Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bouches-du-Rhône : la filière fruits et légumes proche de la mort

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 31 Août 2011, 16:20pm

Catégories : #Politique intérieure

La filière fruits et légumes des Bouches-du-Rhône enregistre des pertes "colossales"

Une perte de 85 millions avait déjà été essuyée en 2009 et l'année 2010, "normale", n'avait pas permis de remettre totalement les trésoreries à flot. La perte annoncée, encore provisoire, concerne douze productions majeures du département : aubergine, concombre, courgette, melon, salade, tomate, poire, abricot et pêche. Mais la chambre s'attend aussi à une perte d'au moins 15 millions d'euros pour la production de pommes.

1559163_3_ea7f_des-membres-de-la-fdsea-detruisent-des-cageo.jpg

Des membres de la FDSEA détruisent des cageots de pêches et de brugnons interceptés dans des camions en provenance d'Espagne, le 11 août à Lançon-de-Provence (Bouches-du-Rhône).REUTERS/PHILIPPE LAURENSON

 

La saison 2011 a été "catastrophique" pour la filière des fruits et légumes dans les Bouches-du-Rhône, avec une perte "colossale" de 110 millions d'euros et des exploitants "exsangues", du fait de la chute des prix et de la demande, a annoncé mardi 30 août la chambre d'agrictulture du département. "Cinq cents exploitations professionnelles spécialisées seront en cessation de paiement dans les prochaines semaines si des mesures ne sont pas mises en place en urgence", a souligné la chambre dans un communiqué (document PDF)

L'effondrement des cours et de la demande, la crise du concombre et une météo capricieuse (gel en février, tempête en mars, grêle en mai et juin) expliquent ce mauvais résultat. "Dès le début de l'année, on a constaté des prix très bas sur la salade, en dessous du coût de production, et on s'est dit : 'tiens, une nouvelle année commence'. Ensuite, sur la courgette, la fraise, les cerises, on n'a constaté aucun redressement et surtout, aucune demande", a expliqué Pascal Linossier, directeur général de la chambre d'agriculture des Bouches-du-Rhône.

"QUAND L'ESPAGNE VA MAL, NOUS ON VA TRÈS MAL"

Une surproduction en Espagne, qui déverse ses surplus chez ses voisins, la concurrence des produits de l'hémisphère sud, "qui sont encore dans les frigos cet été alors qu'on devrait écouler les nôtres", et les quotas d'importation des produits turcs et marocains expliquent cette situation, selon lui. "Quand l'Espagne va mal, nous on va très mal", a souligné M. Linassier, ajoutant que la crise du concombre, liée à la bactérie E.coli, a été "la cerise sur le gâteau""quand on effraie le consommateur, il achète autre chose".
 

"Les prix européens sont encore un peu protégés mais d'année en année, on va vers des prix mondiaux. Or, au vu du coût de la main d'œuvre, des normes sanitaires, de la politique de réduction des intrants et des règlements en tous genres, on ne peut pas faire face à la concurrence car les règles du jeu ne sont pas les mêmes partout. On va dans le bon sens en termes de qualité de la production, mais il y a des distorsions", a-t-il dit. La chambre réclame des mesures d'aide d'urgence pour les exploitants, ainsi que des mesures structurelles "pourrendre sa compétitivité" à la filière.

Le Monde

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog