Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’agresseur présumé de la famille Salas travaillait auparavant pour une société liée aux services de renseignement américains/israéliens

Publié par wikistrike.com sur 23 Juillet 2020, 08:45am

Catégories : #Politique internationale

L’agresseur présumé de la famille Salas travaillait auparavant pour une société liée aux services de renseignement américains/israéliens

Les présumés tireurs qui ont tué le fils de Esther Salas, la juge récemment affectée à l’affaire Epstein-Deutsche Bank, travaillaient pour une société d’espions d’entreprise et de mercenaires ayant des liens avec les services de renseignement et la Deutsche Bank.

La nouvelle des morts du mari et du fils de Esther Salas, la juge récemment assignée à la supervision de l’affaire Jeffrey Epstein-Deutsche Bank, a provoqué un choc et une confusion tout en apportant un nouvel éclairage sur le scandale Epstein, juste une semaine après que la principale co-conspiratrice d’Epstein, Ghislaine Maxwell, se soit vue refuser la liberté sous caution dans une affaire distincte.

L’affaire que Salas doit superviser est une action collective intentée par des investisseurs de la Deutsche Bank qui allèguent que la Deutsche Bank « n’a pas correctement surveillé les clients que la banque jugeait elle-même à haut risque, notamment le délinquant sexuel Jeffrey Epstein, qui a été condamné ». L’affaire est survenue après que le Département des Services Financiers de l’État de New York ait convenu que la Deutsche Bank n’avait pas rompu les liens avec les comptes liés à Epstein, ce qui a conduit la Deutsche Bank à payer une amende de 150 millions de dollars. La Deutsche Bank, contrairement à d’autres institutions financières, n’a fermé tous ses comptes liés à Epstein que moins d’un mois avant son arrestation l’année dernière, même si la banque l’avait identifié comme « à haut risque » des années auparavant.

Au-delà de la tragédie de la fusillade de dimanche, qui a coûté la vie à l’enfant unique de Salas, la découverte rapide de la mort du principal suspect, Roy Den Hollander, d’une balle « auto-infligée » dans la tête avant qu’il ne puisse être arrêté ou interrogé par les autorités, a conduit à spéculer sur le fait que le récit officiel du crime ne se limite pas à ce qui apparaît à première vue.

Alors que les forces de l’ordre affirment maintenant qu’Esther Salas n’était pas la cible visée par l’attaque et que certains rapports des médias suggèrent maintenant que le motif de Den Hollander était lié à son aversion pour le féminisme, il semble que des efforts soient en cours pour distinguer la fusillade tragique de dimanche de la récente affectation de Salas à l’affaire Epstein, qui s’est produite quatre jours seulement avant la fusillade tragique.

La raison la plus probable d’un tel effort de « limitation des dégâts » réside dans le fait que les enquêtes des forces de l’ordre américaines et les reportages des grands médias ont constamment minimisé les liens entre le trafic sexuel et les crimes financiers de Jeffrey Epstein et les agences de renseignement aux États-Unis et en Israël. De même, Roy Den Hollander, qui travaillait auparavant pour une entreprise new-yorkaise, a été décrit comme une « CIA privée » ayant des liens avec les services de renseignement de ces pays et, également avec la Deutsche Bank.

Une CIA privée

Selon son site web, Den Hollander a travaillé pour le bureau de Moscou de Kroll Associates, où il a « géré et amélioré les services de renseignement et de sécurité de Kroll dans l’ancienne Union Soviétique » de 1999 à 2000. Quelques années auparavant, Kroll avait remporté une offre considérable du gouvernement russe pour localiser de l’argent prétendument « sorti du pays par les directeurs des entreprises d’État lorsqu’ils ont réalisé que la privatisation était inévitable ». Les dirigeants de Kroll en charge du portefeuille russe avant Den Hollander étaient E. Norbett Garrett, un ancien chef de station de la CIA au Caire et au Koweït, et Joseph Rosetti, ancien chef de la sécurité chez IBM. Pendant cette période et avant son embauche chez Kroll, Den Hollender a travaillé comme avocat en Russie sur des « questions juridiques et commerciales, notamment le financement international et le marketing » et a épousé une femme russe qu’il a rencontrée pendant son séjour là-bas et dont il a par la suite affirmé qu’elle faisait partie de la « mafia russe ».

Fondée par Jules Kroll en 1972, Kroll Associates sera plus tard connue sous le nom de « CIA de Wall Street » et de « Wall Street’s Private Eye ». Selon le Washington Post, elle aurait été une véritable façade de la CIA pour les services de renseignement français. Ce surnom, qui était autrefois un sujet de vantardise pour les cadres supérieurs de Kroll, s’explique en partie par le fait que la firme engageait fréquemment d’anciens agents de la CIA et du FBI, ainsi que d’anciens membres du MI6 et du Mossad. K2 Intelligence, le successeur de Kroll Associates fondé par Jules Kroll et son fils Jeremy en 2009, a des pratiques d’embauche similaires, comptant dans ses rangs d’anciens fonctionnaires du FBI et de la NSA aux côtés d’anciens membres de haut rang des Forces de Défense Israéliennes (FDI) et du Shin Bet, l’agence de renseignement intérieure israélienne. Kroll s’est également vanté de ses liens avec la famille Bush, Jonathan Bush (le frère de George Bush père) faisant partie de son conseil consultatif d’entreprise, et Kroll a également été employé par la première campagne présidentielle de Bill Clinton.

Bien qu’il soit principalement impliqué dans la sécurité et les enquêtes d’entreprises, Kroll a également fréquemment enquêté sur des cibles de la politique étrangère de Washington, dont Saddam Hussein, et a également été la société mise sur écoute pour « réorganiser » Enron en 2002. Kroll Associates est également depuis longtemps un sujet de préoccupation pour ceux qui remettent en question le récit officiel des attentats du 11 septembre 2001, étant donné que la société a été chargée de la sécurité du complexe du World Trade Center depuis l’attentat de 1993 jusqu’aux attaques de 2001 et qu’elle ne manque pas de liens avec les sociétés et les personnes qui ont profité des attentats. Kroll Associates elle-même a connu une « augmentation d’activité » après les événements du 11 septembre, un jour où ses cadres supérieurs ont tous évité d’aller travailler malgré le fait qu’ils assuraient ostensiblement la sécurité du complexe.

Une « augmentation d’activité » similaire pour Kroll Associates a suivi l’invasion américaine de l’Irak en 2003, après que les enquêtes de la société sur les finances de Saddam Hussein et du parti Bath aient été utilisées pour justifier en partie l’incursion militaire. Kroll Associates est devenue un important fournisseur de mercenaires avec des sociétés comme Blackwater et DynCorp pour l’invasion américaine et l’occupation ultérieure par le biais de sa filiale Kroll Security International. Parmi ses clients figurait l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), qui a longtemps servi de façade à la CIA, et a également fourni des mercenaires pour la guerre en Afghanistan.

Au fil des ans, les dirigeants de Kroll des États-Unis ont commenté à la presse leur réputation de « CIA privée » et ont également souligné les avantages d’être une agence de renseignement « privée » par opposition à « publique ». Par exemple, E. Norbett Garrett, l’ancien responsable de la CIA devenu cadre de Kroll, a déclaré ce qui suit au New Yorker en 2009 :

« Garrett a expliqué la disparité entre ce que Kroll pouvait faire et ce que la C.I.A. pouvait faire dans un endroit comme le Soudan. « Ils doivent s’appuyer sur des sources publiques et secrètes », a-t-il déclaré. « Mais nous pouvons directement aller voir Salah Idris. C’est notre client, après tout. Nous pouvons aller directement voir ses amis. On peut nous manipuler, bien sûr, nous montrer des informations incomplètes, et parfois nous devons nous retirer d’une affaire si nous ne faisons pas confiance à quelqu’un. Mais nous avons certainement certains avantages ».

