Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Attentat de Boston: Tamerlan Tsarnaïev recruté en 2012 par une ONG géorgienne façade de la CIA (source russe)

Publié par wikistrike.com sur 25 Avril 2013, 15:20pm

Catégories : #Politique internationale

 

Attentat de Boston: Tamerlan Tsarnaïev recruté en 2012 par une ONG géorgienne façade de la CIA (source russe)


~ Traduit du russe par Résistance 71 ~

 

 

968590-1145818.jpgUn des organisateurs de l’attaque terroriste de Boston, Tamerlan Tsarnaïev, a étudié au sein d’un séminaire conduit en conjonction avec les services spéciaux américains de Georgie.

 

Des documents ont été mis à la disposition d’ “Izvestia”, documents en provenance du département de contre-espionage du ministère de l’intérieur de Georgie, confirmant que l’organisation georgienne “Fond pour le Caucase”, qui opère avec l’ONG américaine du fond Jamestown, où figura un temps en son comité directeur, un des idéologues de la politique étrangère américaine, Zbigniew Brzezinski, était engagée dans le recrutement de résidents du nord-caucase afin de travailler pour les intérêts des Etats-Unis et de la Georgie.

D’après les rapports du colonel du Directorat Principal du département du contre-espionage du ministère de l’intérieur de Georgie, Gregory Chanturia au ministre de l’intérieur Irakli Garibashvili, le “Fond pour le Caucase” en coopération avec la fondation Jamestown a effectué des séminaires durant l’été 2012 pour la jeunesse du Caucase, incluant la partie russe. L’un des participants était Tamerlan Tsarnaïev, qui était alors en Russie de Janvier à Juillet 2012.

“Le fond pour le Caucase” écrit Chanturia fut établi le 7 Novembre 2008, juste après le conflit entre la Georgie et l’Ossétie afin de “contrôler les processus se déroulant dans la région du nord-Caucase”. Ainsi, le cas de département de contre-espionage du ministère de l’intérieur devint une opération de renseignement appelée “DTV”, dont le but principal était de recruter de jeunes gens et des intellectuels du nord-Caucase afin d’améliorer l’instabilité et l’extrémisme dans les régions du sud de la Russie.

“Afin de financer l’organisation, il fut déterminé une somme mensuelle de 33 millions de lari (660 000 roubles). Depuis l’établissement de l’organisation avant le 1er Janvier 2013, la somme allouée est de plus de 4 milliards de GEL (81 millions de roubles)”, écrivit Chanturia dans un rapport.

Les documents se réfèrent au travail du “Fond pour le Caucase” dans les trois zones frontalières de l’Azerbaïdjan et du Dagestan: Balacan, Zakatalsky et Kakh.

De plus, un colonel du contre-espionage de Tbilissi rapporte que les forces de sécurité de la Tchétchénie, grâce au “fond pour le Caucase” georgien et le fond Jamestown sont favorables au peuple georgien, lequel est invité à de multiples évènements dans la république sous des prétextes innocents. Dans ces séminaires, les russes recrutent et préparent des actes de terrorisme.

Le directeur adjoint de l’ONG “Agence pour les initiatives socio-politiques” Tatiev Iles, qui supervise le district fédéral du nord-Caucase, a dit que les activités de ce “Fond pour le Caucase” soulève bien trop de questions. Comment la Georgie, qui ne survit que d’emprunts, a t’elle cet argent pour ces fonds ? demande l’expert. Je n’exclue pas que cet argent soit affilié au ministère des affaires étrangères (états-unien) pour ses opérations dans le nord-caucase.

Le directeur de New York de l’Institut pour la Démocratie et la Coopération, Andranik Migranyan, qui a appris du “Fond pour le Caucase” par les informations, croit que les activités de l’organisation, comme elles sont décrites dans les documents sont consistantes avec la politique des autorités georgiennes.

Le gouvernement Saakashvili suit une ligne anti-russe, dit l’analyste.

Le directeur général du Conseil de Stratégie National Valery Hamsters argumente qu’exagérer la force des ennemis extérieurs en Georgie peut-être bénéfique à la gestion des républiques du nord-Caucase.

Je pense que le facteur georgien est exagéré, pense l’expert. Personnellement, je n’ai aucun doute que la Georgie ne gère que l’introduction de ses espions et le recrutement de citoyens russes.

Un membre du comité de sécurité Anatoly a même promis de se connecter selon leur capacité à l’enquête sur le “Fond pour le Caucase”.

Les documents auxquels vous référez disent la vérité, a t’il dit. Nous ne voyons aucun bon geste de la part de la Georgie ou des Etats-Unis, leur but étant de s’ingérer et de contrôler l’état russe.

La fondation Jamestown a démontré de manière répétitive son intérêt pour la Georgie et les affaires de la Russie dans le nord-Caucase. En 2007, la fondation a tenu un séminaire intitulé: “le futur de l’Ingoustie”, séminaire auquel participa l’ancien combattant Aslan Maskhadov.

En Mars 2010, La fondation Jamestown a demandé au Comité International Olympique de ne pas se faire tenir les prochains JO d’hiver à Sochi, citant les évènements tragiques de la guerre du Caucase au XIXème siècle.

En 2011, un fond de politologues a prédit que la Georgie allait prendre dans les années à venir un rôle politique dominant dans le Caucase et serait un sérieux compétiteur pour la russie en tant que leader régional.

Le ministère russe des affaires étrangères a répondu répétitivement à la politique de ce fond et s’est formellement plaint dans une note officielle aux Etats-Unis à Moscou.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents