Samedi 29 juin 2013 6 29 /06 /Juin /2013 11:01

 

Affaire Dutroux : il y avait d'autres caches

 

 

 

dutroux.jpg

 

Je reviens brièvement sur l'affaire Dutroux, pour laquelle les dossiers bis concernant le réseau vont arriver à prescription. Il faut savoir que d'après la version officielle, Dutroux, Martin et Leliève étaient des "prédateurs isolés", et Nihoul n'est tombé que pour avoir fourni de l'ecstazy à Lelièvre, sans aucune raison. Il n'y a pas de réseau, d'ailleurs les réseaux pédophiles n'existent pas en Belgique: depuis l'affaire Dutroux, plus aucun média ne parle de réseau pédophile, alors que c'était le cas avant. Dutroux, c'est l'Outreau français, la tombe des enfants victimes. 


Si Dutroux est un prédateur isolé, pourquoi y avait-il d'autres caches dans le réseau?

Par exemple le PV n°2721/96 du 26 septembre 1996 évoque une perquisition effectuée chez un certain Patrice Charbonnier à Courcelles, perquisition au cours de laquelle les policiers ont trouvé deux caches aménagées. C'est dans une cavité de ce type qu'on a retrouvé in extremis Sabrina Daerdenne et Laetitia Delhez, deux des victimes de Dutroux.

Ledit Charbonnier était en taule pour avoi braqué un camion de convoyage de fonds à l'arme lourde, quand la perquisition a été effectuée. 

On nous a dit que c'ets le modèle de cache crée par Charbonnier qui a "inspiré Dutroux" (on notera aussi que pour Le Soir, deux cahces deviennent une cache). De fait, les deux se connaissaient depuis un bon moment, via divers trafics dans la région de Charleroi, suite à leur rencontre en prison en 1986 (Dutroux y était pour avoir enlevé et violé des adolescentes). 

Et quid de cette autre cache, mentionnée par Michèle Martin lors d'une audition à propos de son grand ami Claude Thirault? 

Thirault, nous explique Martin, lui a parlé d'une cache qu'aurait aménagé la "bande de Courcelles", cela pour " y dissimuler des filles, jeunes, avant de les expédier à l'étranger. Je me souviens qu'il m'avait parlé du Maroc notamment comme pays destinataire. Quand il a parlé de cette bande de Courcelles il m'a bien dit que son "chef" était un gros qui trafiquait aussi dans le trafic des voitures volées de grosse cylindrée ".  

Accessoirement, Thirault était un indic de la police de Charleroi, dont certains éléments fricotaient de près avec le trafic de voiture, à l'instar de Zicot, qui s'est aussi retrouvé dans l'enuête sur Dutroux. D'ailleurs, c'est Thirault qui a averti les gendarmes que Dutroux avait aménagé une cache dans sa maison de Marcinelle pour "y loger des enfants en attente d'être expédiées à l'étranger", ce qui a entraîné la découverte de Sabine et Laëtitia dans la cache. 

Au sujet de Thirault, Dutroux a écrit dans une lettre à un avocat partie dans une autre affaire de jeune fille tuée, Laurence Mathues, que "ce personnage a commencé par bénéficier des plus hautes protections judiciaires dans les juridictions du Hainaut. C'est de cette façon que lui et ses très nombreux complices ont évité d'être condamnés pour les très nombreux vols connus, qu'ils ont commis dans les années 1990 à 1993, notamment". "En 1993, Thirault Claude s'était lui-même vanté, alors en présence de mon épouse et de moi-même, qu'il était utilisé par l'Allemand dans un réseau qui séquestrait des enfants à la corse, notamment dans un tunnel... Informations qui ont initié les fouilles au charbonnage de Jumet (fouilles reprises ensuite à cause de Raemaekers et Cie).», ou encore: «Qui est le blond venu avec mon épouse à Marcinelle? Bref, tout concorde pour être interpellé par les activités et les complicités de Thirault Claude, y compris pour ce qui est arrivée à Laurence Mathues».

En gros: Dutroux accusait Thirault (y compris d'être très proche de sa femme Michèle Martin) et réciproquement. 

L'ancien ministre 

Il y a aussi tous ces témoignages (au moins une dizaine) à propose de l'ancien ministre Jean-Pierre G., ami de Di Rupo, et de ses sorties dans les boites de Liège, Mons ou Bruxelles, si possible homos. Un témoin explique qu'il visait les jeunes (une quinzaine d'années) qu'il voulait avec un point rouge lumineux, et qu'on les lui amenait. 

Un autre explique que le ministre "possédait un album photo avec toutes les personnes avec lesquelles il a eu des relations sexuelles". Un troisième parle d'une affaire de pédophilie concernant G. a été étouffée et qu'un jeune s'est suicidé "suite à cette affaire". Elle peut retrouver le nom du jeune. un autre encore évoque ses "protections", ce qui n'a pas empêché G. de devoir démissionner en 1996 suite à des accusations de pédophilie. 

Un autre témoin explique que l'un de ses amis a eu à faire il y a quelques années avec G. quand il avait 15 ans et fuguait régulièrement. Au cours de ces fugues il faisait des conneries, et pour les faire oublier « il lui suffisait de passer deux nuits avec Mr G. et il n'était plus inquiété ». 

Un autre témoin qui a appelé la ligne ouverte par le juge en charge de l'enquête au début (et qui a été viré parce qu'il risquait de faire son travail) a déclaré que G. l'a saoulé dans plusieurs bistrots de Liège et l'aurait ensuite violé. G. se serait aussi rendu à plusieurs reprises au home Vert Bois pour aller y chercher des jeunes. 

Autre témoignage: une femme qui faisait partie du monde politique et était alors pensionnée. Elle disait avoir appris de source sûre que dans le centre de placement la "MOHINETTE" à Dolembreux, on venait chercher des enfants le soir et on les ramenait le lendemain matin dans la voiture de G. La dame a dit cela à la gendarmerie, qui n'a rien fait. 

Plusieurs témoins parlent de ses liens avec Nihoul, mais pensez-vous que les flics l'ont interrogé? Bien-sûr que non. 

G. a même été blanchi de toutes les accusations de pédophilie, qui, certes, faisaient tâche tant elles étaient persistantes et concordantes. Pour cela, on s'est concentré sur deux témoignages qui dont leurs auteurs ont été décrédibilisés, une bonne vieille technique. Et finalement, on a dit que tout cela n'était qu'une "effrayante machination" contre les deux ministres, dont l'un est aujourd'hui le premier ministre belge. 

Di Rupo avait aussi été mis en cause à l'époque, ainsi que nous l'explique en 1996 le quotidien Libération: "La demande de mise en accusation par la justice belge du vice-Premier ministre fédéral, Elio Di Rupo, et du ministre de l'Enseignement de la communauté francophone, Jean-Pierre Grafé, pour faits de pédophilie éveille désormais, dans une Belgique déjà déstabilisée par les scandales, le fantôme d'une crise de régime". 

Les contacts du bordel 

Autre anecdote piquante qu'on trouve dans le dossier: la liste des appels reçus ou passés par un bordel fort connu à Bruxelles à l'époque, qui appartenait à la "madame Claude" belge. Un bordel dans lequel, d'après un témoin, des mineures en fugue étaient violées, fréquenté par des politiques, des "stars", des médecins, des avocats et magistrats... La patronne envoyait aussi des filles chez le gratin. 

Ainsi, on apprend que l'ONE (Office des naissances et de l'enfance), l'hôpital Erasme, les ambassades des Etats-Unis et du Maroc, l'APEPA (Association Pour l'Epanouissement des Personnes Autistes), de la FSC (Fédération des Scouts Catholiques), de l'Institut Royal des Sourds et Muets, de l'Adeps (Organisation de l'Etat qui s'occupe du développement du sport chez les jeunes)... font partie des contacts de ce bordel "hipe", ainsi que le rappelait l'ancien policier Marc Toussaint

La liste complète, de fait, des appelant de l'Institut Bizaar, est impressionnante:

Relevé des appels, qui ont été limité à la région de BRUXELLES (sans raison) : 

- Ministère de la DEFENSE 

- Ministère de l'INTERIEUR 

- Ministère des FINANCES 

- Ministère de la Région BRUXELLES CAPITALE 

- Ministère de la Communauté FLAMANDE 

- Administration communale de MOLENBEEK 

- Commission des AFFAIRES EUROPEENNES 

- Parlement de l'UNION EUROPEENNE 

- Ambassade des ETATS UNIS 

- Ambassade du MAROC 

- Ambassade de SAINT MARIN 

- Gendarmerie de BRUXELLES 1000 

- Police de BRUXELLES 1000 

- Et des avocats, médecins, un journaliste 

- Des entreprises (RTBF, SNCB...) 

- Association de Parents pour l'Epanouissement des Personnes Autistes (APEPA) 

- Office de Naissance et de l'Enfance (ONE) 

- Fédération des Scouts Catholiques (FSC) 

- ADEPS 

- Protection de l'enfance et de la jeunesse de Flandre. 

- Institut Royal pour Sourds et Aveugles (IRSA) 

- IMP du Prince d'Orange.

Pourtant la gendarmerie a mis huit mois pour conclure qu'il n'y avait dans ces listings aucune " élément exploitable ", et on a limité la recherche des appels à la zone de Bruxelles. 

L'institut Bizaar était financé entre autres par Patrick Haemers, braqueur soupçonné d'avoir participé aux tueries du Brabant et qui est mort en prison en 1993, par suicide paraît-il. Comme son père, il a trainé dans les mêmes boites à partouzes qui Nihoul et le gratin habituel. 

En dehors de cela, plusieurs personnes gravitant dans le milieu pédocriminel trainaient aussi à l'Intitut Bizaar, dont des proches de Phillipe Cryns, le parton du Mirano dans lequel des partouzes pédophiles avaient carrément lieu, comme on va le voir plus bas. Cryns était aussi proche de Nihoul, mais le monde des partouzes bruxellois est, il est vrai, tout petit, et il allait chercher des mineurs qui se prostituaient à la place Fontainas à Bruxelles, pour les faire tapiner au Mirano. L'un des témoins X de l'affaire Dutroux, qui avait commencé à être violé lorsqu'il était placé au home Vrij & Vrolijke, a dit que Cryns le prostituait au Mirano alors qu'il était encore mineur. 

Au sujet du témoignage de VM1 (Tino), Marc Toussaint écrit: "Tino a été placé dans des homes de l'O.N.E. par le juge de la jeunesse Blondeel lorsqu'il avait neuf ans. Il a d'abord résidé dans un établissement de Mont-Saint-Guibert, et ensuite dans un autre à Braschaat. Il raconte que le directeur de ces homes venait le chercher pour l'emmener dans de grosses villas isolées où il était, avec d'autres enfants, victime d'abus sexuels lors de partouzes. Il dit avoir assisté à des viols, en avoir été lui-même victime, avoir vu des actes de mutilation et de torture sur des enfants, et avoir assisté à la mise à mort de certaines victimes". 

En 1985, Cryns a créé la SA Parc Savoy, avec de grandes pointures du secteur immobilier et de l'entourage direct de l'ancien premier ministre Paul Vanden Boeynants, cité comme un tortionnnaire par plusieurs témoins de l'affaire Dutroux. Parmi eux, Charly De pauw, affairiste notoire et accusé d'être unn épdophile par plusieurs témoins lui aussi. Il est apparu que cette société, qui avait pour but d'exploiter des bars et des restaurants et d'organiser " des réunions culturelles et sociales ", était liée au très influent Cercle des Nations. Ce club privé comptait parmi ses quatre-vingt-un membres fondateurs de nombreux nobles, hommes d'affaires, banquiers, diplomates et politiciens, dont certains noms sont cités par les témoins X. 

Quelques documents intéressants: 

Audition de Marcel Vervloesem en avril 2001 : Sur la crèche d'Amsterdam transformée en studio de "bébé porno". Et comme par hasard, dans la même rue mais au n°47 au lieu du n°111, rue Admiraal de Ruyterweg, 10 ans après, on a trouvé cette affaire de bébés violés et filmés à la crèche. Certes, seul un employé de ces crèches a porté le chapeau, mais tout de même. Plusieurs crèches auraient été touchées, du coup, et 64 bébés. 

Le document évoque aussi la présence probable de Dutroux dans un bar sado maso d'Amsterdam tenu par un ancien GI.

Vervloesem parle aussi d'un certain Ronald Janssen, qui a fait la Une des médias en 2010, après qu'il ait massacré un couple de jeunes voisins, après avoir torturé et tué une ado de 18 ans en 2007. Il est aussi soupçonné d'une vingtaine de viols, mais n'a avoué que cinq, commis entre 2001 et 2010. On a aussi rouvert un vieux dossier de disparition d'enfants, datant de 1994, lors de l'enquête sur Janssen (celui de Kim et Ken Heyrman). 

Janssen était "considéré par beaucoup comme un instituteur modèle, un homme jovial, sincère et responsable", nous dit le média belge 7 sur 7. Janssen passe pour un tueur en série psychopathe. Et isolé, bien sûr. 

Vervloesem disait justement que Janssen apparaîssait sur des photos figurant sur les fameux fichiers Zandvoort. 

La déclaration fracassante de Nihoul: il a été piégé à table par un journaliste qui a enregistré la conversation. Il y parle du "frère du Roi", qui n'est autre que le roi actuel.

Sur d'autres enfants trafiqués par Lelièvre et Nihoul, le complice de Dutroux.

On notera que Carlo Todarello a aussi été mêlé à l'enquête sur l'assassinat du ministre André Cools en juillet 1991. Ses déclarations en tant que co accusé ont beaucoup orienté les recherches de la Justice. Bien sûr, Todarello s'est ditcomplètement surpris de cet assassinat, pour lequel il a quand-même pris 5 ans prison

--------------------------- 

Ce ne sont ici que quelques éléments qui posent question, parmi une masse d'éléments troublants, qui tous contredisent la théorie du "prédateur isolé". Un bon résumé de l'affaire Dutroux, qui montre à quel point on a massacré la vérité et les victimes dans cette affaire, est trouvable ici. Mais, je reviendrai vite sur cette affaire car contrairement à ce qu'on pourrait croire, elle est loin d'être finie et le réseau existe toujours, prompt à ruiner les victimes qui pourraient parler.

Source: Donde vamos

Par wikistrike.com - Publié dans : Social - Société
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés