Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’arnaque suprême du coronavirus dévoilée : Le Covid-19 est indétectable

Publié par wikistrike.com sur 31 Août 2020, 06:06am

Catégories : #Santé - psychologie

L’arnaque suprême du coronavirus dévoilée : Le Covid-19 est indétectable

Un médecin préférant rester anonyme pour préserver sa carrière professionnelle nous explique pourquoi les tests sont une escroquerie :

Je travaille dans le domaine de la santé.

Voici le problème : Nous testons les gens pour tous les types de souche de Coronavirus. Pas spécifiquement pour le COVID-19. Il n’existe pas de tests fiables pour un virus COVID-19 spécifique. Il n’y a pas d’agences ou de médias fiables pour rapporter le nombre de cas réels de virus COVID-19. Il faut avant tout s’attaquer à ce problème. Chaque action et réaction au COVID-19 est basée sur des données totalement erronées et nous ne pouvons tout simplement pas faire d’évaluations précises.

C’est pourquoi vous entendez dire que la plupart des personnes atteintes de COVID-19 ne présentent rien de plus que des symptômes semblables à ceux du rhume ou de la grippe. C’est parce que la plupart des souches de coronavirus ne présentent rien d’autre que des symptômes de type rhume/grippe. Les quelques nouveaux cas de Coronavirus ont une réponse respiratoire plus grave, mais ont un taux de guérison très prometteur, surtout pour ceux qui n’ont pas de problèmes antérieurs.

“L’étalon-or” des tests de COVID-19 est constitué de particules de coronavirus isolées/purifiées en laboratoire, exemptes de tout contaminant et de particules qui ressemblent à des virus mais qui n’en sont pas, dont il a été prouvé qu’elles sont à l’origine du syndrome connu sous le nom de COVID-19 et qui ont été obtenues en utilisant des méthodes d’isolation virale et des contrôles appropriés (et non la PCR actuellement utilisée ou les tests sérologiques/anticorps qui ne détectent pas le virus en tant que tel). La PCR consiste essentiellement à prélever un échantillon de vos cellules et à amplifier tout ADN pour rechercher des « séquences virales », c’est-à-dire des fragments d’ADN non humain qui semblent correspondre à des parties d’un génome viral connu.

Le problème est que le test est connu pour ne pas fonctionner.

Il utilise « l’amplification », c’est-à-dire qu’il prend une très, très petite quantité d’ADN et la fait croître de manière exponentielle jusqu’à ce qu’elle puisse être analysée. Il est évident que toute contamination minuscule dans l’échantillon sera également amplifiée, ce qui peut entraîner des erreurs de découverte grossières. En outre, il ne recherche que des séquences virales partielles, et non des génomes entiers, de sorte qu’il est pratiquement impossible d’identifier un seul agent pathogène, même si l’on ignore les autres problèmes.

Les kits de test Mickey Mouse envoyés aux hôpitaux, au mieux, indiquent aux analystes que vous avez un peu d’ADN viral dans vos cellules. Ce qui est le cas de la plupart d’entre nous, la plupart du temps. Cela peut vous indiquer que la séquence virale est liée à un type de virus spécifique – par exemple la grande famille des coronavirus. Mais c’est tout. L’idée que ces kits puissent isoler un virus spécifique comme le COVID-19 est absurde.

Et ça n’a encore rien à voir avec l’autre problème – la charge virale.

Si vous vous souvenez bien, la PCR fonctionne en amplifiant d’infimes quantités d’ADN. Elle est donc inutile pour vous dire quelle quantité de virus vous pouvez avoir. Et c’est la seule question qui compte vraiment lorsqu’il s’agit de diagnostiquer une maladie. Tout le monde aura quelques virus dans son système à tout moment, et la plupart ne causeront pas de maladie parce que leurs quantités sont trop faibles. Pour qu’un virus soit malade, il faut en avoir beaucoup, une quantité massive. Mais la PCR ne teste pas la charge virale et ne peut donc pas déterminer si une ostéogenèse est présente en quantité suffisante pour vous rendre malade.

Si vous vous sentez malade et que vous faites un test PCR, tout ADN viral aléatoire peut être identifié, même s’il n’est pas du tout impliqué dans votre maladie, ce qui conduit à un faux diagnostic. Et les coronavirus sont incroyablement courants. Un grand pourcentage de la population humaine mondiale aura de l’ADN covi en petite quantité même si elle est parfaitement bien portante ou malade d’un autre agent pathogène.

Voyez-vous où cela nous mène ? Si vous voulez créer une fausse panique à propos d’une pandémie totalement bidon, choisissez un coronavirus.

Ils sont incroyablement communs et il y en a des tonnes. Un pourcentage très élevé de personnes qui sont tombées malades par d’autres moyens (grippe, pneumonie bactérienne, n’importe quoi) auront un test PCR positif pour les covi même si vous les faites correctement et que vous excluez la contamination, simplement parce que les covi sont si fréquents. Il y a des centaines de milliers de victimes de la grippe et de la pneumonie dans les hôpitaux du monde entier à tout moment.

Il vous suffit de sélectionner les plus malades d’entre eux dans un seul endroit – disons à Wuhan – de leur administrer des tests PCR et de déclarer que toute personne présentant des séquences virales similaires à un coronavirus (qui seront inévitablement nombreuses) souffre d’une « nouvelle » maladie. Comme vous avez déjà sélectionné les cas de grippe les plus malades, une proportion assez élevée de votre échantillon va mourir.

Vous pouvez alors dire que ce « nouveau » virus a un CFR plus élevé que celui de la grippe et vous en servir pour susciter plus d’inquiétude et effectuer plus de tests, ce qui produira bien sûr plus de « cas », ce qui élargira les tests, ce qui produira encore plus de « cas », etc. Vous aurez bientôt votre « pandémie », et tout ce que vous avez fait, c’est d’utiliser un simple kit de test pour convertir les pires cas de grippe et de pneumonie en quelque chose de nouveau qui n’existe pas vraiment.

Il ne vous reste plus qu’à lancer la même arnaque dans d’autres pays. Veillez à ce que le message de peur reste fort, afin que les gens se sentent paniqués et moins capables de réfléchir de manière critique. Votre seul problème sera que, comme il n’y a pas de nouvel agent pathogène mortel, mais seulement des malades ordinaires, le nombre de cas, et surtout de décès, sera bien trop faible pour une véritable pandémie de nouveau virus mortel.

Mais vous pouvez empêcher les gens de le signaler de plusieurs façons.

1- Vous pouvez prétendre que ce n’est que le début et que d’autres décès sont imminents. Utilisez cette excuse pour mettre tout le monde en quarantaine et prétendez ensuite que la quarantaine a empêché les millions de morts attendus.

2- Vous pouvez dire aux gens qu’il est irresponsable de « minimiser » les dangers et les pousser à ne pas parler de chiffres.

3- Vous pouvez dire des conneries sur des chiffres inventés dans l’espoir d’aveugler les gens avec de la pseudo-science.

4- Vous pouvez commencer à tester des personnes en bonne santé (qui, bien sûr, auront probablement aussi des fragments d’ADN de coronavirus) et ainsi gonfler vos « cas » avec des « porteurs asymptomatiques » (vous devrez bien sûr tourner cela pour que cela semble mortel, même si tout virologue sait que plus vous avez de cas sans symptômes, moins votre agent pathogène est mortel).

Suivez ces quatre étapes simples et vous pourrez avoir votre propre pandémie entièrement fabriquée et opérationnelle en quelques semaines.

Ils ne peuvent pas « confirmer » quelque chose pour lequel il n’existe pas de test précis.

source : https://www.woolstangray.eu

traduction Olivier Demeulenaere

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents