons maintenant des haines mutuelles. Comment pouvons-nous y échapper ?

Peut-être que le défi du Covid-19 nous obligera à nous réunir à nouveau pour l’emporter sur le virus, qui, dans ses versions mutantes, pourrait être avec nous pour toujours. Un rapprochement serait facilité par un sauvetage économique perçu comme équitable plutôt que comme l’approche unilatérale qui a été adoptée. Un jubilé de la dette apporte l’équité nécessaire.

Les élites, qui ne pensent qu’à leurs intérêts, font obstacle à l’opportunité que la crise offre de rassembler les gens. Si nous ne pouvons pas être réunis, nous pouvons oublier l’unité au-delà des frontières de notre propre victime ou groupe d’identité. Au lieu d’une communauté, nous serons organisés en clans d’identités séparées. L’absence d’unité chez nous fera de nous une cible facile pour nos ennemis à l’étranger.

Nous savons ce qu’est la liste de souhaits dystopienne. Pouvons-nous nous rassembler avec une liste de souhaits anti-dystopienne en tant que communauté se soutenant mutuellement ou les élites ont-elles réussi à nous atomiser en groupes de haine tribaux disparates ?

Paul Craig Roberts

source : A New World Is Being Born:  What Will It Be?

traduction de Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents