Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

3 minutes de courage politique à Davos: « Nous n'avons pas voulu faire comme l'Occident et nous avons laissé les banques faire faillite »

Publié par wikistrike.com sur 5 Février 2013, 10:53am

Catégories : #Economie

3 minutes de courage politique à Davos: « Nous n'avons pas voulu faire comme l'Occident et nous avons laissé les banques faire faillite »


 

reykjavik.jpegLe Forum économique mondial de Davos se déroule comme prévu, avec son lot de tapes amicales dans le dos et de discours d’auto-congratulation… Et puis il y a eu cette intervention du président islandais, Olafur Ragnar Grimson, interviewé par Stephen Cole d'Al-Jazeera. Il lui a expliqué la capacité du pays à faire des choix à contre-courant des politiques traditionnelles était ce qui expliquait la sortie de crise de l’Islande.

"Nous avons été assez sages de ne pas suivre les politiques traditionnelles qui ont prévalu normalement en Occident au cours des 30 dernières années. Nous avons introduit le contrôle des changes, nous avons laissé les banques faire faillite, nous avons soutenu les plus pauvres, nous n’avons pas adopté les mesures d’austérité comme ailleurs en Europe, et le résultat final, 4 ans plus tard, est que l’Islande a accompli des progrès et une relance très différente des autres pays européens qui ont souffert de la crise financière », explique Grimson.
Le président pense que cette politique, et en particulier, le choix de laisser les banques faire faillites, aurait aussi pu marcher ailleurs en Europe : « Pourquoi considère-t-on que les banques sont des saintes-chapelles de l'économie moderne, et pourquoi ne peuvent-elles pas faire faillite comme les compagnies aériennes ou les entreprises de télécommunication, si elles ont été gérées d’une façon irresponsable? La théorie que vous devez payer pour sauver les banques est une théorie selon laquelle les banquiers peuvent jouir de leurs propres bénéfices et de leur succès, puis que les gens ordinaires payent pour leurs échecs au moyen des impôts et de l’austérité, et dans les démocraties éclairées, les gens ne l’accepteront pas sur le long terme ».

« L’une des choses que nous avons apprises après l’effondrement des banques en Islande, c’est que les banques islandaises, comme les banques britanniques ou les banques américaines, sont devenues des entreprises de haute technologie, qui recrutent des ingénieurs, des mathématiciens et des informaticiens. Et quand elles se sont effondrées, le secteur innovant de notre économie, le secteur informatique, le secteur des TI s’est mis à prospérer, et en fait, sur les trois dernières années, il a eu de bien meilleurs résultats que jamais auparavant dans son histoire. Donc la leçon à en tirer, c’est la suivante : si vous voulez que votre économie soit compétitive dans le secteur innovant du 21ème siècle, un secteur financier fort qui prend les talents de cet autre secteur, même un secteur financier qui marche bien, est en fait une mauvaise nouvelle».

« Nous suspectons que son passe d’accès à Davos pourrait ne pas être renouvelé l’année prochaine… », ironise le blog Zero Hedge.

 

Source: Express.be

Commenter cet article

Rensk 06/02/2013 02:22


@ Toto,


 


Vous oubliez pleins de choses dans votre argumentaire et je vais me limiter qu'a un seul...


Vous ne saviez pas qu'ils avaient remboursé la moitié de la somme avant de dire non ?


Si vous ne le saviez pas vous ne savez point qu'un pays comme la France peu jouer plus HAUT que ça... personne ne paye, ni les banques ni le gouvernement ni les citoyens payeurs d'impôts... et de
suite vous avez plus de 70 millions de gens derrière vous... (les suisses, l'Italie, les germains aussi)

Rensk 06/02/2013 02:07


A tous, il y a 4 pays dans l'AELE (dont le Lichtenstein qui fait aussi partie de l'UE)...


 


C'est le tribunal de l'AELE qui a donné tord a l'UE (et non directement aux pays concernés)... Qui donc est le plus riche des 4 pays (nous avons acheté tellement d'€ pour soutenir l'UE...)


Il est clair que vous ne faite pas le poids, l'UE a cru pouvoir défendre ses membres en tant que goliat que le minus a gagné "HAUT LA MAIN"...


Ne soyez pas étonné, demain, quand la Suisse va "répondre" a la France... Vous le méritez bien !

Rensk 06/02/2013 01:59


@ Alex,


 


T'est assez nul dans ton approche, si ils ont osé cela concerne plusieurs banques, les anglais et les néerlandais vous pourrons vous "instruire" a ce sujet-là...


Si il y a si peu de gens dans le pays et autant de banques "internationals" c'est bien que le pays a favorisé l'inplentation des arnaqueurs...


 


Si ce petit pays ose faire avec si peu de peuple (300'000 selon vous) ce que des pays comme le votre qui dépasse largement le nombre avec ses 70 millions officiel (donc sans compter les illégeaux
qu'on ne saurait compter) n'y arrive pas... qui donc est le petit ???


 


PS: La France a menacé mon pays tout comme l'a fait l'Allemagne... ces dernier tentes de revenir a une "histoire normale" (vu les pertes engendrés), votre Président déclaré "normal" va par contre
lui se sentir au dessus des lois et accords internationnaux... la France risque quelque chose car nous avons assez d'€ pour vous foutre en faillite en moins d'une semaine...

Toto 05/02/2013 23:30


@Alex


 Tu ne vois que sur un plan.


Pour un petit pays, récupérer des fonds pour rembourser est bien plus complexe que sur un pays de 60 000 000 de personnes.


Compares les recettes des deux pays, France et Islande, par exemple.


On peut prendre un petit exemple, il sera toujours plus simple pour quelquu'n qui a beaucoup d'argent de beaucoup emprunter, par contre quelqu'un qui n'a pas un sous n'aura rien. Et bien un état
avec 60 millions de personnes, pourra toujours essayer de beaucoup emprunter pour éventuellement donner peu à tout le monde, tant dis que l'Islande a peu de poids et vu que d'un point de vu
commercial on pourrait penser qu'ils sont moins intéressant avoir encore moins d'aide. Là où la France c'est potentiellement intéressant avec une possibilité d'avoir un retour.


Cependant, tout cela c'est du flan. Si aujourd'hui il y avait un referendum proposant de laisser tomber les banques, je penses que le oui l'emporterait.


Et non, ce n'est pas plus facile pour l'Islande que pour un autre pays, ils ont eu l'intelligence de sabrer tous ceux qui avaient foutu la merde, là où nous les conservons voire les renforcons,
tu penses que c'est ainsi que les choses vont se régler ?  Et je ne crois pas que ce soit pour le bénéfice du peuple épargnant que tu souhaitais sauver :).

Alex 05/02/2013 20:46


Toto,


Effectivement, tu as raison cela marche dans les deux sens mais peut-être que laisser tomber les banques dans un pays de plusieurs million de personne s'est aussi les laisser tomber dans la
foulée car dans l'incapacité de les indemniser de leurs pertes et s'exposer à une situation de crise interne de part la colère engendrée qui peut faire exploser un pays et provoquer la panique
dans les pays voisin ( effet domino => Je retire mon argent etc...  ).. Sur un pays 300000 personnes, l'indeminisation est tout de même un peu plus simple même si le pays n'est pas
immensément riche.


 

Toto 05/02/2013 17:52


@Alex


Ce qui est drôle avec cet argument, c'est qu'il fonctionne dans les deux sens.


On va entendre un politique dire exactement la même chose pour justifier de ne pas faire ce qu'ils ont fait, et on va entendre un autre politique expliquant que c'est plus difficile pou run
petiot pays qu'un grand. Selon le cas et ce qui arrange le contradicteur, un petit pays devient, dans une même situation, un avantage ou un inconvénient.


On peut penser que cela serait plus facile, sauf que d'un point de vue international, un pays de 300 000 personnes à justement très peu de poids.


D'un point de vue commercial aussi.


Le fait d'être un petit pays à un avantage pour le peuple il peut se faire entendre, et ça n'en est pas un pour les réformes, se faire  entendre  d'un point de vue international, d'un
point de vue dé négociation, et c'est aussi beaucoup plus difficile d'envoyer chier les autres pays. Si un pays décide un blocus commercial vers un pays de 300 000 personnes y'a rien de
dangereux, par contre, le faire vers un pays de 60 000 000 là c'est un gros risque, mais dans cette histoire c'est le pays de 60 000 000 qui courbe l'échine.


Donc non, être un petit pays rend les choses beaucoup plus complexes à l'international. Et nous sommes présentement en train de parler de relation internationnales en parlant des banques.

Alex 05/02/2013 15:02


faut relativiser quand même, car l'islande c'est un pays de 300 000 personnes, c'est pas comparable à un pays de 60 Million ou +,  les impacts ne sont absolument pas les mêmes en cas de
faillite des banques..... 

STEPH 05/02/2013 14:51


L'Islande a aussi démontré qu'envoyer les banquesm BCE, FMI et autres institutions pourries se faire foutre était aussi une stratégie payante. Le reportage montre aussi que le président islandais
n'est pas à la botte des banksters. Il semble être un honnête magistrat.

Archives

Articles récents