Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Après 4 ans, le bilan d'Obama ne ressemble à rien. Yes, we quand ?

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 27 Septembre 2011, 18:44pm

Catégories : #Politique internationale

 

 

Yes, we quand ?


Barack_Obama_united-state_america.jpg

 

Yes we can ! You can? But, what can you do? Just speeches, speeches, speeches and speeches… Obama est une nullité. Un mercenaire.

3199446759.png

Il fallait beaucoup d’optimisme pour croire que l’élection d’Obama pouvait être l’occasion d’un nouveau cours US. Mais après tout, pourquoi pas ? Politique, économie, culture, mouvement de luttes… L’histoire du peuple US, ce n’est pas rien, et un black pour diriger tout çà, prendre le relais de Martin Luther King, du grand mouvement d’émancipation… de l’extraordinaire culture black US. Avec d’un côté la mamy Clinton et de l’autre le papy McCain, Obama avait de la gueule.
 

Quatre ans après…


Guantanamo ? Rien.

La fermeture était signée, mais rien n’a été fait, et aucun des détenus n’a été libéré et indemnisé à hauteur des injustices commises. Yes, we quand ?

La réforme du système de santé ?

Rien. Une loi sans un rond pour l’appliquer. Les pauvres attendront. Affronter le mur de l’argent est un peu trop compliqué. Elle aura tout de même servie à pucer tous les américains avant 2013.

La dette ? Rien. Elle s’accroit joyeusement, asséchant les crédits disponibles pour les autres. Le bras de fer de septembre 2011 avec les Républicains a été pour Obama un renoncement en rase campagne. Yes, we quand ?

 

La peine de mort ?

 Rien. Yes, we quand ? 

Le port des armes ? Rien.

Ben Laden, rien. Plus rien du tout même. Cet ancien agent US, assassiné sur une terre étrangère ? « Justice has been done ». Le mythe du justicier. Yes, we Laden. 

L’Irak ? Rien.

L’Afghanistan ? Rien. La sanction de la torture ? Rien. Planqué derrière l’OTAN en Libye, pour prendre un place au chaud. Dernier soutien du régime chancelant de Bahreïn, parce que c’est un véritable port d’attache US. Yes, we quand ?

Le discours du Caire, oui ? Et quoi après le discours  ? Rien.

Si ce n’est un soutien jusqu’au boutiste à Moubarak. Yes, we quand ?

La Palestine ? Rien.

Il y a un an encore, le « discours », c’était l’arrêt de la colonisation et un Etat. Hier, c’était la poursuite de colonisation et pas d’Etat. Négocier ? Sur quoi, quand on ne peut négocier ni des colonies, ni des réfugiés, ni du retour aux frontières de 48… Rigolo… N’oublie surtout pas ton discours sur la morale. Yes, we quand ?

Petit, tout petit Obama, le VRP des grands groupes militaires et industriels US, pour qui la planète n’est qu’un marché à piller.

Source : Au bout de la route

Archives

Articles récents