Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des scientifiques découvrent un « interrupteur cérébral » capable de court-circuiter la douleur

Publié par wikistrike.com sur 25 Mai 2020, 10:56am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Des scientifiques découvrent un « interrupteur cérébral » capable de court-circuiter la douleur

Une équipe de chercheurs a découvert une petite zone du cerveau contrôlant profondément la perception de la douleur chez la souris. Contre toute attente, au lieu d’activer la douleur, celle-ci la court-circuite, et est localisée dans l’amygdale cérébrale, considérée comme le foyer des émotions et des réactions négatives, comme l’anxiété.

UNE ZONE DE L’AMYGDALE CÉRÉBRALE AGISSANT COMME UN VÉRITABLE INTERRUPTEUR

« Les gens croient vraiment qu’il existe un endroit central permettant de soulager la douleur, c’est précisément pour cette raison que les placebos fonctionnent », a déclaré Fan Wang, auteure principale de l’étude. « Le principal défi consistait donc à localiser cette fameuse zone cérébrale capable de l’éteindre. La plupart des études précédentes portaient sur les régions activées par la douleur, mais ces dernières sont si nombreuses qu’il faudrait toutes les désactiver pour la bloquer, quand ce seul centre permet à lui seul de la court-circuiter. »

Ces travaux font suite à des recherches antérieures menées par Wang et son équipe sur les neurones activés, plutôt qu’inhibés, dans le cadre d’une anesthésie générale. En 2019, l’équipe avait découvert que cette dernière favorisait le sommeil à ondes lentes en activant le noyau supra-optique du cerveau. Mais le sommeil et la douleur sont deux choses distinctes, un indice important qui a conduit à cette nouvelle découverte, récemment publiée dans la revue Nature Neuroscience.

Les chercheurs ont constaté que l’anesthésie générale activait également un sous-ensemble spécifique de neurones inhibiteurs dans l’amygdale centrale, qu’ils ont appelé les neurones CeAga (CeA signifiant amygdale centrale et ga indiquant l’activation par l’anesthésie générale). Bien que les souris possèdent une amygdale centrale relativement plus grande que la nôtre, Wang a estimé que rien ne suggérait que le cerveau humain fonctionne différemment en matière de contrôle de la douleur.

En utilisant des technologies développées par le laboratoire de Wang pour suivre l’activité des neurones chez la souris, l’équipe a découvert que les neurones CeAga étaient connectés à de nombreuses zones distinctes du cerveau, « ce qui constituait une véritable surprise », selon la chercheuse.

 

Lire la suite 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents