Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Accord historique sur le nucléaire iranien. Israël en colère

Publié par wikistrike.com sur 24 Novembre 2013, 07:27am

Catégories : #Politique internationale

Accord historique sur le nucléaire iranien


nucleaire_iranien_04.jpgLe ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif annoncequ’un accord a été trouvé entre l’Iran et les 5+1. Après plusieurs jours d’intenses pourparlers à Genève, les négociateurs sont enfin parvenus à une entente sur le nucléaire iranien.

Selon le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, le vice-ministre des Affaires étrangères Seyyed Abbas Abbas Araghchi, l’accord reconnaît le droit du pays à enrichir de l’uranium. C’était un préalable pour l’Iran qui avait annoncé qu’il n’accepterait aucun arrangement qui ne reconnaitrait pas le droit de l’Iran  à l’enrichissement de l’uranium.

D’après des sources iraniennes, cet accord historique prévoit en plus la levée de l’embargo sur le pétrole. Ce qui veut dire que l’Iran va de nouveau pouvoir vendre son pétrole à l’occident. Les revenus pétroliers bloqués à l’étranger vont également être débloqués. Les sanctions concernant la vente de l’or et les assurances seront également levées.

Source

Nucléaire iranien: Israël dénonce un mauvais accord, réaffirme son droit à se défendre


JERUSALEM - Israël a dénoncé dimanche un mauvais accord conclu à Genève sur le nucléaire iranien en affirmant que Téhéran avait obtenu ce qu'il voulait, selon le bureau du Premier ministre Benjamin Netanayhu.

C'est un mauvais accord qui offre exactement ce que l'Iran voulait: la levée significative des sanctions et le maintien d'une partie significative de son programme nucléaire, a affirmé un communiqué quelques heures après la conclusion d'un accord historique entre les grandes puissances et l'Iran.

L'accord permet à l'Iran de continuer à enrichir l'uranium, laisse en place les centrifugeuses et lui permet de produire des matières fissiles pour une arme nucléaire, a déplore le communiqué.

L'accord n'a non plus abouti au démantèlement de la centrale d'Arak, un réacteur à eau lourde situé dans le nord de l'Iran, poursuit le communiqué. La pression économique à laquelle est soumis l'Iran aurait pu amener à un bien meilleur accord qui aurait débouché sur un démantèlement des capacités nucléaires iraniennes, souligne également le bureau du Premier ministre.

De son côté, le ministre de l'Économie Naftali Bennett a assuré qu'Israël n'était pas lié par l'accord de Genève et avait le droit de se défendre.

Israël n'est pas engagé par l'accord de Genève. L'Iran menace Israël et Israël a le droit de se défendre, a estimé M. Bennett, dirigeant du Foyer juif, un parti d'extrême droite proche du lobby des colons.

L'accord laisse intacte la machine nucléaire iranienne et pourrait permettre à l'Iran de produire une bombe dans une période de six à sept semaines. Israël est prêt à toute éventualité, a déclaré le ministre israélien à la radio militaire.

Nous n'avons pas remporté cette bataille mais il y a encore un long processus devant nous pour défendre la sécurité de l'Etat d'Israël, a-t-il ajouté.

Même si les dirigeants israéliens s'attendaient à un arrangement à Genève, Le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman a résumé le sentiment de défaite en Israël: l'accord de Genève constitue la plus grande victoire diplomatique de l'Iran.

Cet accord est la plus grande victoire diplomatique de l'Iran, qui a obtenu la reconnaissance de son supposé droit légitime à enrichir de l'uranium, a-t-il dit à la radio publique.

Interrogé sur une éventuelle frappe israélienne contre l'Iran, M. Lieberman, chef du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, s'est borné à réaffirmer que toutes les options sont sur la table. 

La responsabilité de la sécurité du peuple juif et de la population israélienne relève de la seule responsabilité du gouvernement israélien. Toute décision à ce sujet sera prise de façon indépendante et responsable, a expliqué le ministre des Affaires étrangères.

M. Netanyahu a mené ces dernières années une active et intense campagne internationale, notamment aux Etats-Unis, contre un accord avec l'Iran ne prévoyant pas un arrêt des activités d'enrichissement de l'uranium de ce pays.

Le Premier ministre a également brandi à plusieurs reprises la menace d'une attaque militaire israélienne contre les installations nucléaires iraniennes. 

Le secrétaire d'État américain John Kerry a tenté de rassurer Israël. Cet accord complet rendra le monde plus sûr (...) et Israël plus sûr, nos partenaires dans la région plus sûrs, a-t-il assuré à Genève.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents