Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

60 milliards de planètes pourraient être habitables dans la Voie lactée

Publié par wikistrike.com sur 3 Juillet 2013, 11:18am

Catégories : #Astronomie - Espace

60 milliards de planètes pourraient être habitables dans la Voie lactée

 

 

quelque-60-milliards-d-exoplanetes-orbitant-autour-de-naine.jpgSelon une nouvelle étude menée par des astronomes, les planètes orbitant autour de naine rouge et présentant une atmosphère nuageuse pourraient aussi être habitables. Ceci porte à quelque 60 milliards le nombre de planètes qui pourraient abriter de la vie dans notre galaxie, la Voie lactée.

 Alors que la quête de vie extraterrestre motive depuis des décennies de nombreux astronomes, on ne saura bientôt plus où donner de la tête pour la rechercher. En effet, les spécialistes viennent une nouvelle fois de revoir à la hausse le nombre de planètes susceptibles d'abriter la vie. Selon l'étude publiée dans la revue Astrophysical Journal Letters, ce serait en réalité 60 milliards de planètes qui pourraient être habitables dans notre Voie lactée.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont concentrés sur l'étude de planètes orbitant autour d'étoiles appelées naines rouges. Il s'agit des étoiles les plus nombreuses dans l'Univers. Aussi, "la plupart des planètes de la Voie lactée orbitent autour de naines rouges", explique Nicolas Cowan, du Northwestern's Center for Interdisciplinary Exploration and Research in Astrophysics. Mais ces étoiles sont plus petites et moins chaudes que le Soleil. Ceci implique que pour qu'une telle planète soit habitable, elle doit se situer plus près de son étoile que les autres.


Des nuages rafraichissants

Jusqu'ici, les spécialistes supposaient donc que chaque naine rouge abritait au moins une planète habitable, c'est-à-dire un objet se trouvant ni trop loin, ni trop près, ce qui autorise la présence d'eau à l'état liquide à sa surface. Toutefois, ce chiffre serait bien sous-estimé, selon les auteurs de l'étude qui soulignent l'importance d'un facteur trop négligé : les nuages. En effet, "les nuages causent à la fois le réchauffement et le refroidissement de la Terre", précise Dorian Abbot, co-auteur de l'étude et professeur assistant en sciences géophysiques à l'UChicago.

 "Ils reflètent la lumière du soleil pour refroidir les choses et ils absorbent les radiations infrarouges depuis la surface pour provoquer un effet de serre. C'est ce qui contribue à garder la Terre suffisamment chaude pour abriter la vie", ajoute t-il. Au vu d'un tel effet, la zone habitable située autour des naines rouges pourrait donc être bien plus étendue qu'on ne pensait jusqu'ici. Un facteur confirmé par les simulations informatiques réalisées par les chercheurs. 

Les résultats ont montré que s'il n'y a pas d'eau à la surface d'une planète, des nuages d'eau se forment. Ces derniers ont alors un effet de refroidissement significatif sur la portion interne de la zone habitable, qui permet aux planètes de maintenir de l'eau à leur surface, même à des distances réduites de leur étoile. Une telle découverte double ainsi le nombre de planètes habitables que pourrait abriter chaque naine rouge et a une importance cruciale dans la quête de vie sur d'autres mondes.


Une découverte à confirmer

"Un thermostat qui rend de telles planètes plus clémentes implique que nous n'avons pas à chercher aussi loin pour trouver une planète habitable", souligne Nicolas Cowan dans un communiqué. Reste que la découverte et le rôle des nuages demeurent encore à confirmer. Pour cela, les chercheurs prévoient d'utiliser le télescope spatial James Webb qui sera mis en orbite en 2018 afin de mesurer la température des planètes à différents points de leur orbite.

 "Si une exoplanète manque de couverture nuageuse significative, les astronomes mesureront les températures les plus élevées lorsque l'hémisphère 'jour' de la planète fera face au télescope, ce qui se produit lorsque la planète est du côté le plus éloigné de son étoile. Dès que la planète reviendra pour montrer son hémisphère sombre au télescope, les températures atteindront leur point le plus bas", détaille Jun Yang, autre co-auteur de l'étude.

 

 "Mais si des nuages hautement réfléchissants dominent le côté 'jour' de l'exoplanète, ils bloqueront une grande partie des radiations infrarouges. Dans cette situation, vous mesurerez les températures les plus basses lorsque la planète est sur son côté opposé, et les plus chaudes lorsque vous observez le côté 'nuit'", ajoute t-il encore. Cowan et ses collègues attendent donc avec impatience de pouvoir continuer les observations afin de confirmer leur découverte et de peut-être ouvrir une nouvelle voie dans la quête des planètes habitables. (crédits photo : Lynette Cook)

Source: http://www.maxisciences.com/plan%e8te/60-milliards-de-planetes-pourraient-etre-habitables-dans-la-voie-lactee_art30036.html
Copyright © Gentside Découvertes

Commenter cet article

Archives

Articles récents