Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bourses : vivement la fin

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 6 Septembre 2011, 22:19pm

Catégories : #Economie

Même Goldman Sachs pense à la dérobée qu’un effondrement économique est en route

 

  

oups.PNGPar Michael Snyder – journaliste contributeur de BLN ( »black listed news », informations sur liste noire)

  

 Goldman Sachs recommence. Goldman dit au public que tout va bien, mais ils conseillent en même temps à leurs plus gros clients de parier sur un énorme effondrement financier. Un rapport de 54 pages écrit par Alan Brazil, leur tacticien, a été distribué aux clients de l’établissement. Le grand public n’est pas sensé voir ce rapport. Des gens du Wall Street Journal ont heureusement mis la main sur une copie et nous ont informés de quelques détails.

 

 Il semble que Goldman Sachs pense en secret à un futur effondrement financier, et ils ont de très intéressantes idées sur la question sur la manière de faire de l’argent dans cet environnement financier turbulent où nous allons bientôt pénétrer. Brazil dit dans le rapport que le problème de la dette US ne peut être résolu par une dette supplémentaire, que la crise de la dette souveraine de l’Europe va encore s’aggraver et qu’un grand nombre d’établissements financiers européens sont au bord du gouffre. Si les plus hauts niveaux du monde financier en parlent, nous devrions commencer à nous y intéresser.

 La communauté financière mondiale vit actuellement dans la peur. Comme je l’écrivais l’autre jour, le monde financier est sur le point d’appuyer sur le bouton d’urgence. Les choses pourraient commencer à se disloquer n’importe quand. La plupart de ces grandes banques ne vont pas admettre publiquement à quel point les choses vont mal en ce moment, mais il y a une grande panique en privé.

 Selon le Wall Street Journal, Brazil pense qu’un capital d’au moins mille milliards de dollars serait nécessaire pour renflouer les banques européennes ; que de petites entreprises américaines, autrefois source d’emplois sont languissantes ; et que la croissance chinoise peut ne pas être durable.

 Le plus surprenant peut-être de tout cela est ce qu’a à dire le rapport concernant les problèmes de dette américaine et européenne.

 Par exemple, l’extrait suivant du rapport semble sorti tout droit du blog  »The economic collapse » (l’effondrement économique)…

  »Régler un problème de dette avec une dette supplémentaire n’est pas résoudre le problème sous-jacent. La croissance de la dette du Trésor américain a financé le consommateur mais n’a pas eu suffisamment d’impact sur la croissance de l’emploi. Les US ont-ils la capacité de déprécier la monnaie mondiale de base ? »

 Rappelez-vous que cette affirmation ne vient pas d’un gars quelconque sur Internet. C’est un analyste de haut niveau qui l’a mis dans un rapport pour des investisseurs spécialisés.

 Le rapport entre aussi dans les détails de la crise financière européenne. Brazil écrit comment l’euro se dirige vers des problèmes et comment des douzaines d’institutions financières d’Europe pourraient être en danger d’effondrement.

 Mais quel que soit l’environnement, Goldman Sachs pense pouvoir gagner de l’argent. Voici le résumé des conseils de Brazil par Business Insider sur la manière de gagner de l’argent sur le dos de l’effondrement européen à venir…

 - Achetez une option de 6 mois sur l’euro contre le franc suisse, en pariant ainsi que l’euro chutera contre le franc (le franc étant la monnaie estimée par Goldman comme la plus surévaluée au monde)

 - Achetez un  »credit default swap » de 5 ans indexé sur la dette européenne, le iTraxx 9. Ceci en pariant que certaines de ces sociétés seront en défaut et que votre police d’assurance paiera.

  Ceci est si typique de Goldman Sachs. Ils vont dire quelque chose en public et puis tourneront casaque et feront exactement le contraire en privé.

 Avant la crise financière de 2008, par exemple, Goldman Sachs a collecté des titres hypothéqués qu’ils savaient être de la foutaise et les ont vendus à des investisseurs comme s’ils étaient cotés triple A. Le pire c’était que Goldman pariait souvent en privé contre ces mêmes garanties.

 Le PDG de Goldman Sachs a même reconnu que sa banque d’affaires avait eu un comportement indécent durant les années 2006 et 2007.

 Pour en savoir plus sur toute cette histoire, lisez cet article :  »Comment Goldman Sachs s’est fait des dizaines de milliards de dollars sur le dos de l’effondrement économique américain en 4 faciles étapes. »

 Goldman Sachs va-t-il en payer les pots cassés ?

 Non, bien sûr que non.

lls se feront bien un peu taper sur les doigts de temps en temps, mais la réalité est qu’aux plus hauts niveaux du gouvernement se trouvent essentiellement composés d’ex-employés de Goldman Sachs. Goldman est l’une des banques  »trop grosse pour couler » et ils vont continuer à faire ce qu’ils veulent.

 Le pouvoir des banques  »trop grosses pour couler » continue malheureusement de s’accroître. A l’heure actuelle, les  »six grosses » banques (Goldman Sachs, Morgan Stanley, JP Morgan Chase, Citigroup, Bank of America et Wells Fargo) possèdent maintenant des avoirs équivalents à 60% du PNB américain.

 Goldman Sachs fut le deuxième plus gros donateur dans la campagne de Barack Obama de 2008, donc ne vous attendez pas à ce qu’Obama fasse quelque chose à ce sujet.

 Nous avons un système financier très profondément corrompu et toute cette corruption est la grande raison pour laquelle les choses partent en morceaux.

 Le rapport de 54 pages mentionné ci-dessus est malheureusement exact – nous faisons réellement face à un crack mondial du à la dette et nous dirigeons vers un effondrement économique.

 Vous n’entendrez pas la vérité par les médias dominants ou par nos hommes politiques, parce que  »garder le calme chez les gens » est beaucoup plus une priorité pour eux que de dire la vérité.

 La crise de la dette aux USA est non viable et la crise de la dette en Europe est non viable. Nous sommes juste dans le calme précédent la tempête, et personne ne sait exactement quand la tempête va se déchaîner.

 Mais qu’il ne subsiste aucun doute, elle s’en vient.

 La stupéfiante prospérité dont nous avons joui pendant ces dernières décennies a été largement une illusion générée par la dette. Ce fut une grande fête tant qu’elle a duré mais maintenant elle touche à sa fin et les conséquences du crack à venir vont être absolument horribles.

 Soyez vigilants et préparez-vous. Nous ne savons pas exactement quand l’effondrement aura lieu mais il est définitivement en route et maintenant même Goldman Sachs l’admet.

 

 La bourse, c'est quoi ?  

 

Traduit par Chantalouette et Hélios du Bistro Bar Blog

 

 

 

Troisième séance de baisse consécutive pour le CAC40 qui perd encore ce mardi 1,13% à 2.966 pts. En trois séances, l'indice parisien a ainsi abandonné quasiment 10% ! Les 3.000 pts, qui semblaient vouloir résister hier et encore ce matin, ont cette fois-ci cédé dans le sillage de l'ouverture rouge de Wall Street (fermé hier pour le 'Labor Day'). La publication d'un ISM des services supérieur aux attentes outre-Atlantique n'est pas parvenue à rassurer les investisseurs alors que le retour en récession menace toujours les Etats-Unis et que la situation financière de la Grèce inquiète plus que jamais. Le secteur bancaire s'est affiché une fois encore en forte baisse ce mardi...

 

ECO/DEVISES

 

L'indice ISM des services américains (non-manufacturier) pour août 2011 a dépassé les attentes, ressortant à 53,3 contre 51 de consensus et 52,7 en juillet. L'indicateur traduit donc une légère accélération inattendue de l'expansion dans les services aux États-Unis.

 

Le PIB de la zone euro au second trimestre a progressé de 0,2%, annonce Eurostat, conformément à l'anticipation précédente. Sur un an, il croît de 1,6%, révisé contre 1,7% précédemment.

 

La Banque Nationale Suisse a décidé à 10h00 ce matin d'une mesure radicale, du fait d'une surévaluation "extrême" du franc qui "constitue une grave menace pour l'économie suisse" et "recèle le risque de développements déflationnistes. La banque centrale vise donc un "affaiblissement substantiel et durable du franc", aussi a-t-elle décidé dès ce jour, qu'elle "ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes". La BNS "fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise et est prête à acheter des devises en quantité illimitée" et se déclare prête à prendre des mesures supplémentaires "si les perspectives économiques et les risques de déflation l'exigent".

 

Sous pression ces derniers jours, la parité Euro/Dollar recule encore à 1,40$ ! L'once d'or sert à nouveau de refuge à près de 1.887$, avec un nouveau record à plus de 1.920$ touché aujourd'hui. Le baril WTI ressort en baisse à 84,4$.

 

VALEURS EN HAUSSE

 

*Essilorregagne 2,1% après deux séances consécutives de baisse.

 

*Sanofi(+1,6%). Le groupe a dévoilé à la mi-journée de nouveaux objectifs de long terme. Sur la période 2012 à 2015, le laboratoire entend notamment réaliser une croissance moyenne de son chiffre d'affaires d'au moins 5%, pour une progression du bénéfice net par action des activités supérieure à celle de ses revenus. L'entreprise a également décidé de progressivement augmenter le taux de distribution du dividende à 50% en 2014 comparé à 35% pour 2010, et ne change pas sa pratique actuelle de rachat opportuniste d'actions.

 

*Air Liquidemonte de 1,2% après 3 séances de recul.

 

*Air France KLMrebondit de 0,8% après trois séances de forte correction, porté par l'annonce d'un éventuel nouveau plan de rigueur d'envergure. Selon 'Les Echos', les directions du transporteur auraient pour objectif de dégager 700 à 800 Millions d'Euros d'économies annuelles additionnelles, un défi conséquent puisque le programme actuel, "Challenge 2012", ne mise "que" sur 470 ME d'économies cette année. Par ailleurs, le Bureau d'enquête et d'analyses (BEA) a confirmé avoir ouvert une enquête sur un incident survenu lors d'un volAir Franceentre Paris et Caracas au mois de juillet. Selon le site internet du "Figaro", cet incident présente des similitudes avec celui ayant conduit à la catastrophe de l'Airbus Rio-Paris, qui s'est abîmé dans l'Atlantique le 1er juin 2009, faisant 228 morts.

 

*Lagardère(stable). Arnaud Lagardère a confirmé étudier soit un programme de rachat d'actions, soit le versement d'un dividende exceptionnel.

 

VALEURS EN BAISSE

 

*Séché Environnementrecule de 9,6% après avoir dévoilé ses résultats. Le Groupe prévoit de réaliser en 2011, environ 50 ME d'investissements industriels (hors investissements réalisés au titre des contrats de concession). Séché Environnement confirme son hypothèse de croissance de son chiffre d'affaires de l'ordre de 7% en 2011. Compte tenu des éléments non récurrents ou exogènes constatées sur le 1er semestre au niveau de l'excédent brut d'exploitation, le résultat opérationnel courant de l'exercice 2011 devrait se maintenir en valeur autour du niveau atteint en 2010. Le résultat net consolidé (part du groupe) devrait s'inscrire, selon le groupe, en progression par rapport à 2010.

 

* Les bancaires restent fortement sous pression :Société Généralechute encore de 6,5% avecCrédit Agricole(-4,7%),Natixis(-4,5%) ou encoreBNP Paribas(-5,2%).

 

*Beneteaucède 4,6%. Le groupe a confirmé avoir réalisé une croissance de l'ordre 20% de sa division Bateau sur l'exercice 2010-2011 qui vient de s'achever fin août, dans un marché mondial de la plaisance en légère progression. Au cours de la saison 2010-2011, le groupe avait lancé 20 nouveautés après 29 la saison précédente. Pour la saison à venir, plus de 20 nouveautés sont encore au programme dont 17 seront présentées en avant première dans les prochains jours sur les salons de Cannes et La Rochelle.

 

*Eiffagereste en berne (-3,8%). Le titre abandonne désormais 30% depuis la publication de ses résultats semestriels décevants la semaine dernière.

 

*Vivendi

 

perd 3,1%. Le plan de rigueur budgétaire actuellement en discussion devrait finalement sonner le glas du régime fiscal du Bénéfice Mondial Consolidé (BMC). Selon des informations de presse, le BMC, utilisé seulement par quelques sociétés françaises, dont Vivendi (de loin le plus gros bénéficiaire), Total, NRJ et Euro Media, et qui a coûté l'an dernier 460 Millions d'Euros à l'Etat, serait ainsi supprimé dès 2012. Cette mesure viendrait ainsi compenser en partie le maintien de l'exonération de taxation des plus-values sur les résidences secondaires et biens immobiliers locatifs (après une période de 30 ans au lieu de 15 actuellement), selon des sources concordantes évoquant un accord conclu hier soir entre le gouvernement et les députés UMP. Il s'agit là d'une mauvaise nouvelle pour Vivendi, qui a confirmé récemment lors d'une réunion d'analystes avoir demandé le renouvellement du BMC pour une période de trois ans, soit jusqu'à fin 2014, alors qu'il devait initialement expirer fin 2011 pour le groupe.

 

Le Boursier

 

 

 

 L’effondrement financier mondial vu par l’Argentin Adrian Salbuchi..

6 septembre 2011 | Auteur: Jo ^^

« Comme les Argentins sont passés par là!! quoi de mieux que l’expérience…. »

 

Sortez votre argent de la banque…vite!

 

Les moutons enragés

Commenter cet article

Blog archives

Recent posts