Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Angleterre: sur les rituels sataniques de Jimmy Savile

Publié par wikistrike.com sur 17 Juin 2013, 11:22am

Catégories : #Social - Société

 

Angleterre: sur les rituels sataniques de Jimmy Savile

 

 

87593730_p.jpg

 

 

 

 

Voici un témoignage d'une anglaise victime d'abus sexuels rituels, et de contrôle mental. Vous savez, les mêmes qu'aux Etats-Unis, et qui n'existent pas. Cette personne tient un blog appelé Daffodil Rites, dans lequel elle raconte son parcours et surtout sa souffrance. En janvier, elle évoqué le rôle de Jimmy Savile dans des réseaus pédo sataniques, en tant que fournisseur d'enfants pour les puissants. C'est un témoignage très proche de celui de Regina Louf, ce témoin crucial de l'affaire Dutroux.

 

"Je n'ai rien à prouver à personne, mais je voudrais être une partie dequelque chose qui expose la violence et corruption, qui peut s'épanouir au plus haut niveau dans les démocraties occidentales", explique cette jeune femme. Comme au moins deux autres victimes de Savile et de sa clique, elle a dénoncé officiellement ses délires satanistes

"J'ai fait une déclaration officielle qui a été corroborée par deux autres témoins, disant que Savile a été impliqué dans le viol et des meurtres rituels dans les années 80 et 90. Je le sais parce que j'étais une "favorite". J'ai eu beaucoup d'expérience dans les viols et les viols filmés et j'avais des états dissociés, des personnalités et des talentsqui attiraient tous les goûts", écrit-elle.

Ce témoin évoque des cérémonies qui avaient lieu un peu partout dans le pays, avec les viols d'enfants, orgies, tortures et meurtres rituels d'enfants. A 4 ans, elle aurait croisé Savile alors qu'elle avait déjà connu moult fois les mêmes rituels. Elle a ensuite revu Savile de très nombreuses fois, apparemment il aimait assister à ses viols, et appréciait beaucoup les cérémonies d'Halloween et de Noël.

Un jour, Savile lui a présenté une fille un peu plus âgée, une ado, qu'il a violée avec d'autres pendant des heures, devenant de plus en plus violents, et allant jusqu'à la tuer. On lui a ensuite demandé de s'approcher du corps et il y avait plein de sang à terre. Les jours suivants, cette victime a été trimballée dans des villas, des hôpitaux et des hôtels à Leeds, la ville de Savile, et à Londres. Les voyages se faisaient en avion, en bateau pour aller à Jersey ou à l'île de Man, en voiture...

Elle explique que Savile aimait tourmenter les handicapés mentaux, elle se rappelle des longues marches dans les couloirs des hôpitaux, jusqu'aux morgues.

Elle dit qu'il organisait des "viols ritualisés" dans les sous-sols des hôpitaux avec ses amis, et se demande si ces parties n'étaient pas organisées pour recruter des bons éléments pour des tortures encore pires.

Elle dit qu'il y a eu au moins un meurtre à l'hôpital Broadmoore: une femme a été violée et battue à mort devant un groupe d'au moins sept personnes. En fait, souvent des "murder party" avaient lieu après les partouzes pédophiles.

Les mêmes seraient aussi allés à l'hôpital Stoke Mandeville, où Savile, qui y faisait ses oeuvres de charité et y avait son propre appartement, a également commis divers abus entre 1965 et 1988 au moins (au moins 22 faits), et à la Leeds General Infirmary, où il a été accusé de 16 viols et autres actes entre 1965 et 1995.

Mais, Savile a aussi été accusé d'actes commis au St James Teching hospital, au High Royds Psychiatric Hospital, au Dewsbury Hospital, au Wycombe General Hospital et dans biend 'autres établissements.

La victime ajoute qu'elle a été emmenée plusieurs fois dans les locaux de la BBC, où Savile et ses amis violaient régulièrement de jeunes groupies.  En voyant Savile adulé par toutes ces ados, la victime se sentait flattée du temps qu'elle passait avec lui.

Petit à petit, elle a été introduite auprès de gens puissants auxquels Savile la donnait. Apparemment, Savile avait une grande emprise sur les jeunes stars de la télé.

Le témoin raconte que Savile expliquait comment organiser les soirées sataniques, mais qu'au fond il se fichait pas mal de la théorie. Les principes étaient assez basiques: "Maltraitez vos enfants physiquement avant qu'ils ne soientbrutalisés par la société intellectuellement. Violez vos femmes afin que leur sexualité ne devienne pas un outil pour asservir les hommes...", explique cette victime.

 

Etouffement en règle

Le témoin ajoute qu'elle a tenté d'alerter des gens sur ce qu'il lui arrivait, comme la secrétaire de Savile, qui a toujours nié avoir été au courant de quoi que ce soit, ou encore le personnel des hôpitaux. Mais, rien ne s'est passé. Elle a aussi appelé la Childline, qui a été mise en place par la "journaliste" de la BBC Esther Rantzen, qui a été dénoncée par Ben Fellows, ex enfant star victime du milieu pédophile du show biz anglais, comme étant une organisatrice de partouzes avec drogue et mineurs. La Child Line a aussi été chapeautée par Peter Mandelson, devenu commissaire européen, pédophile et sataniste notoire.

Après avoir appelé la ChildLine, la victime dit qu'elle s'est sentie complètement désespérée et a réalisé que l'argent que Savile dépensait dans ses oeuvres de charité provenait de l'exploitation sexuelle d'enfants comme elle. Savile lui faisait aussi tourner des films pédopornos, où il ne s'agissait pas d'autre chose que de tortures, et la livrait régulièrement à ses proches, y compris des personnes connues publiquement.

Elle parle encore de "death parties" organisées à Jersey et ailleurs. Elle les voyait charger les corps des enfants dans le van après les soirées et dit qu'elle a assisté à des meurtres d'enfants. Elle dit que Savile a aussi organisé des partouzes à Elm Guest House, et a aussi surtout organisé la cover-up, l'étouffement de l'affaire. D'autres témoignages relient en effet Savile à Elm Guest House, où le ghotta pédophile avait rendez-vous fin 70, début 80.

Plus loin, elle regrette que rien ne soit fait pour aller au fond des affaires de pédocriminalité qui sont en train de sortir dans le pays: "Il ya un manque de témoins et de victimes qui viennent dénoncer, et un manque de formation dans la police quand il s'agit de prendre allégations d'abus organisés extrêmes au sérieux". Elle explique que les flics manquent de savoir-faire et de curiosité pour obtenir des témoignages complets. Et cette victime déplore le lamentable constat des flics selon lequel "il n'y a aucune preuve que Savile était impliqué dans un réseau pédophile".

Jusqu'à ses vingt-cinq ans, Savile ne l'a jamais lâchée, et la violait encore régulièrement. Il l'appelait aussi, notamment quand son fils encore bébé a été violé.

Le mieux, c'est qu'elle a tenté de dénoncer Savile aux flics alors qu'il était encore vivant, mais bien sûr pas question de mener une enquête sur ce sujet. Mais, elle dit qu'elle n'était pas encore capable de donner tous les détails qui auraient pu faciliter l'enquête. Elle a aussi écrit à la protection de l'enfance (le NSPCC), quand l'opération Yewtree portant sur les connexions de Savile a été lancée. Tous ses mails ont été envoyés aux flics directement, qui se sont empressés de l'oublier.

Elle dit qu'il y a des petits groupes sataniques de jeunes issusde milieux aisés et criminels, notamment dans la région d'Aberdeenshire. Elle dit que dans ces groupes, on encourage la compétition entre les hommes, et la vulnérabilité mentale et sociale pour les femmes. Classique.

Cette victime a été diagnostiquée avec un trouble de la personnalité à 14 ou 15 ans et est toujours en thérapie.Comme beaucoup de victimes ayant subi ces traumatismes répétés, elle a beaucoup de mal à situer les évènements dans le temps, et les souvenirs reviennent par flashbacks. Par contre, elle se rappelle très bien de nombreux détails des lieux où elle a été emmenée, de l'attitude de Savile, des infections diverses qu'elle a eues à la suite de ces viols...

D'autres témoins ont parlé des pratiques satanistes de Savile, notamment à Whitby, même s'il a été dit que ce n'étaient pas des cérémonies "très sérieuses". Une autre victime a dit avoir été violée à 13 ans par Savile lors d'un rituel satanique en 1975.  Lors de ce rituel, Savile était dans une grande robe, avec un masque, assis sur une sorte de trône. Des hommes et des femmes habillés en noir étaient présents également, et ils appelaient Satan.

Une autre femme a déclaré avoir subi le même genre de cérémonie à l'hôpital Stoke Mandeville, alors qu'elle avait 12 ans, également en 1975. La fillette y était alors internée, et un soir elle y a été violée et torturée au son des "Ave Satanas" de l'assistance d'illuminés.

En 1980, d'autres actes satanistes ont été décrits, dans lesquels Savile était impliqué, et qui se seraient déroulés dans un appartement à Londres, mais cette fois la victime était uen femme de 21 ans.

 

Ave Satanas

 

Source: Donde vamos

Commenter cet article

guppy 19/06/2013 20:28


bisoux elnaino

elnaino 19/06/2013 11:53


Ces bargos singent complétement le "satanism", satan n'est pas une doctrine, un croupuscul qui s'adonne aux pires exactions. Satan, c'est le libre arbitre, c'est l'individu qui justement combat
ce genre de choses. Ils sont écervelés, ils n'ont rien compris, ils parlent de symboles qu'ils ne connaissant même pas, ils ont besoin de l'image d'un diable pour faire leurs exactions , ils font
du tort à leur conscience et aux principes de pérénité de la vie.
Je vous le demande honnétement, n'alliez jamais ce genre de massacre à "Satan", Ou parce qu'il est dit satanique forcément égal à actes ignoblent.
Il y a méprise, satan ne signifie pas la débauche et le fanatisme, mais au contraire un invidividualisme empreint de libre arbritre qui garde pour principes combaditivité, juste mesure, et don de
soit.
Bref ces gens là sont juste des manipulateurs, qui jouissent du mal être des autres, qui ne respectent pas ce qu'ils ont dans leur coeur et dans le crâne.
Ils ne le paieront pas par l'enfer ou autre conneries, ils engendreront un cercle malsain d'énergie et cette énergie leur sera "récompensée" par cette même énergie. Ils resteront des esprits
cadavériques, jouissant d'autres cadavres, c'est leurs choix ( pour ca ils respectent satan ) le grave problème c'est qu'il en fasse patîr les autres, des enfants qui n'ont rien demandés, des
gens perdus ou désoeuvrés.

Laurent Franssen 18/06/2013 17:21


Parce que c'est important , d'un ami :


 


"Il était une fois, dans les années 60, une guerre, froide, qui couvait.


 


Perce qu'elle était froide, de froids cerveaux, venu d'un Pays froid imaginèrent un plan.


 


Comment qualifier celui-là ?


 


Il n'y a pas de nom, pour un tel plan.


 


Se servant des connaissances qu'ils avaient accumulées sur la psychologie, la connaissance des esprits, la génétique, ils imaginèrent de crée un enfant, dans un Pays de l'ouest, une République,
où il grandirait. Cet enfant devait être le plus sensible, le plus réceptif possible à toute les informations, liées à la culture, la civilisation, le mythe, qui à l'époque façonnait la
république en question.


 


Alors, ils mirent leur plan en action. Ils firent passer un agent secret, le plus bel homme possible, avec dans son patrimoine génétique, tout ce qui pouvait faire de lui, le meilleur des
"reproducteurs", possible.


Il séduisit une fille. La mit enceinte. 


 


Le but, était de créer un enfant, mâle, le plus sensible possible, pour que rempli de ses démons, il puisse par la peur qu'il engendrerait, déstabiliser durablement, le bloc où il aurait grandit.


 


Elle ne pu garder l'enfant.


 


S'aperçevant du but recherché, l'administration du Pays, prise de cour devant la gravité de l'affaire, ne sut quoi faire de l'enfant. Au lieu de le protéger, de tenter d'en faire un homme aussi
affranchi que possible des préjugés, de la haine, de la peur, elle choisi pour lui une forme d'enfermement.


 


Les années passèrent. Et puis un jour, l'enfant, sur le papier devenu homme, se réveilla. Criant : mais qu'est ce que c'est que ce bordel ???


Il était lui-même devenu père, mais un père à ce point perdu, par se corps qui n'avait rien oublié, que celui-ci un jour, lui avait fait l'injonction d'écouter.


 


La République ne sut quoi faire. que dire ? que faire ?


 


Alors, pour "camoufler ce qui s'était passé", elle décida de mettre autour de lui, une véritable enceinte de confinement, où il devrait, seul, affronter ce qu'il était. il fallait, soi-disant,
"protéger le plus grand nombre", "protéger" ses enfants, le "protéger" lui même de l'insondable connerie qui l'avait créé, de toute pièce. Rejeté dans son enfant comme une sorte d'étrange objet
de répulsion, il grandirait néanmoins, tentant de se tenir, le plus droit possible, chose assez peu aisée, évidemment


 


Il tenu bon, pour lui-même, pour ses proches, pour ses enfants, dont il ne voulait pas qu'il aient ça à supporter, ou à transmettre inconsciemment à leur propre descendance, le contenu d'une
telle … hmmm les mots me manquent, d'un coup.


 


Comment, comment dire à ce mec qu'il était le fruit d'une tentative aussi désastreuse ? Une expérience qui avait le pouvoir d'horrifier tellement de monde, qu'elle en deviendrait le sujet caché
et refoulé de bien des films, des chansons, même ...


 


Nul ne savait finalement comment faire, comment régler un tel problème. 


 


Alors tout le monde se tut, autour de lui, ça serait comme ça.


 


---


 


Crédible ? Je me pose la pertinence du sujet. je me demande si un tel scénario pourrait tenir, vraiment, la route … Il est certes, proche du "Lion dans la souris" … a quelques variantes …


 


Ca m'est venu en écoutant en boucle GoodBye Lenin, la bande son de Yann Tiersen.


 


Bon c'est assez sombre, certes. Mais je crois qu'un tel mec, en réalité, serait capable de s'en sortir. Pourvu qu'on l'aide, un peu. Il en aurait vu d'autres, non ?


 


Je pense même que la lumière dans son existence, les femmes qu'il aurait connu, ses enfants, plein d'autres expériences positives, pourrait faire de lui quelqu'un de pas si mal … Au delà du déni
et des préjugés de départ, qui aurait finalement pollué sa relation à l'autre, forcément.


 


Et puis peut-être, pourrais-je faire surgir une autre part, dont lui même aurait une espèce d'aperçu encore un peu flou, d'une autre histoire familiale, inconnue de tous, aussi belle, que ce pan
là peut sembler tragique …


 


***


 


PETITE HISTOIRE 2 :


 


Voilà, c’es une histoire qui se passe dans une espèce de bouge … On entend d’un seul coup un moteur qui fait une grosse embardée.


Tout le monde s’inquiète un peu, tout le mode veut s’en mêler. On décide d’y remettre un peu de « carburant », mais personne ne semble se souvenir du mélange qu’il faut pour le réalimenter.


Une voix s’élève, alors, en disant : il me semble qu’il faut ça et ça, pour qu’il fonctionne bien, et se répare.


Mais personne ne l’écoute.


 


Il y un bien une ou deux personnes, à vaguement chercher à l’entendre, mais tout le monde leur indique qu’il ne fallait pas prêter attention. Ils se taisent, donc, finalement. Le moteur continue
de tourner, mais recommençe ses embardées. Les deux Thénardier qui tiennent le bouge, viennent voir le moteur, et décident qu’il lui faut, ça et ça, et que là il se remettra à tourner
normalement. 


 


Pendant ce temps, la même voix qui s’était déjà faite entendre, dit :


- Mais, non. Pour qu’il tourne normalement et se répare, il lui faudrait, ça et ça, dans telles proportions.


 


La tout le Monde se retourne, puis passées quelques secondes d’étonnement, chacun se fend la gueule, tandis qu’une voix un peu plus haute, chante, presque, allez, retourne d’où tu viens, de quoi
je me mêle … Tout le Monde se marre, y compris les plus jeunes, quand les Thénardier déclarent : « ah, regardez, c’est le parton de l’établissement qui parle ! ».


 


Et puis, le moteur fait une nouvelle embardée.


La voix s’adresse à nouveau à tous, en disant :


- Je crois que le moteur aurait besoin de ça, ça, et ça, dans telles proportions.


 


Là, les gens se marrent moins.


- Il nous fatigue. Enfin de quoi se mêle t-il, est ce qu’on l’a sonné ?


 


L’être qu’il désigne semble frêle. Sa voix est mal assurée. Il les regarde tous, semble vouloir leur dire : mais … je vous assure …


 


La certaines voix s’élèvent :


- Mais qu’il aille se faire enculer, qu’est ce qu’il y connaît !


 


Tout le Monde se marre, surtout les plus jeunes, qui lui donnent des sobriquets. Néanmoins, dans la salle, des gens se mettent à réfléchir. A repenser les choses, à débattre, silencieusement.


 


Les Thénardier décident alors de mettre un mélange de leurs cru.


 


Le moteur fait une violente embardée.


 


Sans se démonter, l’être, répète, donne plus de précisions, il semble avoir mal, mais personne n’y prête attention. Les Thénardier, gens prévoyants (sauf quoi ils n’auraient pu devenir patrons du
bouge) prêtent un peu l’oreille, et surtout le regard. Il ont remarqué que consciencieusement, l’être prenait des notes, sur chacun des points qu’il semblait évoquer. 


Néanmoins, pour ne pas perdre la face, on le désigne une nouvelle fois comme patron de l’affaire, et donc responsable des embardées.


 


Comme ce sont les plus jeunes qui ont le plus besoin du mélange, ce sont eux, par manque d’expérience, peut-être, mais avant tout par l’habile manœuvre des Thénardier, qui deviennent les plus
véhéments, ou méfiants, par rapport à l’être, qui lentement, perd des forces. 


Pour garder contenance, les Thénardier, vaguement inquiets, décident de changer à nouveau de mélange, mais de ne surtout pas prendre, le mélange qu’indique l’être. En même temps, ils s’adressent
à l’être en lui disant :


- Oui, oui, ça va, on t’a compris, tu as raison !!!


 


Ce qui fait se marrer tout le Monde, évidemment. Soit l’être est d’une impossible crédulité, soit c’est un crétin par excellence, peut &ec

aj 17/06/2013 20:51


CHRISTIANISME, satanisme, islamisme, c'est toute les même conneries de cerveaux dérangé, faites marcher vos propres neurones.

reficul 17/06/2013 16:16


ou est le probleme?


le satanisme est souvent plus modere que le cristianisme ou l'islam

Bonjour 17/06/2013 15:45


Il aime Satan ? Il pourra le lui dire autant qu'il veut, vu qu'il va passer l'éternité à brûler en enfer ^^

zebus 17/06/2013 15:12


En même temps ce sont presque tous des orphelins ! Alors forcement qu'ils on pas de famille ! ! ! ...


 


 

Ceri 17/06/2013 14:44


C'est sur que si les flics refusent de chercher, ils ne trouveront pas!

Sébastien 17/06/2013 14:04


Ca commence à m'énérver tous ces témoignages délirants ne reposant sur rien de concret. Déja que c'est difficile à CROIRE, mais bien entendu, aucune traces, aucun compte rendu médical, aucune
traces de ces enregistrements fait quasiment à la vue de tout le monde.


Et toutes ces victimes rescapées ne se sont pas suicidées après avoir vécu et racontées ces horreurs??? Quelle force de caractère!


Qui sont-ils, d'où viennent-ils et où sont leurs familles? Evidemment, pas un élément pour corroborer le tout. Désolé, mais qui peut se contenter de ça?

Archives

Articles récents