Kroll Associates et le réseau Epstein

Outre le rôle de Kroll Associates en tant que société de renseignement privée, il convient également de souligner que Jules Kroll a eu une rencontre étrange avec Robert Maxwell, le père de Ghislaine Maxwell, peu avant sa mort, que la plupart des biographes de Maxwell et sa famille considèrent comme un homicide. Environ deux semaines avant sa mort, Kroll a rencontré Maxwell à l’hôtel Helmsley Palace de New York. Selon un article paru en 1992 dans Vanity Fair, « Maxwell avait fait sortir Kroll et deux autres hommes sur le patio afin que leur conversation ne puisse être entendue ou mise sur écoute », Maxwell ayant prétendument cherché à engager Kroll pour découvrir « des gens qui veulent le coincer, détruire son empire, le paralyser financièrement, et détruire sa vie et ses affaires de toutes les manières possibles ».

L’article note en outre que « la réunion s’est terminée avec la promesse de Maxwell d’envoyer à Kroll ce qu’il a appelé « un mémorandum d’événements suspects et inexpliqués ». « Maxwell travaillait sur ce recueil », a déclaré le participant [anonyme] [à la réunion], « quand il a trouvé la mort ». « Kroll Associates n’a jamais été formellement engagé ».

Beaucoup plus récemment, Kroll a fait l’objet d’un examen minutieux après avoir été engagé par le magnat des médias Harvey Weinstein aux côtés de l’entreprise privée « Mossad à louer » Black Cube. Weinstein avait été chargé d’engager Black Cube par Ehud Barak, l’ancien chef des services de renseignements militaires israéliens et Premier Ministre israélien, proche de Jeffrey Epstein et visiteur fréquent des résidences de ce dernier. Weinstein a engagé Kroll pour harceler et cyberharceler les femmes qui l’avaient accusé d’agression sexuelle. Weinstein était un ancien partenaire commercial de Jeffrey Epstein et le témoignage de Maria Farmer, victime d’Epstein, laisse fortement entendre que Ghislaine Maxwell et Epstein « partageaient » des femmes, et potentiellement des jeunes filles mineures, avec le producteur de films. Le Daily Beast a par la suite rapporté qu’Epstein avait utilisé ses liens avec Weinstein pour impressionner et recruter des victimes potentielles et au moins une de ces victimes a décroché un rôle dans un film produit par une société appartenant à Weinstein en raison des liens de Epstein avec Weinstein.

En outre, James Bucknam, Vice-Président exécutif des opérations de Kroll, a longtemps été le conseiller principal de l’ancien Directeur du FBI Louis Freeh et est aujourd’hui PDG du groupe Freeh. Freeh est depuis devenu célèbre pour avoir été engagé par l’associé d’Epstein, l’avocat Alan Dershowitz, pour « enquêter » sur le scandale Epstein, et a également été impliqué dans la dissimulation du scandale de la maltraitance des enfants et des abus de Penn State. Freeh était également Directeur du FBI lorsque le Bureau a refusé d’enquêter sur les accusations concernant Leslie Wexner, Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein et leur implication dans le trafic sexuel de mineurs, signalé pour la première fois au FBI en 1996 par Maria Farmer.

La « porte tournante » Kroll-Deutsche Bank

Après avoir « pris sa retraite » de Kroll Associates, Jules Kroll a créé une agence de notation de crédit, un domaine qu’il avait qualifié quelques années plus tôt de « sacré racket ». Baptisée Kroll Bond Rating Agency (KBRA), la société a été conçue par Kroll comme une « agence de notation de crédit sous stéroïdes », mais n’a pas réussi à réduire les parts de marché des agences de notation de crédit du « Big Three » : Standard & Poor’s, Moody’s Investors Service et Fitch Ratings.

Bien qu’elle n’ait pas réussi à devenir une force dominante dans le domaine de la notation de crédit, KBRA a réussi à être rentable et à créer une sorte de « porte tournante » entre ses cadres supérieurs et ceux de la Deutsche Bank. Par exemple, le plus haut dirigeant de KBRA en Europe, Mauricio Noé, avait auparavant été directeur général de la succursale londonienne de la Deutsche Bank. Dans un autre exemple, le vice-président de la Deutsche Bank à New York chargé de la structuration des crédits, Ian Ross, était auparavant employé par KBRA et Yee Cent Wong, directeur général de KBRA pour CMBS, était auparavant vice-président du groupe des solutions de crédit de la Deutsche Bank Securities. Un autre directeur général de KBRA, Bill Baneky, avait auparavant été vice-président et directeur national des relations avec la Deutsche Bank. Une des directrices générales de KBRA, Rosemary Kelley, est également une ancienne vice-présidente de la Deutsche Bank, tandis qu’un autre, Ken Kockenmeister, était le directeur de la Deutsche Bank pour la titrisation et la souscription des grands prêts.

Bien qu’ils ne soient pas la « plus grande » agence de notation de crédit, les analystes et les dirigeants de KBRA s’adressent fréquemment aux médias pour commenter la situation de diverses entreprises, dont la Deutsche Bank. Étant donné l’importance des chevauchements entre la Deutsche Bank et la KBRA, il n’est pas surprenant que la KBRA ait fait pression dans la presse au nom de la Deutsche Bank. Par exemple, l’analyste de la KBRA Christopher Whalen a déclaré à Business Insider en 2016 que « le problème avec la Deutsche Bank pourrait être la fin de la carrière de Merkel », ajoutant que « la question est de savoir si elle veut qu’on se souvienne d’elle pour avoir fait ce qu’il fallait – c’est-à-dire apporter un soutien à la banque et désamorcer la situation – ou si elle veut qu’on se souvienne d’elle pour être restée en attente lorsque l’une des plus grandes banques d’Europe a fait faillite ».

Les liens de Jeffrey Epstein avec la Deutsche Bank

Les liens de Jeffrey Epstein avec la Deutsche Bank remontent à plusieurs décennies, et peut-être même plus tôt. Après avoir travaillé pour Bear Stearns plus tôt dans sa carrière, puis en tant que « chasseur de primes financières » ayant des liens avec des marchands d’armes liés au renseignement et avec Wall Street, Epstein a mis en place avec Steve Hoffenberg une chaîne de Ponzi appelée Tower Financial, qui s’est effondrée en 1993 et a ensuite valu à Hoffenberg 20 ans de prison. Le nom d’Epstein, bien qu’il soit clairement un co-conspirateur, a été suspicieusement retiré de l’affaire pendant le procès. Hoffenberg a par la suite allégué qu’Epstein avait utilisé les gains mal acquis de Tower Financial ainsi qu’une série de prêts suspects de la Deutsche Bank pour créer sa société d’investissement.

Hoffenberg a par la suite déclaré à The Observer ce qui suit :

« Sa banque principale est la Deutsche Bank, en Allemagne, qui gère sa société de fiducie financière. Elle gère la plate-forme de négociation des devises pour Epstein et avec Epstein. Il n’a jamais révélé aux investisseurs qui fournissent l’argent à la Deutsche Bank son véritable héritage, à savoir la fraude sur les valeurs mobilières ».

Par la suite, les activités financières de Epstein, en dehors de son véhicule d’investissement Deutsche Bank, ont été menées publiquement par Bear Stearns (jusqu’à son effondrement en 2008) et J.P. Morgan. Lorsque J.P. Morgan a laissé tomber Epstein en tant que client, il s’est à nouveau tourné vers la Deutsche Bank en 2013, devenant un client de la division de gestion de fortune privée de la banque à New York. Les agents chargés de la lutte contre le blanchiment d’argent dans les succursales de la banque à New York et en Floride ont ensuite signalé les comptes d’Epstein en 2015, en 2016 et de nouveau en 2019, créant des rapports d’activités suspectes concernant les mouvements de grandes quantités de fonds sur des comptes liés à Epstein en dehors des États-Unis.

Cependant, la banque n’a pas mis fin à sa relation avec Epstein avant juin 2019, quelques semaines seulement avant son arrestation l’année dernière. On pense que Epstein avait des dizaines de comptes à la banque à un moment donné et ces comptes ont été fermés lentement sur une période de plusieurs mois à partir de fin 2018.

Des liens qui engagent

Le récit qui émerge selon lequel Den Hollander était motivé pour tuer le mari et le fils d’Esther Salas en raison de sa haine du féminisme est une tentative rapide d’expliquer une histoire qui mérite clairement une enquête plus approfondie, même si les médias grand public et les personnes puissantes des secteurs public et privé préfèrent ne pas y toucher.

Comme l’a montré l’acte odieux visant la famille Salas, les individus qui ont beaucoup à perdre sont prêts à aller jusqu’aux extrêmes pour garder les liens d’Epstein avec le secteur financier et le renseignement hors de vue et hors d’esprit. En effet, en décembre dernier, le banquier personnel d’Epstein à la Deutsche Bank, Thomas Bowers, chef de la division Gestion de Patrimoine Privé de la Deutsche Bank à New York de 2012 à 2015, a été retrouvé mort à son domicile. Sa mort a rapidement été considérée comme un suicide par pendaison. Bowers avait également signé des prêts « peu orthodoxes », non seulement pour Epstein, mais aussi pour Donald Trump, qui a ses propres liens avec le scandale Epstein.

Alors que certains ont rapidement fait remarquer que Trump (ainsi que son gendre Jared Kushner) pourrait être perdant dans les révélations potentielles du procès Epstein-Deutsche Bank, il y a d’autres courtiers clés liés à Epstein et à la Deutsche Bank qui pourraient également être sous pression. Par exemple, Lynn Forester de Rothschild, qui est devenu proche d’Epstein au début des années 1990 et l’a ensuite mis en relation avec la Maison Blanche de Clinton et plus tard avec Alan Dershowitz, est intimement impliqué dans le consortium de microfinance de la Deutsche Bank.

Outre l’utilisation de l’argent par Epstein, la Deutsche Bank est connue depuis des années comme un cloaque de blanchiment d’argent pour les réseaux du crime organisé, ayant dépensé 14,5 milliards de dollars d’amendes en seulement sept ans pour des mesures officielles prises contre la banque par plusieurs gouvernements. Il est fort probable que la brutalité de ce qui s’est passé à l’extérieur de la maison familiale des Salas dimanche soit davantage liée à la Deutsche Bank qu’à Epstein, car de nombreux individus puissants ont des liens avec la banque en difficulté.

Même la récente décision du Procureur Général William Barr de démettre Geoffrey Berman, Procureur du District de SDNY, de son poste semble être plus liée aux efforts de Berman pour enquêter sur la Deutsche Bank qu’au scandale Epstein, comme certains l’ont prétendu. En effet, le nouveau choix de Barr pour l’ancien poste de Berman compte la Deutsche Bank parmi ses anciens clients et a notamment défendu la banque dans une récente enquête pour blanchiment d’argent, alors que Berman enquêtait sur la banque (bien que pour des raisons politiques qui visaient les transactions de la banque avec Trump).

Si les actes criminels flagrants d’Epstein visant des mineurs sont désormais connus du public, son rôle dans la facilitation de la criminalité en col blanc, le blanchiment d’argent et les fraudes financières au nom de sociétés, de gouvernements et d’oligarques reste cruellement sous-couvert, malgré son rôle dans de telles activités avant et après sa participation à une opération de chantage sexuel liée au renseignement.

Cela reste sans doute l’un des éléments clés du scandale Epstein, pourtant le plus mal compris et le plus sous-enquêté. Les événements tragiques survenus dimanche au domicile de la famille Salas, et ce qui semble être une dissimulation rapide mais bâclée des liens du tireur avec Kroll Associates et des motifs réels, révèlent que les liens financiers d’Epstein sont plus effrayants pour certaines personnes et institutions puissantes que son chantage sexuel.

source : https://www.thelastamericanvagabond.com

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents