Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Au pays du goulag levant, même les enfants sont traités comme des terroristes potentiels

Publié par wikistrike.com sur 2 Juin 2013, 08:54am

Catégories : #Politique internationale

 

Au pays du goulag levant, même les enfants sont traités comme des terroristes potentiels

 

big_brother.jpgAlors que les mesures de sécurité sont chaque fois plus draconiennes aux Etats-Unis, les abus de pouvoirs sur le peuple se font chaque fois plus nombreux également, ce qui était prévisible. Nous allons voir quelques uns des faits divers assez hallucinants impliquant des enfants et la manière dont ces incidents ont étés traités. La date des faits n'étant pas à chaque fois indiquée dans les articles sources, j'indiquerais simplement la date de parution des articles. Bien sur, il ne s'agit là que de quelques exemples, c'est loin d'être une liste exhaustive. 

19 Janvier: Une écolière de cinq ans dans l'État de Pennsylvanie, a été temporairement expulsé de son école maternelle parce que l'administration a trouvé que son attitude et ses paroles étaient une «menace terroriste». Oui à 5 ans déjà, elle est une menace car elle a osé jouer avec un pistolet à eau dans son école. La direction a procédé à un interrogatoire sans la présence des parents, à recommandé 10 jours renvoie et un suivi psy, du grand n'importe quoi... 

7 Février: Alex Evans, âgé de sept ans, a été expulsé d'une école dans le Colorado, après avoir fait un geste comme s'il lançait une grenade imaginaire alors qu'il participait avec ses amis dans un jeu appelé «Sauver le monde». 

19 Février: (ce cas est particulièrement hallucinant) Un garçon de dix ans a été temporairement expulsé de son école dans l'Etat de Virginie car il avait apporté un jouet en forme d'arme dans son sac à dos. Il doit maintenant faire face à des accusations criminelles et il est sous la surveillance étroite d'un agent comme s'il était un criminel en liberté conditionnel. L'enfant, qui souffre de trouble de déficit de l'attention et d'hyperactivité a été pourtant photographié, interrogé, des agents ont pris ses empreintes digitales et lui ont lu ses droits. Tout celà à cause d'un jouet. 

9 Mars: Le directeur d'une école aux États-Unis à demandé à un enfant de 9 ans de retirer les soldats de plomb qu'il avait disposé sus ses petits gâteaux («muffins») d'anniversaire pour cause d'"incitation à la violence". 

1 Juin: Un enfant américain de cinq ans a été interrogé pendant plus de deux heures et expulsé pendant 10 jours de l'école primaire parce qu'il avait montré à un ami un pistolet jouet dans ​​le bus scolaire. Encore une fois, l'interrogatoire, particulièrement long, a été réalisé sans la présence des parents. L'enfant, terrorisé a finit par mouiller son pantalon. 

Dans un autre genre, une femme ne voulant pas se soumettre au scanner corporel désormais obligatoire pour voyager dans les aéroports américains, a dû passer à la fouille corporelle intégrale. La vidéo suivante montre comme aucune partie intime n'est épargnée. La femme s'est même plainte que l'agent lui aurait touché le vagin et les seins. La femme étant clairement incommodée par la situation (qui ne le serait pas...), l'agent lui indique qu'elle peut arrêter là l'examen mais qu'elle ne sera alors pas autorisée à voler. 

 

 

Commenter cet article

Laurent Franssen 04/06/2013 01:09


Guy Fawkes " alors qu'il participait avec
ses amis dans un jeu appelé «Sauver le monde».  "

T'es pas francophone toi... 

Guy Fawkes 03/06/2013 19:21


Vous êtes priez d'indiquer la source, c'est le minimum:


http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/06/au-pays-du-goulag-levant-meme-les.html


 

ano 02/06/2013 11:11


En france on en arrive aux même extrémités absurdes, lorsque j'ai signalé le comportement aberrant des enseignants aux parents de l'école primaire lors des sorties scolaires que j'avais vu
laisser des enfants en vélo au milieu d'un passage piéton lorsqu'ils faisaient un circuit prétenduement pour apprendre la sécurité, on en engueuler lorsqu'ils attendaient le bus alors qu'ils ne
faisaient rien et étaient calme et tranquille ou même crier sur l'un d'eux qui me dit bonjour parce que c'est un voisin, ils voulaient tous porter plainte contre moi, avec le soutient de la
gendarmerie locale et de la mairie. Quelques courrier au conseil général, au ministere de l'intérieur et amnesty international les ont calmés.

Archives

Articles récents