Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

ARGENTINE, FLORANGE, même combat !

Publié par wikistrike.com sur 28 Novembre 2012, 18:10pm

Catégories : #Economie

 

ARGENTINE, FLORANGE, même combat !

 


 

griesa.jpgLe juge américain Griesa  vient de condamner l'Argentine a indemniser des fonds spéculatifs qui avait refusé les modalités de restructuration de sa dette , alors que la grande majorité des co-contractants les avaient acceptées et avaient accepté les échanges de titres proposés par le Gouvernement argentin de l'époque. 


Déjà , les premières  réflexions qui viennent à l'esprit sont :


1°)  suivant quel droit international un juge américain peut-il atteindre la souveraineté d'un Etat . Selon toute logique, seule une juridiction internationale légitime serait habilitée à se prononcer sur un tel cas de figure , sinon c'est la porte ouverte à tous les excès. .. D'ailleurs, il faudrait rappeler au juge en question qu'il existe un organisme international qui tranche sur ce genre de sujets, organisme du nom de CADTM , dont la dernière recommandation (annulation de la dette Irakienne) s'est faite en faveur des USA !
On pourrait également revenir sur cette décision et estimer que les abandons de créances consentis par le Club de Paris (principalement Russie et Etat Français) ne sont pas légitimes et que les USA doivent indemniser les pays en question . 
Ce jugement peut également faire jurisprudence en permettant la remise en question  des accords trouvés sur la dette grecque , si jamais un fond vautour ayant racheté une créance Grecque décotée envisageait d'attaquer pour se faire rembourser l'intégralité, alors même que ces accords ont été avalisés par les politiques et l'Union Européenne. 


2°) Et quelle est la conception de la démocratie de ce juge puisqu'à l'époque des négociations les propositions du gouvernement Argentin avaient été acceptées par 93% des créanciers . 


De plus , ce jugement pose un autre problème à mon sens : celui de la légitimité de la créance . La plupart des fonds vautours qui réclament le paiement de la dette sont des fonds qui ont racheté ces dettes argentines avec une très forte décote pour en tirer de substantiels profits .. On retrouve exactement le même jeu spéculatif sur les dettes des particuliers de la crise des subprimes , celle du foreclosure gates avec les saisies immobilières illégales . Ils n'étaient pas nécessairement les premiers acquéreurs de ces dettes.
La notion de traitement équitable  entre les créanciers invoquée  par le juge Griesa s'applique-t-elle également en cas de ce type de spéculation ?  Le simple morale voudrait déjà que la demande de ces fonds vautours n'excède pas le montant qu'ils ont eux même payé pour racheter ces créances décotées. Car le seul préjudice réel est celui là .. il n'y en a pas d'autre . Le reste n'est que spéculation sur un espoir de profit qui ne s'est pas concrétisé . 

De plus il est intéressant de comparer avec le droit français : Les Tribunaux Français jugent selon le préjudice subi . Il suffit de voir la condamnation de Kerviel pour le comprendre. Le préjudice subi par les fonds spéculatifs ne devrait-il pas être considéré à son simple prix d'acquisition ? Car sinon cela ne consiste en rien d'autre que la caution d'un enrichissement sans cause . Mais peut-etre se retrouveraient-ils alors condamnés eux mêmes à indemniser l'Etat Argentin !!!! 


flo.jpgEn droit Français, dans le cadre d'une faillite d'entreprise nous avons une notion très importante qui est celle du "créancier privilégié".
L'Etat est en général le premier créancier privilégié . Ce qui semble logique puisqu'il s'agit de préserver le bien public , celui qui appartient à tous  et qui sert l'intérêt général , fondement même de  la notion d'Etat dans une démocratie . En privilégiant la spéculation au détriment de la notion de bien public et de l'intérêt général , la justice américaine s'estime en droit de désavouer les processus démocratiques, électifs pour donner raison à de vulgaires spéculateurs sans foi ni loi


Le jugement américain est donc une atteinte non seulement à la souveraineté de l'Argentine, aux principes fondamentaux d'un accord conclu , par le  reniement d'un accord signé à la majorité, mais de plus une atteinte à la notion même de bien public en favorisant des manoeuvres spéculatives qui s'effectuent au détriment de la morale et du bien commun, sans parler de la légitimité de la créance à partir du moment ou les réclamations excèdent largement le réel préjudice subi  du fait de la décote lors du rachat par ces fonds qui demandent aujourd'hui l'intégralité du remboursement , ce qui ne serait rien d'autre qu'un enrichissement sans cause. 


Les discussions qui tournent autour de la nationalisation temporaire de Florange sont pour moi dans le même ordre d'idée. 
Mittal a bénéficié de nombreuses aides de l'Etat Français lors de son installation et on ne peut pas dire que les restitutions aient été au niveau de ce qui a été reçu . Dans ce contexte, alors qu'il existe d'autres offres de reprise , cohérentes dans le cadre d'une stratégie industrielle à moyen et long terme , l'intérêt général doit primer sur l'intérêt privé d'un simple particulier à la recherche lui aussi d'une spéculation effrénée lui permettant d'optimiser sa rentabilité de capital investi .. même si cette optimisation se fait aux dépens de l'emploi , de la cohérence industrielle , et d'une stratégie long terme . 


Dans sa lettre à François Hollande sur le sujet, Pierre Laurent écrit : 



 

Citation:

« la cession uniquement de la phase chaude est un non-sens ».


Le PDG d'ArcelorMittal sait parfaitement que couper la « filière chaude » de Florange de la « filière froide » condamnerait une cohérence qui contribue, aujourd'hui, à limiter l'appel de la France à des productions importées, y compris celles provenant d’usines sidérurgiques contrôlées par la famille Mittal à l'étranger.
Aujourd'hui, après avoir accumulé une dette de plus de 22 milliards de dollars qui a prélevé 1,8 milliards de dollars en charges d'intérêt nettes sur les richesses produites l'an dernier, il est mis en demeure par ses créanciers d'emprunter à des taux de 7-8%, du fait de la dégradation de sa notation financière.
Sa réponse consiste, dans la précipitation, à fermer des sites, comme récemment à Liège, en Belgique, d'où il n'a pas hésité à transférer 37 milliards de dollars vers le Luxembourg par « optimisation fiscale ».
Il multiplie les cessions d'actifs pour ne garder que les plus rentables, au mépris de toute cohérence industrielle et en laissant, à chaque fois, sur le carreau des centaines de familles et des bassins d'emploi sinistrés.

.......
Aujourd'hui l'Europe laisse s’entre-déchirer ses productions nationales en les mettant en rivalité sous prétexte de « concurrence libre et non faussée », au lieu d’organiser les coopérations permettant, chacun chez soi et tous ensemble, de les développer au sein d'une union solidaire.
Pourquoi ne pas proposer à nos partenaires européens la tenue d’une conférence sidérurgique pour une négociation sur le redressement industriel de l'Union européenne, avec les pays intéressés, en perspective d'éventuelles coopérations renforcées et anticipant sur de nouveaux cycles de négociations pour chaque branche ? Ce serait l'occasion de traiter ensemble des enjeux de financement avec, notamment, un autre rôle de la BCE dont vous-même, Monsieur le Président, avez préconisé la réorientation lors de votre campagne électorale.







L'exemple de Florange peut  se comparer à l'évènement Argentin : on retrouve en opposition une spéculation effrénée et destructrice, en provenance d'intérêts privés extérieurs,  qui porte gravement atteinte à la cohérence industrielle Française  et  Européenne . Pierre Laurent demande  à juste titre que le "politique" reprenne la main pour défendre l'intérêt général contre des attaques de la part d'intérêts purement privés .  C'est bien la notion de destruction de la puissance publique qui est en jeu, l'affaiblissement de L'Etat qu'on voudrait voir se ranger au même niveau que n'importe quel partie contractante purement commerciale ... 


Ce genre de raisonnement est très grave dans la mesure ou il contribue à un affaiblissement progressif et mortifère pour nos démocraties de la notion d'Etat et de puissance publique.. Si l'Etat n'a pas plus de pouvoir qu'un opérateur privé, dont la seule motivation est la spéculation , au détriment de l'intérêt général,  il perd toute la légitimité que lui confère son statut de puissance publique obtenue au moyen des élections dans un système démocratique . Il n'est plus qu'un groupe ou un centre d'intérêts comme un autre : "Une partie contractante" pour reprendre les termes des Traités Européens comme le MES . 


 A terme , ceci ne peut que dégénérer dans une  fragmentation conflictuelle entre les différents groupes en présence, l'Etat n'ayant plus les moyens  d'imposer son point de vue en fonction de l'intérêt général . Il n'est plus qu'un groupe comme un autre et il perd ... dans la grande majorité des cas. 


Voilà pourquoi, dans les deux cas , le combat est bien de conserver à l'Etat , sa puissance , son pouvoir de légiférer, de refuser des discussions ou des jugements extérieurs à sa propre justice,  reniant par la même  la souveraineté conférée par des élections démocratiques.. Voilà pourquoi nous avons besoin d'une Europe démocratique , dont la stratégie soit d'abord celle de l'intérêt des Européens avant d'être celle du respect des intérêts privés de spéculateurs avides : ce que demande Pierre Laurent à François Hollande dans sa lettre du 20 Novembre dernier. Ce que demande l'Argentine quand elle fait appel du jugement du Juge Griesa.


Le pacte d'actionnaires signé entre GM et Peugeot , pacte au nom duquel s'est octroyé le droit dinterdire à Peugeot d'exporter en Iran qui était son plus gros marché d'exportation procède exactement de la même logique . La suite on la connait , elle se nomme Aulnay sous Bois . 


La différence avec le droit français qui juge suivant le préjudice (cf la condamnation Kerviel) . Là si les fonds vautours étaient jugés suivant ce principe , ils seraient peut-être redevables à l'Etat argentin vu la décote des créances argentines lorsqu'ils les ont acquises !



Sachons défendre la notion de bien public et celle de  de l'intérêt général qui sont les fondements de nos démocraties, contre les attaques perverses de certains intérêts privés  qui ne cherchent que des profits supplémentaires . Sachons exiger de l'Europe que cette défense soit la première de ses priorités, alors que les décisions successives actuellement prises seraient plutôt en train de nous démontrer qu'elle est en train de sacrifier l'intérêt des Européens  à des intérêts privés ou catégoriels qui sont avant tout ceux des spéculateurs.

 

Caro P. pour WikiStrike 

 

 

Commenter cet article

STEPH 28/11/2012 22:12


Encore un exemple de l'inerminable arrogance américaine...

Laurent Franssen 28/11/2012 21:10


Il n'est plus qu'un groupe ou un centre d'intérêts comme un autre : "Une partie contractante" pour reprendre les termes des Traités Européens comme le MES . 


 


 


 


Coup dur et joliment placé.


 


*


 


Si vous permettez ;


 


avant d'être une vulgaire fractale de la finance...


 

Laurent Franssen 28/11/2012 20:56


***


 


Tiens donc,


Alors la dette Irakienne fut annulée !


 


Tiens donc,


Alors il y à des annulations de dettes récentes !


 


L'Irak !


 


Pays pourtant bien riche et soucieux du bien être de tous à ce que l'on m'en comptais récemment !


 


Et ce en faveur des USA, mais l'histoire devient de plus en plus louche !


 


Tout le monde s'y verse !


 


...


 


Mais  qu'est ce que c'est que ce texte,


 


je critique l'annulation de la dette des irakiens et le paragraphe suivant semble dire qu'il s'agit de l'annulation d'une dette des USA envers l'Irak!


 


*


 


Ou alors vous parlez d'un autre décision prse dans un autre contexte ,


ce que je semble percevoir serais une annulation de créance fournie par " L'europe " et la russie aux Irakiens ayant entrainé un défaut de payement envers les USA et le déficit causé chez ces
derniers aurait été annulé ???


 


*


 


Ce jugement peut également faire jurisprudence en permettant la remise en question


 


C'est le cas de le dire !


 


*


 


Bien,


 


Je vais essayer de reprendre mon sérieux...


 


*


 


2 : 


 


démons-cratie,


voilà la " conception " que l'on tente de vous vendre...


 


*


 


légitimité de la créance ,


termes biens compris de tout banquier.


 


( les votres n'en sont pas, sachez le. )


 


*


 


Ils n'étaient pas nécessairement les premiers acquéreurs de ces dettes.


 


@Wikistrike, 


Je vous demande de vous réferez à Alain Soral pour la citation de cette blague racontée gentillement.


 


Se vendent-ils les dettes tels les pantalons à une jambe de notre ami ,


pour en tirer profit ?..


 


*


 


Votre remarque sur le préjudice réel excelle de clarté .


 


Merci pour ce bons sens !


 


*


 


Haha


 


Quand au préjudice,


 


En effet ,


 


Je pourrait alors considéré que mes écrits et mon temps passer ici étaient nourris d'espoir tel que j'en aurai fais fortune à tout.


 


Le cas échéant vous voilà bien incapable de me remboursez.


 


Quand à votre !!!


C'est par là-bas que l'on peu entrer dans ce qui ici est bien nommé perversion.


 


Ce dont je m'abstiens.


 


*


 


génocide industriel , pas de chance, mais l'industrie de confort c'est niet.


 


*


 


Et tu n'as pas Mittal langue dans ta poche, 


comme on dis ici.


 


C'est l'or qui rends fou.


 


&


 


comme disaient jean et sheakspear , 


La vie , ce récit plein de bruit et de fureur


racontée par un fou


et qui ne signifie rien *


 


---


 


J'arette là.


 


*


 


 

Laurent Franssen 28/11/2012 20:36


Déjà , les premières  réflexions qui vien *blitz*


 


Déjà j'encule les fonds spéculatiss.


De un, vous avez spéculez, vous avez perdu.


La justice devrait vous coffrer simplement de lui faire perdre son temps à écouter telle requête.


 


De deux;


j'encule les fonds spéculatifs , à sec , et sans élan .


De quel droit osez-vous ?


 


Malpropre et infâme.


 


Alors comme cela il y à un Etat d'Argentine!


Magnifique !


Pas que je n'en aie jamais entendu parler! Mais vous , petit merdeux stériles et toxiques , vous venez saigner les malheureux ignares que vous avez déjà dépouillé?


 


Vous ne passerez pas l'année, à l'instant même ou j'aurais à décider de votre sort.

*** 

Archives

Articles récents