Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

A qui appartient Paris ?

Publié par wikistrike.com sur 23 Novembre 2011, 10:46am

Catégories : #Religion - pensées

 

A qui appartient Paris ?

 

Vision d'une figure présente devant la façade principale de la Mairie de Paris. Vous pouvez y voir le symbole de la ville, un bateau sur l'eau.

 

380464_2668750956202_1178926220_3064502_855077980_n.jpg

 

Faites maintenant le tour du bateau, vous pouvez clairement voir une ménorah. Ce symbole est placé juste devant le sigle "Égalité" sur la façade principale la Mairie de Paris.

 

380464_2668750916201_1178926220_3064501_1599746190_n.jpg

 

170px-YarmulkeAndMenorah.jpg

 

 

Une première mention d'armoiries de Paris apparaît dès 1190 lorsque Philippe Auguste, au moment de son départ pour la Terre Sainte, donne pour premières armoiries à la ville de Paris3 :


Le blason de Paris, sous sa forme actuelle, date de 1358, époque où le roi Charles V donna le chef (partie supérieure) semé de fleurs de lys.

 

Une nef, ou un vaisseau, paraissent avoir été de tout temps le symbole de la corporationdes marchands de l'eau, qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. On a même pu faire remonter ce symbole aux nautes de Lutèce dès l'époque gallo-romaine, même si sa forme n'a pas toujours été la même.

Une première mention d'armoiries de Paris apparaît dès 1190 lorsque Philippe Auguste, au moment de son départ pour la Terre Sainte, donne pour premières armoiries à la ville de Paris3 :

« un écu dont le champ était de gueules, à la nef d'argent, au chef d'azur, semé de fleurs de lys d'or »

C'est Saint Louis qui reconnut pour la première fois officiellement le sceau de Paris. Ce sceau permettait de sceller les actes pris par le prévôt des marchands, désigné par ses pairs, les nautes, pour diriger la cité4.

Sur les sceaux du xive siècle, on trouve la légende « Sigillum mercatorum aquæ Parisius », toujours en vigueur jusqu'aux premières années du xve siècle.

La transformation du sceau en véritable blason représentant un vaisseau surmonté d'un chef de fleurs de lys sans nombre est notamment attestée par les lettres patentesdélivrées par Louis XVIII le 20 décembre 1817, qui citent elles-mêmes une ordonnance du2 février 16995, avec pour description6 :

« De gueules un vaisseau équipé d'argent, soutenu d'une mer de même, un chief d'azur semé de fleurs de lys d'or sans nombre. Lesdites armoiries, surmontées d'une couronne murale de quatre tours, et accompagnées de deux tiges de lys formant supports »

Entre temps, lorsque la Révolution a aboli la noblesse par le décret du 20 juin 1790, elle a simultanément supprimé tous les emblèmes correspondants. La municipalité de Paris a rapidement obtempéré en décidant la suppression de ses propres armoiries dès novembre de la même année.

Il a fallu attendre le Premier Empire pour que les villes soient à nouveau officiellement autorisées à se doter d'armoiries. Pour Paris, cela s'est concrétisé par les « lettres patentes » accordées à la ville de Paris par Napoléon Ier le 29 janvier 1811, dans lesquelles le chef du blason comporte trois abeilles d'or sur fond de gueules en lieu et place des fleurs de lys. On y voit de plus apparaître une étoile d'argent au-dessus de la nef, et la déesse Isis en proue de la nef.

La Restauration, par les lettres patentes de Louis XVIII de 1817, a ensuite rétabli les armoiries de Paris dans leur forme traditionnelle.

De 1848 à 1853, de la Deuxième République au début du Second Empire, le chef d'azur semé de fleurs de lis a été remplacé par un semé d'étoiles. À noter que Napoléon III a permis le retour du chef fleurdelisé de France.


 

Commenter cet article

Maverick 23/11/2011 11:47


Un petit peu d'héraldique ne fait jamais de mal ... (Et le Pouvoir aime s'afficher, même dans des symboles destinés aux initiés). Les abeilles et Isis, c'est pas un peu d'inspiration
maçonnique ? Il me semble me souvenir qu' "Ils" ont été assez influents du temps de la Révolution Française et l'Indépendance Américaine ...

XAAL 23/11/2011 11:14


ahah, excellent.

Archives

Articles récents