Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Beyrouth – Un plan des émeutiers consistait à détruire des documents liés à la corruption depuis 1992

Publié par wikistrike.com sur 9 Août 2020, 07:47am

Catégories : #Politique internationale, #Social - Société

Beyrouth – Un plan des émeutiers consistait à détruire des documents liés à la corruption depuis 1992

Beyrouth : les émeutiers tuent un officier des forces de sécurité, incendient et saccagent des ministères

Des rassemblements ont tourné aux émeutes ce samedi 8 août 2020 dans le centre-ville de la capitale libanaise, au cours desquelles un officier des forces de sécurité a été tué, et plusieurs sites et ministères attaqués ou incendiés.

Tout a commencé avec l’appel au rassemblement dans le centre-ville de la capitale, vers 4 heures de l’après-midi, au motif de vouloir demander des comptes à la classe politique jugée responsable de la terrible explosion qui a dévasté le port de Beyrouth et quelques quartiers, faisant 158 martyrs, selon un récent bilan encore provisoire, 60 personnes portées disparues et plus de 6.000 blessés.

Selon des sources médiatiques, ces appels ont été lancés par les Forces libanaises de Samir Geagea, le Parti 7, le groupe 128, Hourras al-Madina, le parti al-Mountada dont le chef est Bahaeddine al-Hariri, le frère du chef du courant du Futur Saad Hariri, et des groupes venus de Tripoli et du Akkar.

De l’essence, des feux d’artifice et des cocktails molotovs

Très vite, les manifestations ont tourné aux attaques organisées méthodiquement. En plus de pierres jetées sur les forces de l’ordre qui sont restées longtemps sur la défensive, les émeutiers les ont aussi aspergés d’essence en jetant en leur direction des feux d’artifice. Ils les ont aussi bombardés aux cocktails molotov.

Ils ont tenté de lancer l’assaut contre le bâtiment du parlement, jetant des pierres sur les forces de l’ordre et incendiant un bulldozer qui y avait été stationné derrière sa barrière de plomb. Après plusieurs heures d’affrontements, ils ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes.

Ils ont toutefois mis le feu contre un hôtel, le Gray. C’est à ce moment que le sergent libanais, Toufik Al-Douwayhi, originaire de Zgharta, et membre de l’unité anti-émeutes a été tué. Alors qu’il tentait d’éloigner les émeutiers de l’hôtel. Il a été poussé par l’un d’entre eux dans le couloir d’un ascenseur, selon une première version.

Note de do : À Beyrouth, le samedi 8 août 2020 le point d’OTPOR guide les émeutiers.

Les émeutiers ont également envahi les bureaux du ministère de l’environnement, situé dans le bâtiment al-Azariat et l’ont également incendié. Ils ont attaqué les locaux des ministères de l’Energie sur la corniche an-Nahr, et ceux de l’Economie.

Des sources ont confié à al-Mayadeen TV qu’il y avait un plan des émeutiers destinés à détruire des documents liés à la corruption depuis 1992

Les bureaux de l’Association des banques ont aussi été attaqués et saccagés, ainsi que des dizaines de magazins dans le centre-ville.

Beyrouth, une ville sans armes

En parallèle, un autre groupe de quelques dizaines de contestataires, dirigés par d’anciens officiers de l’armée libanaise, se sont dirigés vers le ministère des Affaires étrangères et ont occupé les locaux. Y arborant une grande pancarte sur laquelle est écrit : « Beyrouth sans armes ».

Un ex-colonel Sami Ramah, proche du chef du PSP Walid Joumblatt, y a lu un premier communiqué dans lequel il annonce avoir occupé le ministère qui avait été évacué par ses fonctionnaires en raison des dégâts occasionnés par l’explosion du port.

Joumblatt, le chef des Forces libanaises Samir Geagea et d’autres acteurs du camp du 14 mars s’emploient pour faire adosser au gouvernement actuel et au Hezbollah la responsabilité de la catastrophe due à l’explosion de quelque 2700 tonnes de nitrate d’ammoniumو stockées dans le port depuis plus de 7 années, dans des conditions inappropriées. Sachant que l’élément déclencheur de cette explosion est encore inconnu.

Ils oeuvrent aussi pour internationaliser la crise libanaise, pour justifier une ingérence des acteurs occidentaux dans les affaires internes libanaises, dans le but d’affaiblir le camp de la résistance.

Dans son discours, le numéro un du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah a qualifié ceux qui accusent la résistance d’être « des menteurs despotiques », après avoir affirmé qu’elle n’a jamais stocké aucun armement dans le port de Beyrouth, ni ne savait même ce qui s’y passait. Il leur a assuré que tous leurs efforts se solderont par un échec.

Selon les dernières informations, la plupart des émeutiers ont quitté le centre-ville où la situation semble revenir à la normale. Alors que l’armée libanaise s’attelle pour évacuer les locaux des ministères occupés par les émeutiers.

OTPOR d’après Wikipédia, 5 juin 2020 :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Otpor

« Le mouvement Otpor, en serbe cyrillique Отпор (« Résistance »), est une organisation politique, créée en 1998, avec le soutien de l’organisation américaine National Endowment for Democracy, et du milliardaire philanthrope George Soros, et généralement considérée comme l’un des acteurs majeurs de la chute du régime de Slobodan Milošević.

« Après la chute du régime, Otpor est devenu le centre de formation pour l’action non violente et a formé des jeunes révolutionnaires de différents pays, en Géorgie, puis en Ukraine, mais aussi en Biélorussie, aux Maldives, en 2011 en Égypte et en 2013 au Venezuela. »

Notes de do : La NED (National Endowment for Democracy) est une branche de la CIA. On remarquera que Wikipédia appelle « révolutionnaires » les pires contre-révolutionnaires qui ont frayé avec les nazis en Ukraine.

http://french.almanar.com.lb/1838179

Rédaction du site Al-Manar dont la télé est censurée par la France terre de liberté

source:http://mai68.org/spip2/spip.php?article6659

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents