Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

BHL, le poète de l'argent ou la Bombe Humaine Libyenne, menace l'Algérie d'un printemps arabe!

Publié par wikistrike.com sur 4 Avril 2012, 22:55pm

Catégories : #Politique internationale

BHL, le poète de l'argent, prépare l'Algérie

 

 

Le seul pays nord-africain à ne pas avoir subi de changement de régime est l'Algérie.

A WikiStrike, nous soutenons l'idée d'une révolte organisée par l'UE en Algérie depuis plusieurs mois. Pour ceux qui ne sont pas au "coran", les Etats-Unis ont appelé en décembre 2011 à un gouvernement de transition en Algérie (ironiquement puisque celui a été créé à Paris en novembre 2011). Mais avant de pouvoir mettre en place la moindre révolte dans le plus grand pays d'Afrique, il fallait s'assurer des frontières, chose faîteavec le Mali (2012 - US) et  le Yemen (2010 - France) !

Bref, nous y allons droit. Par contre, le printemps arabe algérien aura forcément des répercussions en France. Mais au point où nous en sommes...

"Comme la franc-maçonnerie n'existe que pour attraper l'argent des riches, les guerres servent à attraper le capitalisme " (Kirchner) 

Alexander Doyle pour WikiStrike

 


bhl.jpgLa Moudjahida Zahra Drif Bitat s’est opposée à Bernard Henri Levy, le français d’origine algéro-juive, qui a considéré lors du colloque « la guerre d’Algérie…cinquante après » tenu à Marseille, «que l’Algérie n’est pas un pays arabe ni islamique mais un pays juif et français, sur un plan culturel ». 
  
Une atmosphère tendue a caanractérisé la joute oratoire qui a eu lieu entre l’héroïne Historique Zahra Drif Bitat et le philosophe français le parrain de la guerre en Libye et défenseur du sionisme international. Réagissant aux propos de BHL ,la Moudjahida Zahra Drif a affirmé entre autres réactions que la langue arabe est la langue des algériens avant 1830 et que le colonisateur français a interdit aux algériens d’apprendre la langue arabe. L’ atmosphère était d’autant plus tendue suite à la manifestation des pieds noirs et anciens combattants français et militants de l’extrême droite, pour le troisième jour consécutif devant le portail du théâtre de la Criée à Marseille, pour dénoncer l’organisation du colloque « la guerre d’Algérie…cinquante après », et protester contre la présence de la Moudjahida Zahra Drif et du Front de Libération Nationale. 
  
Ces derniers ont protesté d’une manière anti-civilisationnelle. La joute oratoire que le public a attendue depuis le début du colloque, entre Zahra Drif et Bernard Henry Levy a été qualifiée comme étant de la provocation. Certains sont mêmes arrivés à perdre contrôle de leurs nerfs, suite à la sincérité qui a caractérisé le débat arrivant au seuil de la provocation. Les organisateurs du colloque ont été appelés à faire sortir de la salle un pied noir, après qu’il s’est levé et insulté la Moudjahida Zahra Drif et l’a qualifiée de terroriste. Une autre jeune fille algérienne a été mise dehors parce qu’elle a qualifié Bernard Henry Levy de criminel. Le directeur de publication du journal Marianne, qui a géré le débat a menacé de l’arrêter suite aux comportements de certains participants, qui répliquaient à Zahra Drif et à Bernard Henry Levy. C’est tout le monde qui était agité, français, algériens, franco-algériens et juifs. Toutefois, ce qui a vraiment irrité les algériens présents à cette manifestation, c’est Bernard Henry Levy qui a déclaré que l’Algérie n’est pas un pays arabe, ni musulman mais un pays juif .et aussi français, pas sur le plan colonial mais culturel, rappelant que son grand-père était un juif algérien. De son côté, Zahra Drif a indiqué qu’elle est algérienne et qu’elle partage avec les peuples arabes et musulmans la culture arabo-musulmane tout en étant Maghrébine, Amazighe et Africaine. Avant d’enchainer que c’est la culture arabo-musulmane qui régnait en Algérie avant sa colonisation par la France en 1830 et que le colonisateur français a interdit aux algériens d’apprendre la langue arabe. « J’ai combattu pour l’indépendance d’un pays qui a sa propre culture et sa propre Histoire…nous avons pris les armes pour la libération de l’Algérie ». La Moudjahida a, également, indiqué qu’elle a travaillé sous les ordres d’un grand Homme qui s’appelle Larbi Ben Mhidi et un autre qui s’appelle Yassef Saadi. Mme Zahra Drif, sénateur au conseil de la nation a affirmé qu’elle n’a pas de problèmes avec les français et que son problème est avec le régime colonial et raciste qui a voulu supprimer un peuple et une patrie. « Notre guerre, nous l’avions mené contre le régime colonial injuste…cependant, cette guerre et finie », a-t-elle déclaré. Pour sa part, Bernard Henri Levy a déclaré que la France est malade par la guerre d’Algérie et qu’il est lui aussi atteint par la même maladie. Il a essayé par tous les moyens de transformer ce débat et cette joute oratoire en un procès historique de la Moudjahida Zahra Drif en déclarant : « la révolution algérienne est une grande révolution et son objectif était juste, toutefois, que les citoyens soient ciblés par une bombe, cela n’a rien d’une guerre juste mais c’est un crime ». Aux accusations de Levy, répondant aux accusations proférées contre elle par Levy d’avoir assassiné des innocents, Zahra Drif a rétorqué « ne m’interroge pas à propos de la bombe mais interroge les grands responsables français qui ont décidé de coloniser notre pays et tué des milliers et de milliers d’algériens. Levy lui a ensuite posé une autre question : « ne faites vous pas des cauchemars ? À cette question Zahra Drif a répondu « nous sommes tous en guerre…les colons n’étaient pas de simples civils…les algériens ont participé à la libération de la France des allemands alors que la France ne comptait que 10 millions de colons allemands. Elle a enfin conclut : « nous n’avions pas d’autre moyens pour recouvrir notre dignité que celui de combattre pour notre pays…et après 50 ans de l’opération de Milk Bar, je ne souffre d’aucun cauchemar. A son tour, Levy a affirmé que l’Algérie connaîtra elle aussi un printemps arabe, démentant toute conspiration contre la Libye afin qu’elle arrive au point où elle en est. 
  
Source : Réflexiondz 

Archives

Articles récents