Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bon appétit: un saumon génétiquement modifié qui grossit deux fois plus vite que ses congénères naturels

Publié par wikistrike.com sur 2 Juin 2013, 08:56am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Des poissons OGM toujours plus gros et plus voraces

 

 

 

you_could_be_eating_this__frankenfish__in_18_months.jpegSes détracteurs l'appellent le « Frankenfish » : un saumon génétiquement modifié qui grossit deux fois plus vite que ses congénères naturels, baptisé « AquAdvantage » par ses concepteurs. Il pourrait très prochainement être commercialisé aux États-Unis. AquaBounty Technologies, l'entreprise qui a créé ce poisson, assure qu'il n'y aucun risque de dissémination dans la nature. Et si cela se produisait quand même et que plusieurs de ces saumons d'élevage prenaient le large ? L'hypothèse a été étudiée par l'Université Memorial de Terre-Neuve (Canada). Le résultat est effrayant. Les saumons génétiquement modifiés ont été croisés avec des truites sauvages : 40 % des rejetons hybrides issus de ce croisement héritent du gène ajouté artificiellement au génome de leur parent (un gène d'anguille qui accélère la croissance). Et ces hybrides grandissent encore plus vite que le saumon créé par Aquabounty ! 

Les saumons transgéniques AquAdvantage atteignent leur maturité en 18 mois, au lieu de trois ans pour les saumons « naturels ». Leur poids augmente de 1,9 % par jour (contre 1,5 et 1,7 % pour les saumons et truites « naturels »). Et celui de leurs rejetons hybrides de 2,1 % ! Autre conséquence : la présence de ces hybrides en milieu semi-naturel - les bassins utilisés pour l'expérience - a provoqué la diminution de moitié de la croissance des saumons sauvages. Logique : ils s'accaparent tous les aliments. Et si les rejetons de ces hybrides grossissaient eux-mêmes encore plus vite ? Un scénario catastrophe ? 

Poissons mi-saumon mi-truite avec gène d'anguille 

Peut-être les saumons hybrides s'en sortiraient-ils moins bien en milieu naturel. Peut-être les croisements entre espèces sont-ils plus rares dans la nature [1]. AquaBounty affirme ne produire que des saumons femelles, stérilisées. La stérilisation n'est cependant efficace qu'à 99,8 %, admet l'entreprise. Elle attend l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour pouvoir commercialiser ses saumons transgéniques. 

Ces résultats ne donneront-ils pas envie aux créateurs d'animaux GM d'expérimenter d'autres croisements entre espèces ? Les producteurs de saumons GM ne seront-ils pas tentés, pour accroître leurs rendements, de procéder à quelques expériences non autorisées, puisque les rejetons hybrides semblent avoir un net « avantage compétitif » sur leurs parents ? Qui peut affirmer que ces saumons d'élevage, « confinés » dans des bassins, ne se retrouveront pas en masse dans les eaux où leur prolifération deviendra incontrôlable ? La transmission d'un gène d'anguille à des poissons mi-saumon mi-truite vient poser de nouvelles questions sur la transgénèse animale, alors que des cochons génétiquement modifiés avec un gène de souris attendent leur autorisation de mise sur le marché au Canada. Et que les poulets transgéniques, les chèvres avec un gène d'araignée, les lapins et autres poissons-zèbres fluorescents sortent déjà des laboratoires de biotechnologies. Pour le moment, personne n'a encore songé à fabriquer des requins OGM... 

Lire l'étude parue dans Proceedings of the Royal Society - Biological Sciences, le 29 mai 2013. 
Lire notre enquête Ces animaux mutants que la cuisine génétique vous prépare

Notes 

[1] « Le saumon de l'Atlantique (Salmo salar) s'accouple parfois dans la nature avec la truite brune (Salmo trutta), une espèce qui lui est apparentée. Toutefois, les taux d'hybridation dépassent rarement 1%. Par contre, quand ce sont des saumons d'élevage qui se retrouvent dans le milieu naturel, les taux peuvent atteindre jusqu'à 41%. » Source

 

Bastamag

Commenter cet article

Rensk 02/06/2013 19:03


Il ne faut jamais oublier que les poissons de pisciculture s'échappent très facilement.


Des exemples il y en a partout, lac Léman, Annecy, Neuchâtel... (Seul le lac de Brienz est préservé pour l'instant en Suisse)


"des superprédateurs d’origine américaine (black-bass), ont été découverts dans le lac de Neuchâtel en décembre 2004. La nouvelle est d’autant plus inquiétante que ce poisson a
été classé récemment par l’Union internationale pour la conservation de la nature parmi les 100 pires espèces invasives de la planète."

hotchiwawa 02/06/2013 16:09


Il y a une pétition pour sauver ces poissons.


http://www.avaaz.org/fr/index.php


 

Tramen 02/06/2013 12:13


Les smicards se régalent eux en le mageant donc pas grave.

Fleur de Diamant 02/06/2013 11:18


Sans compter que les saumons d'élevage sont soignés aux pesticides... En attendant, grâce à ça, je suis devenue végétarienne. Merci Monsanto !

Archives

Articles récents