Aux Etats-Unis, les compagnies gazières veulent forer dans les cimetières

 

cim.jpg

 

Aux Etats-Unis, les cimetières de l'Ohio, du Mississippi ou du Colorado ne renferment pas que des corps. Profondément enfouies sous terre, de très vieilles formations de schiste abritent de vastes et lucratives quantités de gaz naturel. Alors que les cimetières sont en train de rejoindre les parcs, terrains de jeux, églises et autres jardins privés dans la liste des lieux convoités par les compagnies gazières, forer ou non ces poches pose actuellement un véritable cas de conscience à une nation en plein boom de l'exploitation du gaz de schiste, raconte The Associated press.

 

Partout dans le pays, les grands groupes énergétiques prennent le risque de ternir leur image pour convaincre les propriétaires des cimetières de leur céder les droits d'exploitation minière. Leurs arguments : l'extraction de gaz ou de pétrole effectuée à une très grande profondeur serait sans conséquence sur les tombes, notamment grâce à la technique du forage horizontal, qui permet de forer des puits situés à des centaines de mètres des poches de combustible.

Mais souvent, les autorités et habitants des villes concernées ne l'entendent pas de cette oreille. Ces dernières années, le gaz de schiste a en effet été amplement décrié outre-Atlantique : un documentaire (Gasland), des rapports, des campagnes et des pétitions ont maintes fois dénoncé la technique de la fracturation hydraulique, consistant à injecter d'énormes quantités d'eau, de sable et de produits chimiques pour extraire ces gaz non conventionnels disséminés dans les roches à deux ou trois kilomètres de profondeur. Tous ont donc à l'esprit les conséquences environnementales désastreuses de ce combustible, qu'il s'agisse de la pollution de l'eau et des sols ou des tremblements de terre générés par les forages.

Néanmoins, dans certaines villes, les groupes pétroliers parviennent à obtenir gain de cause, tant les sommes d'argent en jeu se révèlent importantes. Les fiduciaires de la petite ville de Lowellville, dans l'Ohio, se sont ainsi vus proposer 140 000 dollars pour la concession minière du cimetière, ainsi que 16 % sur les bénéfices en cas de découverte de gaz ou de pétrole. De quoi couvrir les frais d'exploitation du lieu pendant plus de vingt ans. Si les administrateurs ont refusé l'accord, en raison de l'opposition de la population, d'autres, ailleurs, ont cédé. L'Association des cimetières catholiques de Pittsburgh a par exemple vendu les droits miniers de onze de ses cimetières de Pennsylvanie, soit 1 200 hectares de terrain, et ce malgré les reproches de ses adhérents.

 

Source: Le Monde

Tag(s) : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog