Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Appel à la révolution économique par 23 mesures pour sauver l’Union européenne...ou pour retourner au franc.

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 11 Octobre 2011, 18:05pm

Catégories : #Economie

 


Appel à la révolution économique par 23 mesures pour sauver l’Union européenne...ou pour retourner au franc.

ffffffd.PNG

Par Erwan Abgral-Abhamon

L'euro nous détruit, il faut en sortir, des économistes ont publié des mesures pour réguler la finance mais personne ne les écoute, elles ne seront jamais appliquées, alors il faut garder le meilleur d'entre elles pour les appliquer avec le retour au franc, explications  et mesures plus bas.

La crise continue à se répandre comme une épidémie. De plus en plus de pays se retrouvent en phase terminale. En Grèce, les suicides augmentent et sont de plus en plus spectaculaires, de plus en plus souvent en pleine rue, en plein jour et par incinération. En Espagne, un pays à nos frontières, des centaines de milliers de chômeurs vendent leurs organes, des reins, des morceaux de moelle épinière, juste pour faire manger leurs enfants et leurs proches, et tout cela dans l’indifférence générale. Le cerveau si puissant du capitalisme international est devenu fou, mais son corps sans intelligence continue d’avancer, pareil à un zombie à la recherche du sang perdu. La chair fraiche lui manque tant les pays s’écroulent, et cette désintoxication forcée le rend de plus en plus agressif, de plus en plus souvent dangereux, à quand une balle dans la tête ? A quand une solution viable ?

6a00d83451b56c69e20148c79621ac970c-320wi.jpg

Les États, sous la pression des marchés financiers, ratissent large afin d’assainir des finances publiques depuis longtemps déficitaires, encore plus avec la crise, et il incombe de fait à la classe moyenne et aux plus démunis parmi nous de redresser le système, incroyable mais véridique ; ils le font en sabrant les services publics et sociaux, décapitant sur le marché du travail des millions d’emplois sous prétexte de restructuration, égorgeant les salaires qui diminuent à bon train, un train de mort qui ne connaît plus de terminus.

Semblables à des anthropophages, ils cannibalisent davantage l’écosystème de l’économie-monde, réduisant à néant le tissu social sans vergogne : les espèces animales et végétales disparaissent ; les ressources naturelles s’épuisent ; les océans se meurent ; la déforestation se poursuit ; les glaciers fondent à une vitesse prodigieuse et les inégalités sociales s’accroissent dangereusement.

À ce rythme là, il ne restera plus d’endroits pour vivre.

Alors je propose ici 23 mesures à appliquer :

Mesure 1 : cloisonner les marchés financiers et les activités des acteurs financiers, interdire aux banques de spéculer pour leur compte propre, pour éviter la propagation des bulles et des krachs.

Mesure 2 : réduire la liquidité et la spéculation déstabilisatrice par des contrôles sur les mouvements de capitaux et des taxes sur les transactions financières.

Mesure 3 : limiter les transactions financières à celles répondant aux besoins de l’économie réelle (par exemple : CDS uniquement pour les détenteurs des titres assurés, etc.)

Mesure 4 : plafonner la rémunération des traders.

Mesure 5 : renforcer significativement les contre-pouvoirs dans les entreprises pour obliger les directions à prendre en compte les intérêts de l’ensemble des parties prenantes.

Mesure 6 : accroître fortement l’imposition des très hauts revenus pour décourager la course aux rendements insoutenables.

Mesure 7 : réduire la dépendance des entreprises vis-à-vis des marchés financiers, en développant une politique publique du crédit (taux préférentiels pour les activités prioritaires à la philosophie, à la recherche scientifique, à l’archéologie et au plan social et environnemental).

Mesure 8 : les agences de notation financière ne doivent pas être autorisées à peser arbitrairement sur les taux d’intérêts des marchés obligataires en dégradant la note d’un Etat (on devrait réglementer leur activité en exigeant que cette note résulte d’un calcul économique transparent).

Mesure 8.2 : affranchir les Etats de la menace des marchés financiers en garantissant le rachat des titres publics par la BCE.

Mesure 9 : réaliser un audit publique et citoyen des dettes publiques, pour déterminer leur origine et connaître l’identité des principaux détenteurs de titres de la dette et les montants détenus pour qu’ils nous expliquent un peu tout ça…

Mesure 10 : maintenir le niveau des protections sociales, voire les améliorer (assurance-chômage, logement…).

Mesure 11 : accroitre l’effort budgétaire en matière d’éducation, de recherche, d’investissements dans la reconversion écologique pour mettre en place les conditions d’une croissance soutenable, permettant une forte baisse du chômage.

Mesure 12 : redonner un caractère fortement redistributif à la fiscalité directe sur les revenus (suppression des niches, création de nouvelles tranches et augmentation des taux de l’impôt sur le revenu…).

Mesure 13 : supprimer les exonérations consenties aux entreprises sans effets suffisants pour l’emploi.

Mesure 14 : autoriser la Banque Centrale Européenne à financer directement les Etats (ou à imposer aux banques commerciales de souscrire à l’émission d’obligations publiques) à bas taux d’intérêts, desserrant ainsi le carcan dans lequel les marchés financiers les étreignent.

Mesure 15 : si nécessaire, restructurer la dette publique, par exemple en plafonnant le service de la dette publique à un certain pourcentage du PIB, et en opérant une discrimination entre les créanciers selon le volume des titres qu’ils détiennent : les très gros rentiers (particuliers ou institutions) doivent consentir un allongement sensible du profil de la dette, voire des annulations partielles ou totales. Il faut aussi renégocier les taux d’intérêts exorbitants des titres émis par les pays en difficulté depuis la crise.

Mesure 16 : remettre en cause la libre circulation des capitaux et des marchandises entre l’Union européenne et le reste du monde, en négociant des accords multilatéraux ou bilatéraux si nécessaire.

Mesure 17 : au lieu de la politique de concurrence, faire de « l’harmonisation dans le progrès » le fil directeur de la construction européenne. Mettre en place des objectifs communs à portée contraignante en matière de progrès social comme en matière macroéconomique (des GOPS, Grandes Orientations de Politique Sociale).

Mesure 18 : assurer une véritable coordination des politiques macroéconomiques et une réduction concertée des déséquilibres commerciaux entre pays européens.

Mesure 19 : compenser les déséquilibres de paiements en Europe par une Banque de règlements (organisant les prêts entre pays européens).

Mesure 20 : si la crise de l’euro mène à son éclatement, et en attendant la montée en régime du budget européen, établir un régime monétaire intra-européen (monnaie commune de type bancor) qui organise la résorption des déséquilibres des balances commerciales au sein de l’Europe.

Mesure 21 : développer une fiscalité européenne ( taxe carbone, impôt sur les bénéfices…) et un véritable budget européen pour aider à la convergence des économies et tendre vers une égalisation des conditions d’accès aux services publics et sociaux dans les divers Etats membres, sur la base des meilleures pratiques.

Mesure 22 : lancer un vaste plan européen, financé par souscription auprès du public à taux d’intérêt faible mais garanti, et/ou par création monétaire de la BCE, pour engager la reconversion écologique de l’économie européenne en développant les énergies libres (moteur à hydrogène, moteur à aimants permanents, etc.).

Mesure 23 : les 22 mesures ne sont en aucun cas négociables, si la moindre des mesures susmentionnées n’est pas appliquée le retour au franc sera obligatoire, avec la sauvegarde des mesures nécessaires ainsi que d’autres modifications conséquentes, sinon aucun droit individuel ni collectif ne saurait être garanti.

 

Erwan Abgral-Abhamon pour Wikistrike

 

 

 

Archives

Articles récents