Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bill Gates dépense 1,6 milliard de dollars pour faire pression sur les gens afin qu’ils se fassent vacciner contre le coronavirus

Publié par wikistrike.com sur 11 Juin 2020, 08:45am

Catégories : #Santé - psychologie

Bill Gates dépense 1,6 milliard de dollars pour faire pression sur les gens afin qu’ils se fassent vacciner contre le coronavirus

Les efforts actuels pour faire la promotion des passeports de vaccination (d’immunité) ont commencé en 2018, bien avant le COVID-19. Il est important de reconnaître qu’il ne s’agit pas d’une situation temporaire ou d’une réaction instinctive qui va s’estomper.

Nous nous battons pour un nouveau niveau de surveillance bien planifié et bien financé. Il a été conçu par Bill Gates avant que cette maladie n’apparaisse et si les radicaux arrivent à leurs fins, elle continuera de façon permanente – ou jusqu’à ce que nous nous levions pour la combattre.

Une feuille de route, mise à jour en mars 2019, donne un plan quinquennal effrayant dont nous sommes exactement à la moitié. Elle préconise les restrictions suivantes pour les voyages en Europe :

  • Une « plate-forme pilote d’évaluation de la couverture, basée sur les contributions des parties intéressées », qui fournira des données sur le « partage des informations et la couverture vaccinale » pour les voyages entre les pays.
  • Elle offre une base de données centrale complète « avec des systèmes électroniques d’information sur la vaccination ou une autre source de données similaire ».
    Ces données seront gérées par un « algorithme informatique open source qui peut être partagé et géré par les régions, les pays » (cependant, plus une donnée est largement disponible, plus elle est susceptible d’être piratée).
  • Il a l’intention de partager publiquement les « évaluations transfrontalières de la couverture vaccinale ».
  • Il crée un rapport sur les « systèmes de rappel existants et fournit des recommandations pour les systèmes futurs » afin de rappeler aux gens quand ils ont besoin d’un nouveau vaccin exigé par leurs politiciens. Ce rapport peut facilement être utilisé pour refuser des demandes de voyage jusqu’à ce que le nouveau vaccin requis ait été injecté.
  • Il crée de nouveaux groupes chargés d’étudier les « hésitations en matière de vaccins » et prévoit de « contrer la désinformation sur les vaccins en ligne », un langage souvent codé qui ne vise pas à répandre la vérité mais plutôt à pousser les investisseurs à dire ce qu’ils doivent dire pour obtenir des taux de vaccination plus élevés.
  • Enfin, il propose une « série de webinaires sur des cas spécifiques, des projets et des initiatives traitant de l’hésitation à se faire vacciner et des questions liées à l’utilisation des vaccins », non pas pour les personnes qui prendront la décision de se faire vacciner ou de refuser un vaccin, mais plutôt pour « impliquer un large éventail de parties intéressées ».

Bill Gates est l’un des principaux acteurs qui font avancer ce système de vaccination dans le monde. Il a investi des milliards de dollars pour faire avancer ce projet tout en doublant sa fortune. Sa participation aux efforts internationaux en matière de santé lui a été très profitable.

Pas plus tard qu’il y a une semaine, Bill Gates a promis 1,6 milliard de dollars supplémentaires pour faire avancer sa stratégie en matière de vaccination. En outre, la quantité d’informations que cette base de données pourrait contenir est époustouflante. Pour ne citer qu’un exemple, le fait de savoir quelles vaccinations un homme politique a reçues pourrait fournir des informations à des opposants sans scrupules sur la façon de l’infecter à la veille d’un moment critique, et mettre de côté sa capacité à s’exprimer sur une question vitale. C’est effrayant.

Cependant, nous sommes enthousiastes à l’idée d’offrir aux Américains ordinaires un moyen de lutter contre ces milliardaires. Aujourd’hui, nous pouvons exiger de nos législateurs et de nos gouverneurs qu’ils prennent des mesures pour libérer notre nation (et le monde) du contrôle de ceux qui pensent que leur argent peut acheter et vendre les libertés des autres.

Certains conservateurs pourraient vouloir un vaccin contre une maladie dont les chiffres indiquent que 99,97 % des Américains s’en sont remis, la plupart du temps sans hospitalisation ni intervention. C’est leur liberté de choisir de le faire, mais même ceux qui veulent un vaccin doivent reconnaître l’importance de maintenir la liberté constitutionnelle des autres de choisir ou de refuser personnellement une vaccination, et non de la faire imposer par un politicien de l’État ou un conseil scolaire local.

En ce moment même, la Chine est en train d’accumuler un score compliqué de « crédit social ». Il s’agit d’un système de surveillance qui suit tout, le nombre de pas parcourus chaque jour, chaque lieu visité, chaque recherche en ligne, les mots écrits, et, certains spéculent, même les recherches par rapport à des mots clés parlés. Même ce qu’une personne achète à l’épicerie, comme de l’alcool, qui fait baisser le score, ou des couches, qui font augmenter le score, est suivi et affecte le score global de crédit social d’une personne.

Ce score dicte presque tout, y compris l’hôpital dans lequel vous pouvez vous faire soigner, les écoles que vos enfants peuvent fréquenter, le quartier dans lequel vous pouvez vivre, si vous pouvez être accepté dans un appartement de luxe ou non, et la voiture que vous êtes autorisé à conduire.

Selon Matthew Carney, correspondant d’ABC, environ 10 millions de Chinois ont été punis pendant une période d’essai de ce système de surveillance :

Hu a perdu son score de crédibilité sociale lorsqu’il a été accusé d’un délit d’élocution et se trouve maintenant exclu de la société en raison de son faible score… « Il y a beaucoup de gens qui sont sur la liste noire à tort, mais ils ne peuvent pas en sortir », dit Hu.

Cela a détruit sa carrière et l’a isolé, et il craint maintenant pour l’avenir de sa famille. Le système de crédit social a supprimé ses possibilités de voyage et l’a maintenu en résidence surveillée dans sa ville natale de Chongqing. … Hu essaie d’utiliser une application téléphonique pour réserver des billets de train pour Xi’an. La tentative est rejetée. « [L’application] dit qu’elle ne parvient pas à effectuer une réservation et que mon accès au train à grande vitesse est légalement limité », explique-t-il.

Les comptes de médias sociaux de Hu, où il publiait une grande partie de son journalisme d’investigation, ont également été fermés. Hu affirme que ses comptes Wechat et Weibo combinés avaient deux millions de fans à leur apogée mais sont maintenant censurés [par le gouvernement].

Ce système de surveillance invasive est exactement ce que les formateurs nationaux à la surveillance de la recherche des contacts louent en Amérique. Ils font l’éloge de la Chine comme étant un « grand système » utilisant une base de données centralisée.

En outre, ces formateurs de cette armée croissante d’espions nationaux n’ont pas tardé à dire que les préoccupations relatives à la vie privée « ne comptent pas » parce que quelqu’un pourrait nuire au public et que cela est plus important que la vie privée protégée par la constitution.

Nous construisons une armée d’espions et nous les entraînons à envier la Chine communiste et à ne pas tenir compte de la Constitution… qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Le moment est venu de contacter tous les législateurs de Washington et les gouverneurs des États-Unis pour exiger que notre pays supprime dès maintenant le financement de l’espionnage domestique.

source : https://www.lifenews.com

traduction de Life News par Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents