Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

1962 : le cancer est vaincu !

Publié par wikistrike.com sur 17 Avril 2012, 16:14pm

Catégories : #Santé - psychologie

1962 : le cancer est vaincu !

 

cancer123 décembre 1971 : Richard Nixon, président des États-Unis, annonce à toute la presse qu’en 1976, date du bicentenaire de l’indépendance, la victoire sur le cancer serait totale.

Fanfaronade électorale ? Non.

Cette déclaration s’appuyait sur les découvertes du Docteur André Gernez, médecin français qui démontra dès 1962 que le cancer pouvait être évité dans 93% des cas, statistique confirmée en 1969 suite à une étude menée par le docteur Gak de l’INSERM.


 La théorie est simple

-* La mitose (reproduction) d’une cellule cancéreuse procède de la même manière que pour les cellules souches (non différenciées) à savoir qu’une cellule reproductrice va se diviser en deux cellules reproductrices contrairement aux cellules normales qui se scindent en une cellule reproductrice et une cellule opérationnelle non reproductrice.

  • La prolifération cellulaire cancéreuse est donc exponentielle (pour 1 cellule au temps 0, nous aurons 16 cellules à 1 an, 103 cellules à 3 ans, 106 cellules à 6 ans, etc). A partir de ce constat, le Docteur Gernez met au point un traitement préventif simple (colchicine et hydrate de chloral) sur 10 jours qui, suivi chaque année, évitera tout développement de la maladie chez les sujets à risque.

Le 13 décembre 1974, une réunion a lieu chez le professeur Ripoche au 46 rue de Spontini entre le professeur Pierre Boulenger, Directeur Général de la Santé, et M. Poniatowski, Ministre de la Santé. Il est décidé de ne pas rendre publiques les travaux de M. Gernez. En effet, cette découverte, si elle était appliquée, aurait augmenté brutalement de 7% la moyenne de la durée de vie. Raison invoquée : les structures sociales soudainement inadaptées ne permettraient pas cette avancée ...

Pourtant, le 17 Juin 1979 à Salzburg, les découvertes d’André Gernez sont consacrées par le milieu scientifique officiel. Il reçoit, à l’unanimité d’un jury composé de 40 prix Nobel, le prix Hans Adalbert Schweigart de la protection de la vie pour la découverte du double cycle cellulaire qui permet la prévention du cancer et sa guérison par la méthode dite "systématique post-opératoire synchronisée". Il reçoit son prix des mains du prix Nobel Linus Pauling.

 Voici ce que déclare André Gernez en 2003 un mois avant le lancement de la campagne anti-cancer de Jacques Chirac :

"Le projet présidentiel inauguré en mars va orienter la cancérologie pour des décennies et chacun est concerné par ses résultats. S’il fonde son action sur les principes annoncés, qui ont démontré leur inefficacité, la guerre déclarée est inutile. Elle sera même dangereuse et retardatrice car, en figeant dans l’impasse les carrières que vont induire les nouvelles structures, elle en garantira l’immobilisme en même temps que l’échec.

 Il existe une autre donne, prête à une application immédiate. Elle porte sur la morbidité et sur la mortalité du cancer.

En ce qui concerne la morbidité, elle consiste à intervenir annuellement, à partir de l’âge de risque, sur le segment initial de la végétation cancéreuse. Il ne comporte alors que quelques cellules fragiles, non fixées, vulnérables et dont l’élimination ne requiert qu’une brève chiquenaude thérapeutique.

Cette prévention active, biologiquement anodine et sociologiquement légère, a fait la preuve dans tous les contrôles, sans aucune exception, de son efficacité. La protection qu’elle induit est constante et proportionnelle à la modalité fragmentaire ou totale de la procédure adoptée.

Ce nettoyage annuel des embryons de cancer récemment apparus et qui ne comportent qu’une dizaine de cellules est bien entendu plus facile que l’intervention entreprise quand le cancer en contient un milliard et devient décelable.

En bref, il est plus facile, plus simple et plus sûr d’écraser un gland qu’un chêne.

En ce qui concerne la mortalité, la chimio-hyperthermie, qui introduit une nouvelle donne dans l’arsenal thérapeutique, vient de faire la démonstration éclatante de son efficacité aux stades avancés. Le chirurgien en appréciera la virtuosité de la modalité opératoire ; le biologiste conviendra qu’on peut la conforter ou opter pour la modalité réitérable et ambulatoire.

La prospection de cette nouvelle donne offrirait au projet présidentiel une opportunité d’action biologiquement cohérente avec certitude de résultats dans une guerre qui peut être éclair."

 Mais, financièrement, cette éradication du cancer est-elle plus acceptable financièrement aujourd’hui qu’en 1974 ?

 

Source: amessi.org

Archives

Articles récents