Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Affaire Bettencourt : Sarkozy a-t-il un enfant avec Liliane ?

Publié par wikistrike.com sur 22 Mars 2013, 07:41am

Catégories : #Politique intérieure

Affaire Bettencourt : Sarkozy inculpé pour abus de faiblesse

 

prison.jpgM. Nicolas Sarkozy a été mis en examen (inculpé) jeudi pour abus de faiblesse aux dépens de la milliardaire Liliane Bettencourt, a indiqué à l’AFP l’avocat de l’ancien président français, Me Thierry Herzog, qui a annoncé son intention de former immédiatement un recours.

Cette décision du juge d’instruction Jean-Michel Gentil a été prise à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, à l’issue d’une confrontation à laquelle ont participé, selon des sources concordantes, au moins quatre membres du personnel de la milliardaire, âgée de 90 ans, héritière du géant mondial des cosmétiques L’Oréal.

Me Herzog a qualifié l’inculpation de M. Sarkozy de décision incohérente sur le plan juridique, et injuste.

Je saisirai en conséquence immédiatement la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Bordeaux pour former un recours et pour demander la nullité, notamment de cette mise en examen, a déclaré l’avocat à l’AFP.

L’ancien président est parti du palais de justice de Bordeaux peu avant 22h00 (21h00 GMT), a constaté une journaliste de l’AFP.

 

M. Sarkozy a quitté le tribunal à l’arrière d’une voiture précédée par un véhicule de la police circulant à vive allure, après plusieurs heures d’audition par le juge Gentil qui l’a confronté à des membres du personnel de Liliane Bettencourt.

L’affaire avait été déclenchée par l’ex-comptable des Bettencourt, qui avait déclaré à la police en juillet 2010 s’être vu réclamer 150.000 euros en liquide par l’ancien homme de confiance des Bettencourt, Patrice de Maistre, début 2007. Celui-ci lui avait assuré, selon la comptable, vouloir les donner à Eric Woerth, alors trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy.

 

Le juge cherche à déterminer si M. Sarkozy a commis un abus de faiblesse aux dépens de Mme Bettencourt en lui demandant de l’argent pour financer sa campagne présidentielle de 2007.

Plusieurs membres de l’entourage de la milliardaire ont déclaré avoir vu M. Sarkozy à plusieurs reprises pendant cette période et ont affirmé qu’il avait rencontré Mme Bettencourt à ces occasions.

M. Sarkozy a toujours affirmé s’être rendu au domicile des Bettencourt une seule fois pendant sa campagne de 2007, pour y rencontrer brièvement André Bettencourt, le mari de l’héritière de L’Oréal, décédé en novembre de la même année.

 

Source: Agence de presse via Romandie

Commenter cet article

Matt 22/03/2013 14:50


OSEF OSEF ON SEN FOUUUUT. Article inutile Mais vraiment . Juste une pollution de plus.

Arlette 22/03/2013 14:04


La mort de Félix FAURE, au Palais de
l'Élysée  - Cause du décès :


.../... SUITE  Ce journal évoquait l'hostilité à son égard provoquée par son attitude dans l'Affaire Dreyfus, thèse qui fut reprise par
Édouard Drumont dans son journal La Libre Parole, où il affirmait qu'un cachet empoisonné avait été placé par des « Dreyfusards » parmi ceux que prenait
le Président.


Plaisanteries, rumeurs et quolibets :


Les circonstances croustillantes du décès prirent rapidement le pas sur la tragédie d'une mort subite. La légende rapporta que l'abbé Herzog, curé de la Madeleine, fut mandé par Mme. Félix Faure
pour lui administrer les derniers Sacrements[7] mais, sans attendre son arrivée, il fut remplacé par un prêtre de passage devant
l'Élysée qui, en demandant à son arrivée : « Le Président a-t-il toujours sa connaissance ? » se serait entendu répondre : « Non, elle est sortie par l'escalier de
Service ! ». Mme. Félix Faure habitant l'Élysée et pour éviter le scandale, sa maîtresse dut, en effet, s'éclipser tellement vite qu'elle en oublia
son corset - que le Chef de Cabinet Le Gall gardera en Souvenir[12],[13].







Gisant de Félix Faure au Père-Lachaise.




La rumeur populaire colporta que c'était une fellation prodiguée par sa maîtresse qui avait provoqué un orgasme fatal[14], ce qui valut à Marguerite Steinheil le surnom de « la pompe
funèbre »[15]. Les chansonniers de l'époque affirmèrent[16] :
« Il voulait être César, il ne fut que Pompée »[17], allusion au goût du Président pour le faste et à la fellation qui provoqua
prétendument sa mort. Cette phrase a été attribuée également à Georges Clemenceau, qui ne l'aimait
guère[18],[19]. Ce dernier aurait également déclaré à cette
occasion : « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui. » et « Ça ne fait pas un Français en moins, mais une
place à prendre ».


Obsèques mouvementées : ... Il était marié ce Président FAURE ? Alors ce n'est guère celui dont on m'avait parlé à plusieurs reprises - "qui était certifié célibataire" mais
mort dans des circonstances analogues. La FRANCE a connu des VEDETTES !

Arlette 22/03/2013 13:44


Mandats et Fonctions : 1870 : élu au Conseil Municipal
du Havre - 1894 - 1895 : Ministre de la Marine - 17 janvier 1895 - 16 février 1899 : Président de la République.


Décès : La mort de Félix Faure, au palais de
l'Élysée (illustration parue dans le Le Petit Journal en 1899).







 




Article connexe : Marguerite Steinheil.


Circonstances :


Félix Faure, dont on a dit qu'il était plus célèbre par sa mort que par sa vie, mourut au palais de l'Élysée le 16 février 1899, à l'âge de 58 ans. Des quatre Présidents morts en fonction, il
est le seul à être décédé dans le Palais Présidentiel[6].


En 1897, il avait rencontré à Chamonix,
Marguerite Steinheil dite « Meg », épouse volage du Peintre Adolphe Steinheil, auquel fut confiée la commande officielle d'une toile monumentale intitulée « La remise des décorations par le
Président de la République aux survivants de la Redoute, brûlée ». De ce fait, Félix Faure se rendit souvent à la villa « Le vert logis », au no 6 de l'impasse Ronsin à Paris, où
résidait le couple Steinheil. Marguerite devint rapidement sa maîtresse et le rejoignait régulièrement dans le « salon bleu » du Palais de l'Élysée[7]. Le 16 février 1899, Félix Faure téléphona à Marguerite et lui demanda de passer le voir
pour 17 heures après son Conseil des Ministres consacré à l'Affaire Dreyfus. Bien qu'elle fût arrivée, les entretiens du Président avec l’Archevêque de Paris François-Marie-Benjamin Richard et Albert Ier de Monaco, venus intercéder en faveur du Capitaine Dreyfus,
se prolongèrent, aussi absorba-t-il probablement une trop forte dose de cantharide officinale,
puissant aphrodisiaque mais aux effets secondaires importants (à moins qu'il ne s'agît d'un aphrodisiaque à base de
quinine qu'il se faisait apporter par son huissier comme à son habitude[8]), afin de se montrer à la hauteur avec sa maîtresse. Peu de temps après que le couple
se fut installé dans le « salon bleu » de l'Élysée (ou le « Salon d'Argent » selon d'autres versions[7]), le
chef du cabinet Le Gall alerté par des cris se précipita et découvrit le Président sans autre vêtement qu'un gilet de flanelle, râlant, allongé sur un divan et la mains crispée dans la chevelure
de sa maîtresse[9], tandis que Marguerite Steinheil entièrement nue réajustait ses vêtements en désordre. Félix Faure mourut vers 22
heures d'une congestion cérébrale comme on disait à l'époque[10].


Cause du décès


La nouvelle que le Président était mort dans les bras de sa maîtresse se répandit rapidement. Si certains journaux affirmèrent, tel le
Journal du Peuple du 18 février, qu'il était mort d'avoir « trop sacrifié à Vénus », c'est-à-dire d'avoir
abusé de ses forces durant une relation sexuelle, d'autres, tel La Presse du 22 février, se demandèrent s'il « … n'avait pas été victime des dangers inhérents
à sa haute fonction, si pour être plus catégorique, il est bien mort de mort naturelle. »[11]. Ce journal
évoquait l'hostilité à son égard pro

Arlette 22/03/2013 13:11


Les gens n'ont pas voté un bonhomme ! Le peuple a voté un PARTI ! La FRANCE a l'esprit SOCIALISTE !  
Appréhensions dont craintes : en 1914 et en 1939 (et même en 1870
faudrait que je contrôle ce dernier dire)  la FRANCE avait été gouvernée par un Président SOCIALISTE.  Il n'y a pas
longtemps, je l'ai encore LU (j'ai de nouveau oublié le Nom)  - la FRANCE avait un Président de la République - célibataire - mort  "en exercice" dans les
bras de sa maîtresse ! 

Athos 22/03/2013 10:16


Comme par hasard , au moment où 74 % de français le préféraient à Flamby!! Coincidence bien sûr!

loreal 22/03/2013 09:01


Ecran de fumé pour mouton , les moutons ne pense plus a Chypre ! il aura rien le nain .

Archives

Articles récents