Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bientôt des pacemakers biologiques

Publié par wikistrike.com sur 22 Décembre 2012, 10:17am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Cardiologie : vers une alternative aux pacemakers artificiels ?


 

cardiomegally_0.jpgDes chercheurs ont réussi à reprogrammer des cellules cardiaques en cellules autorythmiques, dites aussi pacemakers biologiques. Une avancée majeure, qui laisse entrevoir la possibilité de pouvoir se passer un jour des pacemakers artificiels.

C'est une véritable prouesse que celle réalisée par les chercheurs du Cedars Sinaï Hearth Institute (Californie, Etats-Unis). Et pour cause, puisque Nidhi Kapoor et ses collègues ont reprogrammé des cellules du coeur en cellules autoryhtmiques, ces précieuses cellules notamment situées dans l'oreillette droite du muscle cardiaque, qui permettent à ce dernier de se contracter en rythme de façon automatique, sans le recours à une stimulation nerveuse. Un résultat majeur, car il pourrait permettre de mettre un jour en place une alternative aux pacemakers artificiels, qui présentent de nombreux inconvénients pour la santé de leurs porteurs.


Des cellules rares et précieuses

Parfois appelées pacemakers biologiques, ou encore cellules pacemakers, les cellules autorythmiques sont rares et précieuses. En effet, bien que très peu nombreuses (parmi toutes les cellules qui constituent les parois du coeur, les cellules autorythmiques ne représentent à peine qu'une cellule sur 1 million), elles présentent la particularité unique d'être capable de générer une activité électrique spontanée qui, se transmettant aux cellules environnantes, permet in fine au coeur de battre selon une fréquence régulière. 

Par conséquent, le moindre dysfonctionnement affectant les cellules autorythmiques peut entraîner des troubles cardiaques graves, voire mortels (tachycardie, fibrillation...). Certes, ces risques peuvent être aujourd'hui considérablement réduits grâce à l'implantation de pacemakers artificiels, de petits appareils électroniques capables de prendre le relais des cellules autorythmiques défaillantes.

Mais pour précieux qu'ils soient, les pacemakers artificiels ne sont toutefois pas sans danger : tous les 5 à 7 ans, il faut en recharger les batteries, ce qui occasionne à chaque fois une nouvelle opération chirurgicale susceptible de déboucher sur des complications. Et lorsque ces pacemakers artificiels sont implantés sur des enfants ou des adolescents, il faut ni plus ni moins les remplacer dans leur intégralité à plusieurs reprises au cours de leur croissance, afin de s'adapter à l'augmentation en taille et en puissance de leur coeur.


Un gène transforme les cellules du coeur en cellules autorythmiques


Pour s'affranchir de tous les risques inhérents à l'usage des pacemakers artificiels, l'idéal serait de pouvoir reprogrammer génétiquement des cellules cardiaques non autorythmiques en cellules autorythmiques afin de suppléer aux cellules autorythmiques défaillantes. Or, c'est précisément ce qu'ont réussi à faire les chercheurs du Cedars Sinaï Hearth Institute. En ajoutant un gène appelé Tbx18 dans le coeur de plusieurs rongeurs, et ce à l'aide d'un virus inoffensif, ces chercheurs ont en effet réussi à transformer de banales cellules cardiaques en cellules autorythmiques. Une expérience qui devra maintenant être répétée sur d'autres modèles animaux afin de vérifier la totale innocuité du procédé. Et en dernier ressort, sur l'Homme...

Ces travaux prometteurs ont été publiés le 16 décembre 2012 dans la revue Nature Biotechnology sous le titre "Direct conversion of quiescent cardiomyocytes to pacemaker cells by expression of Tbx18".

 

Source: Le journal de la Science

Commenter cet article

Archives

Articles récents