Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

A la façon Star Trek : l’effet pervers d’un voyage plus rapide que la lumière

Publié par wikistrike.com sur 2 Mars 2012, 12:31pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

A la façon Star Trek : l’effet pervers d’un voyage plus rapide que la lumière

 

Enterprise-Star-Trek2

Le moteur de distorsion du vaisseau Enterprise, dans Star Trek, est un moyen sûr et aisé de voyager d’une galaxie à l’autre, sauf soubresauts occasionnels des cristaux de dilithium.

Mais les scientifiques avertissent que la réalité d’un voyage à des vitesses supérieures à celle de la lumière, ou encore nommées supraluminique, pourrait être dramatiquement différent, après avoir simulé ce que pourrait engendrer l’utilisation d’un moteur de distorsiondans la réalité.

Et bien selon les conclusions des physiciens de l’université de Sydney :

Toutes les personnes à destination seraient sous forme de rayons gamma et de particules de haute énergie soufflée dans l’oubli !

Bon et bien ça n’a pas l’air de très bon augure… mais revenons d’abord sur le concept du moteur de distorsion ou (Warp drive en anglais) conceptualisé par les auteurs de la série Star Trek et qui, selon les passionnées, fonctionne ainsi :

Star_Trek_champ-distortionil déforme la texture de l’espace pour propulser le vaisseau. Dit simplement, le moteur distord l’espace, à la fois à l’avant et à l’arrière du vaisseau, lui permettant de voyager plus rapidement que la vitesse de la lumière. Spécifiquement, l’espace est contracté en avant du vaisseau et allongé derrière lui. Le vaisseau lui-même repose dans une bulle de distorsion entre les deux distorsions de l’espace ; la bulle contient ce que l’on appelle le subespace. Cet espace distordu, et la région qui la compose, fait accélérer le corps jusqu’à une "vitesse de distorsion" et le vaisseau "surfe" alors sur la vague de l’espace-temps créée par cette distorsion.

 

Les voyages, à des vélocités excédant la vitesse de la lumière, sont possibles de cette manière parce que le vaisseau est, strictement parlant, stationnaire (immobile dans l’espace qui se trouve dans la bulle de distorsion) pendant que l’espace lui-même se déplace. Puisque l’espace lui-même se déplace et que le vaisseau n’est pas en train d’accélérer, il n’éprouve aucune dilatation temporelle, permettant le déroulement du temps à l’intérieur du vaisseau et de rester le même que celui qui se trouve à l’extérieur de la bulle de distorsion. (Wikipédia)

Malgré toute l’ingénieuse créativité des scénaristes, cette théorie est basée sur un véritable modèle mathématique, la métrique d’Alcubierre, rendant possibles les voyagessupraluminique, dans certaines conditions…

La métrique d’Alcubierre est une théorie permettant de voyager à des vitesses dépassant celle de la lumière, imaginée par le physicien Miguel Alcubierre en 1994, où une bulle “d’énergie négative” autour d’un métier dilate l’espace et le temps derrière elle, tout en comprimant l’espace en face de lui.

Ci-dessous : une représentation de la métrique d’Alcubierre avec la contraction (à l’avant) et la dilatation (à l’arrrière) de deux régions de l’espace-temps propulsant la région centrale.Alcubierre-métrique

Les physiciens ont donc analysé comment la matière pouvait se comporter autour d’un théorique “moteur de distorsion”. La simulation a révélé que les particules se regrouperont, mortellement autour de la bulle, dans l’espace-temps, utilisée pour “bondir” à travers l’espace.

Les vrais problèmes, selon les physiciens, commencent lorsque le vaisseau Enterprise active les freins :

La région de l’espace qui fait face à un navire en décélération à partir d’une vélocité supraluminique vers une vélocité subliminale est soufflé par un faisceau concentré de particules d’énergie extrêmement élevées.

Le moteur pourrait rendre possible les voyages plus rapides que la lumière, du moins en théorie. Mais il semble maintenant qu’il serait aussi très imprudent. “Fait intéressant, l’énergie libérée lors de l’arrivée à destination n’a pas une limite supérieure,” selon Brendan McGonigal de l’université de Sydney. C’est-à-dire que “Vous pouvez tout simplement continuer à voyager sur des distances de plus en plus longues pour augmenter l’énergie qui sera relâchée autant que vous le souhaitez”, mais il ne faudra pas vous arrêtez, l’un des effets bizarres de la Relativité générale. Malheureusement, même pour des trajets très courts, l’énergie libérée est si grande que vous élimineriez complètement tout ce qui se trouve en face de vous.  

Actuellement, la création d’une bulle d’énergie négative est totalement impossible et ce n’est pas pour demain que nous pourrons atteindre un “warp 5” indépendamment des conséquences possibles.

L’étude complète du 24 février, pour les plus courageux ,au format PDF ici : The Alcubierre Warp Drive: On the Matter of Matter. A partir de Universe Today : Warp Drives May Come With a Killer Downside.

Source: Gurumed

Archives

Articles récents