Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Vers un nouveau protectorat français au Liban. Histoire récente du pays

Publié par wikistrike.com sur 6 Août 2020, 10:38am

Catégories : #Politique internationale

Vers un nouveau protectorat français au Liban. Histoire récente du pays

Pays minuscule : bande de 250 kilomètres de long, un peu plus de 10.000 km2. An nord, la Syrie. Au sud, Israël. Des voisins dangereux.

Naissance tourmentée

En 1918, la défaite de l’empire ottoman - allié de l’Allemagne -, provoque son démantèlement. La France, déjà intéressée au Moyen Âge et au temps des croisades, saisit l’opportunité de l’Histoire.

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/01/la-syrie-est-nee-sous-le-joug-francais.html

Le Liban sous protectorat français

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les troupes françaises occupent le Liban. Le 1er septembre 1920, le pays devient un protectorat sous mandat français.

Rivalité franco-britannique

Français et Britanniques se sont livrés une lutte féroce pour s’imposer dans la région. Dès 1840, nos voisins d’Outre-Manche voulaient contrôler la route des Indes.

De la constitution à l’indépendance

En 1926, une constitution d’inspiration française est mise en place. Le protectorat de la France s’exercera jusqu’au 22 novembre 1943, date de l’indépendance du Liban.

Des expatriés en nombre

Le pays a été envahi par de nombreux peuples méditerranéens ; on ne dénombre pas moins de 18 communautés dans le pays. Près de 3 Libanais sur 4 sont expatriés, le pays détient le record en la matière.

Les Syriens ont longtemps considéré le Liban comme une partie de leur territoire. On peut comprendre cet état de fait, les deux pays n’en faisaient qu’un sous la domination française.

Les conséquences du colonialisme

On comprend mieux les raisons du chaos quand on relit l’Histoire. Les pressions colonialistes des Français et des Britanniques dans la région ont laissé une empreinte aux conséquences fâcheuses. On voudrait faire preuve d’optimisme pour les peuples du Liban et de la Syrie. Mais force est de constater que les fractures communautaires perdurent.

Des frontières sources de rivalités

Quand on en vient à imposer des frontières arbitraires - qui ne répondent à aucune histoire commune des peuples que l’on veut y « enfermer »-, les conflits réapparaissent perpétuellement. Nourrissons des souhaits de prospérité pour les Libanais, ils le méritent.

Daman : la contribution française à la FINUL

Un engagement qui s’inscrit dans la durée

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), avec actuellement près de 700 soldats. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération Daman, nom de la participation française à la force internationale.

Dossier de presse Daman (format pdf, 2.25 MB).

Le contingent français arme principalement la Force Commander Reserve (FCR), qui est en mesure d’intervenir très rapidement au profit de tous les contingents déployés sur l'ensemble de la zone d’action de la FINUL (cadre des résolutions 1701 et 2373). Une vingtaine de militaires français est par ailleurs insérée au sein de l’état-major de la FINUL. Les derniers éléments français travaillent au profit des détachements renseignement, du National Component Command, du renfort ambassade et du commandement des systèmes d’information et de commandement interarmées de théâtre.

Le représentant des éléments français (Senior national representative - SNR) est un officier général supérieur, qui est aussi le chef d'état-major de la FINUL. Il est stationné à Naqoura. Depuis juillet 2019, le SNR est le général de brigade Frédéric BOUCHER.

Les missions de la Force Commander Reserve (FCR)

La FCR est principalement armée par des Français. Elle compte également une compagnie d'infanterie finlandaise depuis le 1er avril 2017. Dotée de capacités uniques sur le théâtre notamment en matière de détection d’aéronefs et de tir d’artillerie, elle est notamment équipée de véhicules blindés légers (VBL), de véhicules blindés Sisu et VAB, de différents radars et de missiles sol-air Mistral.

Basée à Dayr Kifa, elle est le principal moyen de réaction, de dissuasion et de coercition de la FINUL. Robuste, souple et réactive, elle constitue une véritable force au service de la paix au Sud-Liban.

Elle est placée sous les ordres directs du Force Commander de la FINUL, le major general (Italien) Stefano DEL COL.

Une réserve d’intervention

La FCR est la force de réserve du général commandant la FINUL. Elle est dotée d’engins blindés et de capacités uniques sur le théâtre de détection d’aéronefs. Basée à Dayr Kifa, elle est le principal moyen de réaction, de dissuasion et de coercition de la FINUL. Robuste, souple et réactive, elle constitue une véritable force au service de la paix au Sud-Liban.

Une étroite coopération avec les FAL

Afin de favoriser la montée en puissance des Forces armées libanaises (FAL), la FCR mène chaque jour des missions d’observation et de reconnaissance conjointes. Plus de 700 patrouilles ont été conduites en 2017, toutes avec les FAL.
La FCR et les FAL s’entraînent aussi ensemble tout au long de l’année : 40 entraînements conjoints différents, allant d’une journée à une semaine, ont été conduits en 2017 : techniques cynophiles, Explosive ordnance Disposal (EOD), maintenance VAB, secourisme de combat, etc. L’objectif est d’améliorer encore la capacité opérationnelle de l’armée libanaise au Sud Liban.

Ces actions s’inscrivent par ailleurs dans le cadre d’une coopération bilatérale renforcée en 2016 visant à réaffirmer le soutien apporté par la France à la consolidation de l’outil de défense libanais.

Composition de la FCR

· Deux unités de combat :
- une compagnie d’infanterie finlandaise, équipée de blindés SISU et de 4X4 Mercedes G ;
- un escadron d’éclairage et d’intervention, équipé de VBL, avec une section d’infanterie sur VAB.

· Une batterie qui comprend :
- un radar de détection sol-air NC1 ;
- quatre pièces de tir courte portée MISTRAL.

· Une unité de commandement et d’appui, qui comprend :
- l’état-major et le centre opérations ;
- une section du génie combat ;
- un détachement cynophile (chiens d’attaque et chiens détecteurs d’explosifs) ;
- une équipe EOD ;
- un détachement de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Un sous-groupement de maintenance adapté au théâtre qui entretient le parc d’engins et de matériel de la FCR pour lui assurer un haut niveau de capacité opérationnelle.
· Un sous-groupement logistique, qui s’occupe du soutien de la FCR dans les domaines du transport logistique, de l’escorte et de la circulation routière, de l’équipement du soldat, de la restauration, de la santé et de la production d’énergie.
· Un sous-groupement transmissions, chargé des liaisons avec la métropole et de la couverture radio, numérique et téléphonique sur toute la zone du Sud-Liban.


Sources : EMA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents