Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

307.000 chômeurs en plus attendus dans les deux ans

Publié par wikistrike.com sur 17 Mai 2012, 18:14pm

Catégories : #Social - Société

307.000 chômeurs en plus attendus dans les deux ans

 

mod_article2153899_1.jpgSelon les dernières prévisions établies par le régime d'assurance-chômage, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité augmentera de 10,6% d'ici à fin 2013 et l'emploi marchand reculera de plus de 91.000.

Une douche glacée. François Hollande et Jean-Marc Ayrault, le nouveau duo à la tête de l'exécutif, ne pouvaient démarrer leur mandat avec de plus mauvaises perspectives sur le front de l'emploi. Selon le bureau de l'Unedic, le régime d'assurance-chômage - que l'on ne peut pas taxer d'anti-hollandisme puisqu'il est composé, pour moitié, de représentants des syndicats -, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (sans aucune activité) devrait enfler de 178.500 en 2012 puis de 128.300 l'année prochaine. Au total, 306.800 personnes supplémentaires en deux ans, soit une progression de 10,6% par rapport au niveau actuel.

Il s'agirait alors d'une catastrophe pour le chef de l'État, qui s'est engagé au cours de la campagne à inverser la courbe du chômage, au plus tard un an après son élection. Pour réviser ses prévisions 2012 et établir de premières projections financières et d'emploi pour 2013, les services de l'Unedic ont intégré à leurs modèles - fiables, en règle générale - les nouvelles hypothèses de croissance retenues par le consensus des économistes (+ 0,3% et + 1% du PIB pour l'année en cours et la suivante).

Scénario B plus positif

Si on se penche sur les demandeurs d'emploi ayant exercé des activités réduites (catégories B et C), l'augmentation du nombre total de chômeurs dans l'Hexagone sera encore supérieure de 110.200, ce qui représente une hausse de 9,7% en deux ans. Explication principale: l'emploi salarié devrait encore reculer de 91.300 unités en deux ans, portant ainsi à près de 300.000 le nombre de postes détruits dans l'Hexagone sur l'équivalent d'un septennat. Ces mauvaises prévisions, si elles se réalisaient, aggraveraient encore un peu plus le trou de l'Unedic, dont le déficit cumulé frôlerait 18,2 milliards d'euros fin 2013. Un record.

Le nouveau président de la République et son premier ministre pourront toutefois trouver deux toutes petites lueurs d'espoir dans la note de quinze pages de prévision de l'Unedic. Primo, le déficit cumulé attendu pour la fin 2012 a été revu à la baisse (de 1,3 milliard d'euros) par rapport aux dernières estimations, établies mi-janvier, en raison d'une mauvaise anticipation des recettes et des dépenses. Secundo, le régime d'assurance-chômage a également établi un scénario B au cas où la croissance serait supérieure en 2012 et 2013 - le pari fait par François Hollande avec la politique qu'il veut mettre en place.

Si le PIB progressait de 0,7% cette année et de 1,4% en 2013, la hausse du nombre de chômeurs en catégorie A serait ramenée à 169.200 sur deux ans (moitié moins que dans l'hypothèse centrale) et l'économie recommencerait à créer des emplois en 2013, avec un solde positif d'environ 53.300 postes en fin d'année prochaine.

L'impact sur les finances de l'Unedic serait immédiat: la dette serait ainsi ramenée à 17,2 milliards fin 2013, soit un milliard de moins que le scénario central. Un tout autre horizon.

 

Source: Le Figaro

Archives

Articles récents