Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

ALERTE - Copé propose un référendum, Fillon pas contre

Publié par wikistrike.com sur 27 Novembre 2012, 09:32am

Catégories : #Politique intérieure

 

Fillé créé un groupe autonome 


 

front-34-short-image-1050784--1-.jpeg

 

17h23: Fillon accepte l'idée d'un référendum, confirme Patrick Ollier

17h10: Le groupe des fillonistes à l'Assemblée a été constitué mardi soir, Fillon en a été élu président
Donc la demande de  de Jean-François Copé de ne pas constituer ce groupe UMP n'a pas été prise en compte par le camp Fillon.

16h57: Un ex-responsable de République solidaire, mouvement de Villepin, pointe les risques du recours au référendum


 

 16h54: Sarkozy est «en colère contre les deux camps»

 

16h50: «J’espère que la main que je tends sera prise par François Fillon», dit Copé
«Mes fonctions de président m’amènent à rechercher en permanence les solutions pour trouver l’apaisement», a commencé Jean-François Copé dans une brève allocution au siège de l’UMP. Il a expliqué que c’est sur les conseils de Nicolas Sarkozy qu’il a demandé à Fillon de se rencontrer. Il lui a demandé de renoncer à son groupe parlementaire et à son intention d’aller en justice.

«Et en contrepartie j’ai proposé à François Fillon que l’on donne la paroles aux militants de l’UMP pour qu’ils se prononcent par reférendum. Si les militants considèrent qu’il n’y a pas lieu de revoter je poursuivrais mon mandat, si à l’inverse les militants décidaient de relancer le processus électoral, je resterais président de l’UMP jusqu’au vote éventuel», a-t-il expliqué. Par ailleurs, ce vote doit être organisé dans des «délais rapides», soit décembre ou janvier. Et il a précisé que lui et Fillon «surpeviserons les conditions» de ce référendum. «J’espère que la main que je tends sera prise par François Fillon». «Le fait que les militants choisissent eux même de revoter ou non, la voie de la sagesse qui doit l’emporter, ce sera aux militants de choisir».

 

16h30: Les fillonistes mettent cinq conditions au référendum

«C'est un débat en ce moment au groupe Rassemblement UMP. Il y a plusieurs conditions: 1/ avant la fin de l'année, 2/sans procurations, 3/ par internet avec prestataires extérieurs, 4/ gérés par une commission adhoc impartiale et indépendante et 5/ de nouvelles élections au début du printemps», explique une source proche de Fillon.

16h06: Fillon d'accort pour un référendum sous certaines conditions
L'entourage de François Fillon est d'accord pour organiser un référendum sur le nouveau vote mais à la condition que ce vote référendum soit supervisé par une instance indépendante, rapporte Le JDD.fr.

15h50: Une réunion des parlementaires soutenant Fillon doit avoir lieu à 16 heures

Du coup, tous les députés UMP proches de Fillon quittent l'hémicycle en plein pendant les questions au gouvernement.

15h27: Jean-François Copé propose un référendum sur un nouveau vote en janvier
L'entourage du maire de Meaux a indiqué à 20 Minutes que François Fillon a accepté, sur le principe.

15h20: Fillon et Copé se sont rencontrés de 14h à 15h à l'Assemblée dans le bureau du maire de Meaux, selon iTélé

15h18: Copé a proposé à  Fillon un référendum aux militants sur de nouvelles élections
C'est ce qu'a indiqué son entourage à l'UMP. Le maire de Meaux a demandé à son rival de renoncer à  son groupe à l'Assemblée.

15h05: Selon «Le Figaro», Fillon et Copé sont actuellement en train de se rencontrer à l'Assemblée

Le journal cite l'entourage de Jean-François Copé.

 

14h55: Copé et Fillon vont se rencontrer, à la demande de Sarkozy
L'ex-Président est  Sarkozy «déterminé à préserver l'unité de sa famille politique», a indiqué son entourage à l'AFP.

14h50: Nicolas Sarkozy aurait demandé à Jean-François Copé et François Fillon de se rencontrer
Selon le site Atlantico, l'ex-président a demandé aux deux rivaux de se rencontrer dès ce mardi après-midi. Le cas échéant, Nicolas Sarkozy menacerait de publier un communiqué avant 20h, dans lequel il «mettrait en doute leurs capacités d'hommes d'Etat». L'ancien chef de l'Etat a aussi demandé à ce que Jean-François Copé reste président de l'UMP et qu'il demande aux militants s'ils veulent un nouveau vote. Si la réponse est positive, la nouvelle élection devrait avoir lieu avant mars 2013.

14h45: Jean-Pierre Raffarin: «Le groupe du Sénat ne se laissera pas tenter par les malices de la division»

 

14h05: Christian Jacob va rencontrer François Fillon «pour éviter l'irréparable»

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a annoncé ce mardi qu'il allait rencontrer François Fillon dans l'après-midi afin de tenter de le dissuader de créer un nouveau groupe parlementaire réunissant ses partisans. «Je ne désespère pas de parvenir à convaincre François Fillon d'y renoncer», a déclaré lors d'une conférence de presse Christian Jacob, qui soutient Jean-François Copé. «L'irréparable n'est pas commis. L'irréparable est commis quand le groupe est constitué», a-t-il ajouté en soulignant qu' «un parti et deux groupes, ça n'a pas de sens.» 

13h25: François Grosdidier: «Nous n’avons aujourd’hui aucune raison de créer un groupe séparé»
Le sénateur de la Moselle, soutien de François Fillon, réagit à propos de la réunion des sénateurs prévue mercredi 11h et le vote d’une motion proposant un nouveau vote à l’élection du président de l’UMP.
«J’espère qu’au terme de ces débats, les soutiens de Jean-François Copé au Sénat ne vont pas s’opposer à un nouveau vote. Ce serait dommage et il y aurait des conséquences. Mais, dans tous les cas, nous (les sénateurs fillonistes ndlr) sommes majoritaires dans le groupe, nous sommes 60% à soutenir François Fillon.» «Nous n’avons aujourd’hui aucune raison de créer un groupe séparé. Nous verrons à l’issue du vote demain ce que l’on fera.»

    13h08: Selon David Douillet, Nicolas Sarkozy, «excédé», «va  probablement prendre des initiatives»

Le député UMP des Yvelines, interrogé sur itélé, «fait appel» à Nicolas Sarkozy et à sa «crédibilité» pour «résoudre la situation».

13h05: Copé assure qu'il est «statutairement» impossible de revoter

12h55: Mariton propose un mandat de deux ans
Dans la crise que traverse l’UMP, chaque élu ou presque à sa solution. Le député UMP Hervé Mariton,  un non-aligné, a proposé mardi de «raccourcir d’un an la durée du mandat du président», qui est actuellement de trois. Ce serait un «élément de compromis», juge-t-il. Surtout cela permettrait de ne pas entrechoquer les élections pour un nouveau mandat et les primaires. «Le mandat de trois ans aboutit à un calendrier pas très heureux qui conduit à une nouvelle élection très peu de temps avant les primaires», a expliqué Hervé Mariton, en précisant avoir proposé dès juin, en vain, «de ne pas enclencher trop tôt l'élection du président de l'UMP».

12h40: Impossible d'organiser un nouveau vote selon Patrice Gélard
Patrice Gélard, le président de la commission de contrôle des opérations électorales de l'UMP, a jugé mardi qu'il n'était pas possible «d'organiser un nouveau vote avant six mois». «Il faudrait relancer les parrainages», a-t-il ajouté. «Et comment l'organiser quand 98% des bureaux de vote ont voté honnêtement», s’est encore interrogé Patrice Gélard assurant  qu’«il n'y a que 4 ou 5 bureaux de vote où il y a eu de la fraude». Interrogé sur le vote par internet suggéré par certains à l'UMP, le président de la Cocoe a estimé qu'il coûterait «800 000 euros». «On ne l'a pas fait car cela coûtait trop cher pour les finances de l'UMP. Déjà on a dépensé beaucoup d'argent ne serait-ce que pour les 141 huissiers qu'on avait réquisitionnés à 300 euros l'heure», a-t-il ajouté. «Copé était gagnant dès le départ», dit-il.

12h30: Lefebvre veut un nouveau vote, mais pas tout de suite
Frédéric Lefebvre, resté neutre pendant la guerre des chefs juge sur son blogqu’ «il faut revoter mais pas maintenant» car pour des militants «meurtris» par le spectacle, ce serait «un traumatisme». «Cela veut-il dire qu'il nous faudra attendre les trois ans prévus par les statuts ? Je ne le crois pas», reprend-il ajoutant: « Il faut acter le principe d'un vote anticipé, dans l'apaisement, après que les uns ont renoncé à quitter le groupe UMP, à saisir le juge d'une procédure de 'divorce', et que les autres aient fait preuve d'une volonté sincère d'ouvrir les instances à tous». Et d’insister: «Donnons-nous un an. Puis six mois de campagne. Profitons en pour moderniser nos statuts, préparer les primaires».

 

12h00:  Copé et Fillon auront égal accès aux documents
La première décision judiciaire sur le litige entre Jean-François Copé et François Fillon pour l'élection à la présidence de l'UMP s'est terminée par un match nul mardi, la justice garantissant l'accès des deux hommes aux documents du scrutin. Cette décision constitue un prélude à un possible combat judiciaire sur le fond, François Fillon ayant évoqué l'idée de saisir un juge civil pour obtenir l'annulation du vote, sans réitérer cette volonté mardi lors de l'annonce d'un nouveau groupe parlementaire au sein de l'UMP. Le tribunal de Paris, statuant en référé, a confirmé de premières ordonnances rendues samedi dernier et permettant l'accès de François Fillon par huissier aux documents en question, notamment les procès-verbaux du vote contesté. Ils sont pour l'instant au siège de l'UMP.

11h50: Quelques précisions sur le  Rassemblement UMP
Il y avait ce matin environ 130 parlementaires dont 50 à 60 députés, selon notre journaliste sur place. Si le groupe est créé à l'Assemblée, ce n'est pas encore le cas au Sénat. Les fillonistes y sont majoritaires et ils demandent à Jean-Claude Gaudin, le président du groupe, d'adopter une motion pour réclamer un nouveau vote. Ce que ce copéiste devrait refuser et alors, un nouveau groupe pourrait être créé, explique une source interne.

 11h43: Christine Boutin hésite entre colère et ironie

 

11h34: Eric Ciotti: «François Fillon est animé par une très grande détermination»
«Il y a un soupçon sur le résultat de l'élection. Cette direction n'est pas légitime. Il faut revoter pour redonner de la force, de la crédibilité», a expliqué sur I-Télé Eric Ciotti, l'ex-directeur de campagne de Fillon. «Il n'y a pas de sission, il n'y a pas de fracture, nous sommes à l'UMP», assure-t-il, ajoutant: «je fais le pari de la raison». «François Fillon est animé par une très grande détermination». 

20minutes

Commenter cet article

lepape 28/11/2012 03:08


On en a rien a foutre ,c'est du cirque un sioniste et un autre sioniste ,nous ne reconnaissons pas ce gouvernement bananier ,singerie du gouvernement Israélien !

baboy 27/11/2012 14:52


le meilleur moyen de destruction, c est l autodestruction


je ne pensait pas le dire un jour : bravo et merci l ump (on vous aime comme ca, continuer)


ahahahahaha

STEPH 27/11/2012 11:59


Putch ou pas....cette bande de guignols surpayés et corrompus nous offrent un spectacle digne d'une petite dispute identique à celles qui se passent dans les cours de récréation des petits
enfants...juste pathétique.."non c'est pas toi qui a gagné c'est moi"...

Jean Yves 27/11/2012 11:33


Je le répète, mais il s'agit d'un putch des sionistes, et ce n'est pas Sarko, le chef de file des sionistes qui va demander de revoter. Les moutons tondus par ces gens là ne comprennent toujours
pas l'enjeu. C'est la mise sous tutelle de la France qui continue. Depuis le temps que ça dure il faut y mettre un terme !

Archives

Articles récents