Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

12.000 actionnaires de Royal Bank of Scotland (RBS) "en short" lancent une action collective en justice

Publié par wikistrike.com sur 3 Avril 2013, 11:55am

Catégories : #Economie

12.000 actionnaires de Royal Bank of Scotland (RBS) "en short" lancent une action collective en justice

 

 

19038_une-rbs.jpgPlus de 12.000 actionnaires de Royal Bank of Scotland (RBS) ont lancé une action judiciaire collective contre la banque britannique à laquelle ils réclament 4 milliards de livres (4,7 milliards d’euros) pour les avoir trompés lors d’une augmentation de capital en 2008, a annoncé mercredi l’association qui les représente.

Dans un communiqué, le RBOS Shareholder Action Group a annoncé avoir lancé une procédure contre la banque et ses dirigeants de l’époque, Fred Goodwin (son directeur général), Tom McKillop, Johnny Cameron et Guy Whittaker.

Cette association, qui dit représenter plus de 12.000 actionnaires particuliers et une centaine d’investisseurs institutionnels, estime que le montant des compensations réclamées dans le cadre de cette procédure judiciaire pourrait atteindre 4 milliards de livres.

Les administrateurs de la banque ont cherché à tromper les actionnaires en donnant une image fausse de la solidité de la banque et en omettant des informations essentielles dans le prospectus de l’augmentation de capital de 2008, soutient le RBOS Shareholder Action Group.

Selon ces actionnaires, RBS pourra donc être tenu responsable des pertes sur les actions souscrites lors de cette augmentation de capital, selon la législation britannique.

Cette action en justice est un pas de géant pour les milliers de gens qui ont perdu leur argent en raison des actions inexcusables des banques et de leurs administrateurs durant la crise financière. Désormais, certains de ces administrateurs vont devoir pour la première fois répondre de leurs actions devant un tribunal britannique, a déclaré un porte-parole de ce groupe d’actionnaires.

Sauvée en 2008 en pleine crise financière, RBS est contrôlée par l’Etat britannique, qui détient plus de 80% de son capital.

Condamnée en février à une lourde amende dans le scandale du Libor, RBS a encore fini l’année 2012 dans le rouge avec une perte colossale de près de 6 milliards de livres.

Afp

Commenter cet article

Archives

Articles récents