Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

MH17: Les écoutes téléphoniques s'avèrent être falsifiées

Publié par wikistrike.com sur 13 Août 2020, 06:24am

Catégories : #Politique internationale

MH17:  Les écoutes téléphoniques s'avèrent être falsifiées

Le 10 août 2020, le célèbre blogueur ukrainien Anatoly Chary, a publié une vidéo contenant l’écoute téléphonique complète d’Igor Bezler, dont une partie a été fournie par le SBU (services secrets ukrainiens) comme preuve à l’équipe d’enquête et à la justice néerlandaise dans l’affaire du MH17. L’ensemble de l’enregistrement prouve que le SBU a tenté de tromper la justice néerlandaise et l’équipe d’enquête en coupant des éléments importants et en mentant sur la date de la conversation.

Le SBU a édité l’écoute téléphonique de Bezler pour faire croire qu’il parlait du MH17

L’authenticité des écoutes téléphoniques fournies par le SBU est mise en doute depuis longtemps. Les analyses audio effectuées par un expert sur deux de ces écoutes téléphoniques publiées sur YouTube ont déjà montré qu’il existe des preuves qu’elles ont été trafiquées.

Et l’écoute téléphonique concernant l’implication d’Igor Bezler (surnom « Bes ») dans le crash du MH17 était l’une des plus manifestement falsifiées. Elle commence par la fin d’une phrase (« je viens juste de comprendre, mince »), ce qui montre que l’enregistrement n’était pas complet, mais juste un extrait. Le risque de voir cet extrait être mis hors contexte était alors très élevé. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Voici la discussion qu’on entend dans cet extrait du SBU :
« – … Je viens juste de comprendre, mince.
– Nous venons d’abattre un avion. Le groupe de « Mineur ». Il est tombé derrière Enakievo. Je suis allé…

– Les pilotes ? Où sont les pilotes ?
– Nous sommes partis les chercher et prendre des photos de l’avion abattu. Il fume…
– Et il y a combien de minutes ?
– Eh bien, il y a environ 30 minutes. »

Le SBU a publié cet enregistrement téléphonique comme « preuve » que Bezler a admis avoir abattu le MH17 (même s’ils ne mentionnent jamais qu’il s’agissait d’un Boeing, ou d’un avion de passagers dans la discussion, le « contexte » est donné exclusivement par l’affirmation du service de sécurité de l’Ukraine, pays qui est un coupable potentiel).

Mais il y a eu rapidement plusieurs problèmes. L’endroit où l’avion mentionné est tombé (près d’Enakievo) n’était absolument pas celui où le MH17 est tombé (la zone près de Grabovo), comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous.

Carte de la zone

Au contraire, l’endroit indiqué par Bezler dans cette bande téléphonique correspondait à un autre avion, militaire, abattu par la milice de la RPD (République Populaire de Donetsk), un mois auparavant !

Les deux agences Interfax et TASS ont rapporté le 17 juin 2014, que la milice populaire de la RPD affirmait avoir abattu un SU-25 alors qu’il attaquait Golmovski. Ce village est situé à la périphérie de Gorlovka, à quelques kilomètres d’Enakievo.

L’autre point étrange est la question des pilotes. Vous ne recherchez des pilotes que dans le cas d’un avion militaire, et non d’un avion civil, car il n’y a pas de siège éjectable dans un avion de ligne !

Et quand vous entendez l’enregistrement complet de l’écoute téléphonique, vous comprenez toute la situation.

Regardez la vidéo complète d’Anatoly Chary, sous-titrée en français :

Voici la discussion complète sur l’avion abattu :

« – Oui, Vassili Nikolayevitch ?
– Igor, dis-moi, alors, qu’est-ce qui a été décidé pour le 200 [mort] ?
– Ils le transportent en Crimée, c’est bon.
– Oh … Je viens juste de comprendre, mince.
– Nous venons d’abattre un avion. Le groupe de « Mineur ». Il est tombé derrière Enakievo. Je suis allé…

– Les pilotes ? Où sont les pilotes ?
– Nous sommes partis les chercher et prendre des photos de l’avion abattu. Il fume…
– Et il y a combien de minutes ?
– Eh bien, il y a environ 30 minutes.
– Il y a environ une demi-heure, c’est ça ? Quel type ? Un Soukhoï encore ?
– Oui, un Soukhoï. »

Le SBU a supprimé toutes les parties qui pouvaient aider à comprendre ce dont Bezler parlait réellement, et que cela n’a absolument aucun rapport avec l’accident du MH17. Bezler et l’homme avec lequel il parle mentionnent clairement qu’il s’agit d’un Soukhoï (un avion militaire) qui a été abattu. Comme dans l’événement mentionné par Interfax et TASS le 17 juin 2014 ! Un mois avant le crash du MH17 ! Ce qui signifie que le SBU a falsifié la date de l’enregistrement en plus de couper des parties essentielles.

Dans cet enregistrement complet de l’écoute téléphonique, vous pouvez clairement entendre le morceau de phrase qui se trouve au tout début de l’extrait du SBU fourni comme preuve dans l’affaire du MH17 : « Je viens de comprendre, mince ». La présence de cette phrase semble indiquer que le fichier reçu par Anatoly Chary est bien celui dont est extrait la « preuve » du SBU.

Les deux fichiers audio (le fichier complet publié par Chary et celui publié par le SBU) ont été comparés par Michael Kobs (un chercheur qui enquête sur l’affaire du MH17, et qui a déjà produit ou participé à plusieurs rapports sur ce sujet, comme « La chasse au BUK » disponible en anglais), avec un logiciel d’analyse audio. Et cette comparaison montre que les deux fichiers partagent le même niveau de bruit, et le même profil audio. Ce qui signifie qu’il y a de grandes chances pour que le fichier du SBU ait été extrait du fichier publié par Chary.

Analyse audio comparative

Le fichier de Chary est en haut, celui du SBU en bas

Début de la version du SBU

Fichier complet

Fin du fichier du SBU

Même emplacement dans le fichier complet

Comparaison des points de début et de fin du fichier du SBU avec l’enregistrement complet. La similitude est parfaite.

De plus, les faits présentés dans cet enregistrement téléphonique complet correspondent aux événements de juin 2014, et sont corroborés par le témoignage de Bezler à l’équipe d’enquête et au tribunal néerlandais en charge de l’affaire du MH17. Témoignage dont une partie est également fournie par Anatoly Chary.

Et enfin, une autre écoute téléphonique présentée par le tribunal néerlandais le 8 juin 2020 confirme les faits sur lesquels Bezler a témoigné :

 

Dans cet enregistrement téléphonique daté du 16 juin 2014, Doubinski a annoncé que « Bes a abattu un Souchka » (« Bezler a abattu un Soukhoï » en clair) à Gorlovka dans la soirée, et que le « pilote s’est éjecté » et « est recherché ». C’est exactement ce dont parle l’enregistrement téléphonique complet avec Bezler ! Cette discussion impliquant Bezler n’avait rien à voir avec le MH17, le SBU le savait et a édité la bande téléphonique pour tromper l’équipe d’enquête et le tribunal néerlandais.

 

L’expertise de l’équipe d’enquête, du tribunal néerlandais et de Bellingcat remise en question

Les informations publiées par Anatoly Chary ne mettent pas seulement en doute la fiabilité des preuves fournies par le SBU dans l’affaire du MH17. Une fois de plus, c’est toute l’enquête qui est remise en question.

Car, je le rappelle, ce n’est pas la première falsification à être prouvée dans ce dossier très sensible. Le JIT a publié comme « preuve » une discussion tirée d’un faux compte VKVladimir Tsemakh a été kidnappé par le SBU et présenté comme un suspect clé après qu’un de ses jurons dans une interview ait été commodément « mal interprété » comme étant le mot « BUK », et les déclarations de plusieurs témoins ont été déformées ou complètement falsifiées par les médias occidentaux (regardez les documentaires de Bonanza Media que j’ai traduits en français et qui sont sur notre chaîne YouTube).

De plus, Bellingcat a piégé un témoin qui a vu des avions de chasse pour le discréditer, les États-Unis refusent de fournir les images satellites qu’ils prétendent avoir, les données russes sur le fait que les pièces de missiles montrées par le JIT appartiennent à une unité de l’armée ukrainienne ont été écartées par le tribunal sans véritable analyse des documents par l’équipe d’enquête (ils ne sont jamais venus en Russie pour vérifier les documents sur place), les données de l’expérience grandeur nature d’Almaz Anteï n’avaient pas été incluses dans le dossier, il y a beaucoup de divergences entre la version officielle, et ce qui devrait être si elle était vraie, et la plupart des témoins sont anonymes (même lorsque le témoin en question est Eliot Higgings, de… Bellingcat – d’ailleurs, j’aimerais savoir pourquoi un « expert de canapé » est accepté comme témoin dans cette affaire, alors que le représentant du ministère russe de la Défense est refusé par le tribunal) ce qui rend impossible la vérification de leurs témoignages.

Quand on a tout cela en tête, et que l’on regarde la vidéo d’Anatoly Chary jusqu’à la fin, on se demande vraiment quelles sont les compétences à la fois de Bellingcat, de l’équipe d’enquête et du tribunal néerlandais dans l’affaire du MH17 !

Car dans l’enregistrement du témoignage de Bezler aux enquêteurs, on peut entendre l’un d’eux admettre qu’il ne connaît pas bien la géographie de l’Ukraine, peut-être comme excuse au fait qu’ils n’ont pas immédiatement réalisé qu’un avion qui est tombé près d’Enakievo, ne pouvait pas être le MH17 qui est tombé beaucoup plus à l’est !

Expliquez-moi quelles sont les compétences des enquêteurs, s’ils ne connaissent pas la géographie de la zone de l’accident après trois ans d’enquête ! Expliquez-moi, comment ces personnes peuvent affirmer, comme lors de l’audience du 8 juin 2020, ou dans l’article publié par Bellingcat sur Bezler, que la fiabilité des enregistrements téléphoniques a été vérifiée par des experts ou en croisant les informations avec d’autres éléments, alors qu’elles ne sont même pas en mesure de vérifier le lieu où l’avion est tombé ?

 

Dans cet article, Bellingcat affirme qu’il existe de nombreuses autres sources confirmant l’authenticité des écoutes téléphoniques publiées

Quel genre d’experts peut affirmer que les enregistrements téléphoniques sont fiables lorsqu’une partie de la conversation est manifestement manquante (c’est-à-dire la petite partie de phrase que vous pouvez entendre au début de l’écoute téléphonique de Bezler présentée par le SBU) ?

Comment le procureur néerlandais a-t-il pu affirmer, le 10 mars 2020, que « les conversations interceptées complètes qui sont contenues dans le dossier de l’affaire » « ont fait l’objet d’une enquête approfondie » et continuer à prendre comme preuve les éléments fournis par le SBU ? Si les procureurs néerlandais avaient réellement examiné les enregistrements téléphoniques complets, ils auraient constaté la falsification des preuves, et n’auraient pas basé leur dossier principalement sur ce que le SBU leur a fourni.

Et comme je l’ai déjà dit dans un article précédent, avec quels éléments ont-ils « confirmé » que les écoutes téléphoniques étaient authentiques ? Si vous utilisez des preuves falsifiées pour confirmer la fiabilité d’une autre preuve falsifiée, qui a été contrefaite de manière à confirmer les autres contrefaçons, ce n’est absolument pas une preuve que cet élément est authentique.

Si je modifie une écoute téléphonique pour vous faire dire que vous détestez les noirs, et que je fais un photomontage de vous avec un panneau disant « Je déteste les noirs », est-ce que tout cela prouve que vous êtes raciste ? Non, cela prouve simplement que j’ai harmonisé mes contrefaçons afin que chacune d’entre elles confirme l’autre.

Et l’écoute téléphonique complète de Bezler publiée par Chary indique que le SBU a fourni des « preuves » falsifiées sur le crash du MH17 à l’équipe d’enquête et à la justice néerlandaise. Et ni les « grands » experts de canapé de Bellingcat, ni le JIT et ses experts professionnels n’ont vu qu’il s’agissait d’un faux. Sans parler des enquêteurs qui ne savent même pas où se trouve la zone de l’accident.

Le fait que Bezler, qui a été présenté par Bellingcat comme un témoin important dans l’affaire du MH17, ait été exclu par le tribunal néerlandais de la liste des suspects après avoir découvert qu’il s’était fait avoir par le SBU, montre que les « experts » de Bellingcat n’ont absolument aucune compétence pour enquêter sur une affaire aussi sensible.

Aucun d’entre eux n’a vu les divergences entre le lieu de l’accident mentionné par Bezler et celui de l’accident du MH17. Aucun d’entre eux n’a compris que la petite partie de phrase présente au début de l’extrait publié par le SBU pourrait indiquer que des informations importantes sur le contexte sont manquantes. Aucun d’entre eux n’a vérifié si la discussion pouvait porter sur un autre crash, sur un avion militaire abattu.

Bellingcat, comme le JIT et le tribunal néerlandais, n’a qu’un seul scénario et toutes les « preuves » doivent y coller. Toutes les contradictions et tous les faits qui ne correspondent pas au scénario sont mis de côté sans aucune vérification sérieuse, et vous croyez voir ce que vous voulez voir. C’est ainsi que vous construisez une enquête bidon, qui mène à un procès bidon.

La publication de l’intégralité de l’écoute téléphonique de Bezler prouve que l’enquête officielle a été totalement bâclée, basée sur des faux et des contrefaçons du SBU, que les experts n’ont pas les compétences nécessaires pour évaluer l’authenticité des preuves, et que le tribunal chargé de l’affaire du MH17 devrait immédiatement arrêter les audiences et reprendre l’enquête depuis le début avec une équipe vraiment impartiale et compétente.

Christelle Néant

source:http://www.donbass-insider.com/fr/2020/08/12/ecoute-telephonique-de-bezler-publiee-par-le-sbu-rien-a-voir-avec-le-mh17/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents