Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

B.Obama: "Un défaut de paiement, ce serait fou, catastrophique, le chaos"

Publié par wikistrike.com sur 10 Octobre 2013, 06:48am

Catégories : #Economie

 B. Obama: "Un défaut de paiement, ce serait fou, catastrophique, le chaos

  

2679954.jpg

 

Evoquant un cataclysme financier et une grave crise économique, Barack Obama s'est adressé mardi directement aux Américains pour les mettre en garde contre les conséquences concrètes pour eux mais aussi pour l'avenir de leur pays d'un défaut de paiement des Etats-Unis.

Le président américain accuse ses adversaires républicains au Congrès d'adopter une attitude inconséquente en refusant absolument de relever sans condition le plafond de la dette américaine d'ici le 17 octobre, date au-delà de laquelle l'Etat fédéral pourrait être incapable de se financer et de rembourser ses créanciers.

"Si on décidait vraiment d'aller jusque là, d'autoriser effectivement un défaut, selon de nombreux patrons et d'économistes, ce serait, je les cite, fou, catastrophique, le chaos. Ce sont les expressions parmi les plus polies", a dit Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison blanche au cours de laquelle il s'est davantage adressé à ses concitoyens qu'aux médias ou à ses adversaires.

"Warren Buffet a comparé un défaut à une bombe nucléaire, une arme trop horrible pour être utilisée", a-t-il insisté en citant le célèbre investisseur.

Si leur pays fait défaut, les Américains verront fondre leur épargne pour leur retraite, s'écrouler la valeur de leur maison et grimper en flèche les taux d'intérêt pour acheter un logement ou financer les études de leurs enfants, a énuméré le président.

"Et il y aurait un risque important de très profonde récession alors même que nous sommes toujours en train de nous extirper de la pire récession de notre vie", a-t-il dit.

Barack Obama s'est employé à discréditer les méthodes employées par les républicains, qui, à ses yeux, prennent un risque majeur simplement pour obtenir des concessions politiques de sa part.

"Personne n'appellerait sa banque pour dire 'Je ne rembourserai pas mon prêt ce mois-ci si vous ne m'offrez pas en prime une nouvelle voiture et une Xbox'", a-t-il dit.

Le président américain a aussi dit à ses concitoyens que la crise actuelle faisait du tort à leur pays.

"C'est de la solvabilité des Etats-Unis dont nous parlons", a-t-il déclaré. "C'est notre parole. C'est notre réputation. C'est concret."


http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00555218-obama-previent-les-americains-de-l-impact-concret-d-un-defaut-615377.php

Archives

Articles récents