Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des scientifiques découvrent les mécanismes au cœur de la régénération des plantes

Publié par wikistrike.com sur 25 Juin 2020, 12:10pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Science - technologie - web - recherche

Des scientifiques découvrent les mécanismes au cœur de la régénération des plantes

Des chercheurs autrichiens sont parvenus à identifier les mécanismes régissant la régénération des plantes. Leurs travaux ont révélé que l’hormone végétale auxine, ainsi que les changements de pression intervenant lors d’une blessure, coordonnaient précisément les rôles des cellules végétales dans la cicatrisation des plaies.

UN PROCESSUS COMPLEXE

Les animaux et les humains possèdent des cellules spécialisées dans l’identification et la cicatrisation des blessures. Cependant, la migration ciblée n’est pas possible chez les plantes car les cellules végétales sont immobiles. Lors de la régénération des plantes, les cellules adjacentes à une blessure se divisent ou se développent pour combler les brèches engendrées par cette dernière. Ce processus s’avère extrêmement précis, étant donné que chaque cellule individuelle doit décider si elle va s’étirer ou se multiplier pour combler la plaie.

Bien que la régénération des plantes ait été étudiée depuis le milieu du XIXe siècle, le mécanisme sous-tendant la décision de chaque cellule sur la meilleure façon de soigner une blessure demeurait jusqu’à récemment un mystère. Dans le cadre de ces travaux publiés dans la revue PNAS, une équipe de scientifiques dirigée par le professeur Jiří Friml a découvert que le rôle des cellules végétales individuelles pendant la régénération était régulé par l’hormone végétale auxine. Il s’est par ailleurs avéré que les cellules étaient également guidées par les changements de pression ayant lieu à l’intérieur de la plante à la suite d’une blessure.

« Il est vraiment fascinant de constater à quel point la régénération des plantes est robuste et flexible, compte tenu du caractère statique de ces organismes », souligne Lukas Hoermayer co-auteur de l’étude.

Lire la suite 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents