Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Breaking news: La France est entrée en guerre au Mali (LIVE)

Publié par wikistrike.com sur 11 Janvier 2013, 17:51pm

Catégories : #Politique internationale


La France lance son offensive sans prévenir le Parlement et sans l'aval de l'ONU
La France a évidemment raison de s'opposer aux islamistes radicaux que l'état paye des sommes monstrueuses depuis des années pour qu'ils renversent des états et des "dictateurs" comme Khadafi ou encore aujourd'hui El-Assad pour des richesses premières (et constuire un gazoduc) en échange d'une prise de pouvoir. La France a totalement raison de faire croire à son peuple que la liberté des hommes est plus importante que les richesses premières qui ne nous intéressent pas jusqu'au jour où ils nous appartiennent.
Nous attaquons le Nord-Mali, nous irons jusqu'à Toubouctou... dont les bédouins rebelles n'ont pas osé détruire les précieux et rares manuscrits juifs qui s'y trouvent dans le but de libérer un peuple "médiocrisé' qui ne connaît que souffrances et destructions, ces mêmes "terroristes ambulants" que l'état soutient (pour les mêmes causes) par exemple en Syrie.

C'est donc sans l'aval de l'ONU, sans accord du parlement, que la France se jette dans une guerre qu'elle a désiré de tout son coeur, qu'elle a fabriqué de toute pièce, pour des matières premières qui sont déjà échangées par la sauvegarde des écrits juifs séculaires et l'apparition d'un futur gouvermenent malien où les islamistes ont déjà leur place, tout cela, sera fait démocratiquement.

Les dernières et récentes découvertes concernant un potentiel de richesses assez incroyables pressent et obligent le gouvernement français à une attaque plus rapide qu'envisagée, elle, qui était programmée..
En temps de crise, on forme les rebelles, on leur dit de faire ccii, de faire cela, de ne pas toucher à ceci, de ne pas toucher à cela, on leur promet un futur pouvoir qui les intégreront, et on s'empare des richesses.

Le désert est un monde hostile, mais soyez surs que ce monde détient quelques avantages...

20h55: >> Ce live est à présent terminé. Merci à tous de nous avoir suivi. Toutes les infos sur la Mali à suivre sur 20minutes.fr.

20h45: François Hollande a placéce  vendredi la France en première ligne au Mali en donnant le coup d'envoi d'une opération armée en réponse à une offensive «terroriste» dans ce pays d'Afrique dont «l'existence même» est selon lui menacée.
Dans une déclaration à l'Elysée, le président français, chef des armées, a annoncé qu'une opération militaire avait débuté dans l'après-midi avec le concours des forces françaises. «J'ai (...), au nom de la France, répondu à la demande d'aide du président du Mali, appuyé par les pays africains de l'Ouest», a-t-il dit.

20h10: Jean-François Copé, président de l'UMP, «apporte son soutien à la décision prise par le président Hollande d'engager les forces françaises au Mali afin d'entraver l'établissement d'un Etat narcoterroriste. Il était grand temps d'agir». «La France se montre fidèle à ses valeurs universelles, celles-là mêmes qui ont justifié l'intervention en Afghanistan contre l'extrémisme, le fanatisme, le terrorisme et en faveur de la paix et de la sécurité internationales.»

20h05: Marine Le Pen, présidente du Front national, a soutenu «L'intervention française au Mali décidée ce jour par le président de la République»,«dans la mesure où notre pays a été appelé à l'aide par le gouvernement légitime du Mali en application d'une coopération de défense entre nos deux pays, dans une zone francophone», tout en dénonçant un «paradoxe quand on sait que les gouvernements français ont contribué à faire le lit des islamistes»

20h03: Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, a déclaréé dans un communiqué: «L'intérêt d'une intervention militaire extérieure pour régler le problème posé au nord du Mali est discutable.» «En décider alors que les intérêts fondamentaux de la France ne sont pas en cause, selon le chef de l'Etat lui-même, et alors que les troupes africaines sont engagées, est discutable. En décider seul, sans en saisir préalablement ni le gouvernement, ni le Parlement, est condamnable.»

20h00: François Fillon a exprimé sur Twitter son soutien aux forces armées «engagées(...) contre le terrorisme»:

 

19h45: Le  secrétaire au Foreign office, William Hague, annonce sur Twitter que le Royaume-Uni soutient la décision française d'intervention militaire
Un porte-parole du Foreign Office a indiqué pour sa part que le ministre offrait son «soutien politique».

19h41: «La France n'agit pas en gendarme au Mali», affirme le ministre.

19h38: Laurent Fabius n'oublie pas les otages français au Sahel. «Les otages sont depuis de longs mois dans une situation périlleuse», a-t-il dit. Les familles avaient été mises au courant des «intentions» de la France au Mali. Elles n'ont pas été prévenues de l'intervention  car elle a été modifiée par l'attaque des rebelles jeudi.

 19h35: Ayrault recevra lundi les responsables politiques.

19h29: Interrogé sur l'appui donné par les forces armées françaises au Mali, Laurent Fabius n'a pas voulu de donner de détails précis. «Je ne veux pas entrer des détails trop précis», a-t-il dit, refusant de dire si les forces au Mali étaient aérienne et / ou terrestre.

19h27: «L'intervention au Mali durera le temps nécessaire pour stopper l'avancée des terroristes vers le sud», a assuré Laurent Fabius.

19h25: Le ministre explique que de nombreux acteurs de la scène internationale ont été consultés jeudi et vendredi: le Mali, la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest ), l'Union africaine, l'Algérie, le Nigeria ainsi que la plupart des pays européens et tous les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU.


19h20: «Depuis quelques jours la situation s'est dégradée très gravement», déclare le ministre.


19h18: Laurent Fabius s'exprime sur le conflit au Mali.

19h08: Le père d'un des huit otages français détenus par des groupes islamiques au Sahel a exprimé son inquiétude croissante après l'annoncede l'engagement de forces françaises aux côtés de l'armée malienne.
«Je constate que nous sommes dans une position où nous subissons les choses. Il y a une série de choses qui s'enchaînent qui nous tombent dessus», a dit Jean-Pierre Verdon, père de Philippe Verdon, sur RTL.
«Nous sommes en situation de subir. Notre inquiétude va croissant, c'est une angoisse qui prend un corps de plus en plus consistant», a-t-il ajouté.


 

18h59: Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) craint une aggravation de la situation humanitaire dans le centre du Mali. « Un afflux de personnes déplacées à Mopti et Sévaré pourrait malheureusement aggraver une situation humanitaire précaire, aussi bien pour les familles déplacées que pour les populations résidentes », affirme Jean-Nicolas Marti, chef de la délégation régionale du CICR pour le Mali et le Niger, dans un communiqué.

18h50: Le gouvernement malien a confirmé que la France, le Nigeria et le Sénégal notamment fournissaient déjà sur le terrain une aide aux forces gouvernementales face aux rebelles islamistes.
«Aujourd'hui, nous avons des partenaires comme le Nigeria, le Sénégal, (...) la France et d'autres sur le terrain pour nous fournir une assistance», a déclaré Oumar Dao, chef des opérations au ministère de la Défense à Bamako.
Lors d'une conférence de presse, il a ajouté: «Notre équipe opérationnelle définira quelle sorte d'aide ils apporteront.»

18h45: Bruno Leroux, président du groupe PS à l'Assemblée nationale, appelle sur BFM TV au «soutien très large» de la politique de François Hollande au Mali.

18h40: 6.000 Français vivent actuellement au Mali, a rappelé François Hollande dans son discours. Le ministère des Affaires étrangères les a appelés à quitter ce pays en début d'après-midi, si leur présence n'est pas «indispensable».

18h35: La vidéo de l'intervention de François Hollande:



18h29: L'intervention de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères aura lieu vers 19h15.


 

18h25: Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, devrait s'exprimer vers 19h pour donner des détails sur l'intervention.

18h23:  «Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là quand il s'agit de défendre la liberté», a conclu le président de la République.

18h20: «Cette opération durera le temps nécessaire», a ajouté le Président. Le parlement sera saisi lundi.

18h19: «Les forces armées ont apporté cet après-midi leur soutien» aux Maliens, a déclaré François Hollande.

18h17: François Hollande commence à parler.

18h11: François Hollande est en retard, son intervention devrait finalement avoir lieu vers 18h25, 18h30.

17h50: L'armée malienne affirme être soutenue dans sa contre-attaque par des forces venues du Nigeria, du Sénégal et de la France.

17h44: «Il y a une nouvelle donne, c'est Konna», a constatéle ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.
La prise jeudi par les jihadistes de cette localité du centre du pays a bouleversé les plans de la communauté internationale. Plus question désormais de se donner le temps de former l'armée malienne, puis de soutenir ensuite une force africaine loin d'être sur pied.

17h40: L'intervention de François Hollandesur la situation au Mali vers 18h en direct de l'Elysée sera courte. «Le président fera une courte déclaration vers 18h», a déclaré une conseillère du chef de l'Etat.
A priori l'allocution sera brève, on parle de quelques minutes à peine.

 17h28: Une déclaration de François Hollande est annoncé pour 18 heures.

17h: Le ministre des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle, a nié la présence de soldats allemands au Mali actuellement, rapporte Die Welt.

16h14:  La présidence française devrait s'exprimer d'ici la fin de la journéede vendredi sur la situation au Mali. «Il y aura peut-être un communiqué en fin d'après-midi. Tout ça dépend de l'évolution de la situation», a déclaré une source diplomatique.

16h09: L'Union européenne va accélérer ses préparatifs en vue du déploiement d'une mission militaire de formation au Mali, où les islamistes progressent vers le Sud, a annoncé Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie européenne.
«L'Union européenne (...) accélérera ses préparatifs en vue du déploiement d'une mission militaire au Malichargée de conseiller et d'entraîner les forces maliennes», a-t-elle dit dans un communiqué en exprimant sa vive préoccupation face aux mouvements des rebelles islamistes.
Les Vingt-Sept examineront «le cas échéant» la question de nouvelles sanctions visant l'ensemble des groupes affiliés aux organisations extrémistes, a ajouté la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de défense de l'UE.

16h03: L'armée malienne a lancé une contre-offensive pour reprendre la ville de Konna, prise par les rebelle jeudi. Selon des responsables maliens, une aide étrangère est présente.
«Nous ne dirons pas leur nombre, ni là où ils sont, ni le matériel qu'ils ont», a ajouté ce responsable qui veut garder l'anonymat.

15h50: La présidence française devrait s'exprimer d'ici ce soir sur la situation au Mali, a déclaré un diplomate à Reuters.

15h25: Sur son site internet, le ministère des Affaires étrangères déconseille l'ensemble du pays, y compris la capitale: «En raison de la forte dégradation de la situation sécuritaire au Mali, il est formellement déconseillé de s'y rendre, y compris à Bamako, jusqu'à nouvel ordre.»
«Il est fortement recommandé aux personnes dont la présence n'est pas indispensable au Mali de quitter provisoirement le pays via les lignes aériennes commerciales qui desservent Bamako», ajoute-t-il.

15h14: Paris de mande aux ressortissants français dont la présence n'est pas indispensable au Mali de quitter le paysselon l'AFP.

15h05: La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, appelle à un appui de forces internationales, conformément aux décisions du Conseil de paix et de sécurité (CPS) et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, pour un renforcement de capacités aux Forces de défense et de sécurité maliennes, rapporte l'Agence ivoirienne de presse.

14h40: La France dément l'arrivée d'un détachement au Mali. Officiellement, 14 militaires français sont présents au Mali au titre de la coopération et l'Elysée a catégoriquement démenti les rumeurs faisant état de l'arrivée d'un détachement à Bamako.
Sans dévoiler la stratégie en cours, un diplomate reconnaissait que les services français étaient à l'oeuvre pour «évaluer la situation sur le terrain».
«La France ne communique pas sur les renseignements, mais bien sûr, ça se fait avec des avions», a-t-il souligné.

14h30: Un responsable malien a confirmé à l'AFP que des militaires français et européens sont au Mali en appui contre les islamistes.


14h10: Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est entretenu vendredi avec le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, sur la crise au Mali, a-t-il annoncé sur Twitter:


 

13h52: Bakary Traoré, du Collectif des Maliens pour la paix, appelle la France à intervenir. «L'armée a besoin d'appui logistique», a-t-il expliqué sur BFM TV.
Il a aussi appelé les Maliens de France à manifester le 19 janvier devant l'ambassade du Mali pour faire «bloc derrière l'armée malienne qui se bat pour récupérer les territoires occupés».

13h18: Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants, rejette une intervention «dans l'urgence». Interrogé sur LCI à propos de l'appel à l'aide du président malien, Kader Arif a estimé que «la précipitation ne (servait) à rien», écartant un engagement «dans l'urgence» des troupes françaises.

13h10: Des forces militaires françaises seraient déjà au Mali. «Des forces militaires françaises et allemandes ont pris position hier à Sévaré», écrit sur son site Le Figaro
 

12h45: Le président malien devrait être en France mercredi pour rencontrer François Hollande. «Cette visite était programmée depuis un mois», a précisé une source diplomatique.

12h30: Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, doit s'exprimer sur la situation dans le pays à 21h, annonce l'ambassadeur du Mali en Frace.

12h06: Les résolutions existantes du Conseil de sécurité de l'Onu permettent à la France d'intervenir militairement au Mali. «Avec les résolutions de l'Onu et la demande d'aide du Mali, le cadre légal pour une intervention directe (de la communauté internationale) est déjà prêt», a dit un diplomate français à Reuters.
«On suit la situation heure par heure sur le terrain. On va voir si cette progression se poursuit ou pas. L'aide de la France va s'ajuster à la situation sur le terrain», a-t-il ajouté.

12h: Des partis maliens anti-putsch réclament le «déploiement immédiat» de la force internationale en préparation pour le Mali face à l'avancée des islamistes armés contrôlant le nord du pays. Le Front de défense de la République et de la démocratie (FDR) déplore la chute, jeudi, de la ville de Konna (centre) aux mains des islamistes après des affrontements avec l'armée. «C'est une étape de plus dans l'agression contre notre pays, dans la mise en cause de son intégrité territoriale, de sa souveraineté et de sa laïcité», ajoute-t-il.

11h50: Le président malien par intérim Dioncounda Traoré avait en effetdemandé l'aide militaire de la France pour repousser une offensive des groupes armés islamistes, ont indiqué jeudi soir des diplomates après des consultations au Conseil de sécurité sur le Mali.


11h30: Lors des voeux au corps diplomatique, François Hollande confirme la participation de la France à une intervention prochaine au Mali. Face à «une agression caractérisée», la France «répondra aux côtés de nos partenaires africains aux demandes des autorités maliennes», a déclaré le Président.

 

20minutes

 

breaking newsL’action semble avoir été orchestrée comme un papier à musique. Les islamistes armés qui occupent le nord du Mali ont lancé une offensive vers la ville de Konna, située au centre du pays. Les éléments de l’armée malienne de cette région tentent (ou font semblant) de résister et abandonnent très vite la ville. 

Le jour même, le président malien Dioncounda Traoré, connu pour être un fervent “partisan” de la France, a fait appel à l’ancienne puissance coloniale pour une aide militaire en vue de repousser l’offensive islamiste. Paris réveille les membres du conseil de sécurité de l’ONU en pleine nuit le jeudi pour faire adopter une résolution, demandant un déploiement rapide de la force internationale au Mali devant “la grave détérioration de la situation”. 

Entre temps, les ministres français, Le Drian, et américain, Panetta, de la défense ont eu un entretien téléphonique sur le Mali duquel rien n’a filtré, à un moment où l’on annonce une offensive vendredi de l’armée malienne sur la ville de Konna, prise par les terroristes d’Aqmi et du Mujao, mais sans omettre de signaler que cette action est soutenue par des “appareils militaires de pays amis”, selon un officier interrogé par les médias, notamment français. 

Orchestrée comme du papier à musique 

Pour ceux qui ont suivi les différents débats sur la solution à la crise malienne, notamment les divergences entre les partisans de l’action militaire et ceux, dont l’Algérie, qui défendent la solution politique, incluant un dialogue sérieux avec les rebelles touareg du MNLA et d’Ansar Eddine, il ne peut y avoir de doutes que les pays amis dont parle cet officier ne sont que la France. 

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le ministère français des affaires étrangères a fait appel vendredi aux ressortissants français présents au Mali pour qu’ils quittent le pays si leur présence n’était pas “indispensable”. Signe que la France est bien impliquée dans l’opération de vendredi, d’autant que ce pays a été depuis le début de la crise malienne, il y a près d’une année, le partisan de l’intervention militaire le plus acharné de tous. 

Et dans cette action orchestrée, il ne faut surtout pas s’attendre à ce qu’elle s’arrête aux portes de cette ville de Konna, tombée avec une “incroyable” facilité, entre les mains des terroristes occupant le nord. “Notre offensive a commencé. L’objectif est de reprendre le contrôle total de la ville de Konna et de progresser après vers les positions des groupes armés, a déclaré le même officier qui a choisi de garder l’anonymat. 

Ce sera visiblement comme en Libye. Non seulement, la France n’attendra pas le déploiement de la force de la Cédéao pour intervenir militairement, mais ne se contentera pas de libérer la ville de Konna, après avoir forcé la main au conseil de sécurité de l’ONU. 

Vers la violation de la résolution 2085 de l’ONU 

La France et une partie de la classe politique malienne comptent même violer la première résolution, la 2085, qui conditionne l’intervention militaire à un dialogue avec avec les rebelles touareg et une préparation sérieuse de l’action militaire qui passe par une formation au profit de l’armée malienne et de la force que devait mettre en place la Cédéao, sous le contrôle de l’UA et de l’ONU. 

Mais, il est clair que les Français qui ont beaucoup trop d’intérêts dans la région du Sahel sont prêts à toutes les entorses au droit international et à la souveraineté des Etats pour les défendre coûte que coûte, y compris en violant la première décision prise par les Maliens et la communauté internationale, et qui disait que l’intervention militaire devrait être menée par les Africains. 

Ce n’est pas un hasard si cette orchestration coïncide avec la tenue à Adrar, dans le Sud algérien, d’une rencontre de dialogue qui réunissant les chefs de tribus et les notables du Nord-Mali dont l’ouverture a eu lieu jeudi soir, pratiquement au moment où la France tarabustait le conseil de sécurité pour une intervention militaire. 

C’est lors de cette rencontre que l’on a insisté sur “la nécessaire contribution de toutes les parties en vue d’une réconciliation malienne qui garantisse les droits de toutes les catégories du peuple malien à vivre dans la fraternité sans exclusive ou marginalisation”. Ce n’est pas l’avis de la France. 



http://www.algerie1.com/actualite/nord-mali-la-france-semble-avoir-lance-son-intervention-militaire/ http://www.algerie1.com/actualite/nord-mali-la-france-semble-avoir-lance-son-intervention-militaire/ 

 

 

La France demande à ses ressortissants de quitter provisoirement le Mali


 

 

La France a demandé vendredi à ses ressortissants dont la présence "n'est pas indispensable" au Mali de quitter provisoirement ce pays en raison de la forte dégradation de la situation sécuritaire au Mali. 

"En raison de la forte dégradation de la situation sécuritaire au Mali, il est formellement déconseillé de s'y rendre, y compris à Bamako, jusqu'à nouvel ordre", indique un communiqué sur le site internet de conseils aux voyageurs du ministère français des Affaires étrangères. 

"Par ailleurs, il est fortement recommandé aux personnes dont la présence n'est pas indispensable au Mali de quitter provisoirement le pays via les lignes aériennes commerciales qui desservent Bamako", selon ce communiqué. 

"En tout état de cause, il est recommandé à nos compatriotes résidant sur place de faire preuve de la plus extrême vigilance, de se tenir informés de l'évolution de la situation et de respecter les consignes de sécurité de l'ambassade", indique le communiqué. 

Le président français François Hollande a déclaré vendredi que la France viendrait en aide au Mali "dans le cadre des résolutions (de l'Onu)", en réponse à la demande du président malien par intérim Dioncounda Traoré d'un appui militaire face à l'avancée des groupes armés islamistes dans le pays. 

"La France ira au rendez-vous de la demande des autorités maliennes dans le strict cadre des résolutions des Nations unies", a affirmé le chef d'Etat français, en faisant référence aux motions adoptées par le Conseil de sécurité de l'Onu depuis le début de la crise malienne en mars 2012. La dernière en date, à savoir la résolution 2085 votée fin 2012, autorise l'envoi d'une force militaire internationale afin de reconquérir le nord du Mali tombé aux mains de divers groupes armés islamistes ou encore sécessionnistes touaregs. 

http://french.cri.cn/621/2013/01/12/441s308920.htm#.UPA9zqyjyC4 http://french.cri.cn/621/2013/01/12/441s308920.htm#.UPA9zqyjyC4 

 

 

 

Commenter cet article

Alx 12/01/2013 17:41


Et @Charisme : changes de pseudo....

Alx 12/01/2013 17:38


@S'EN FOUT TOTALEMENT : j'ai juste envie de te dire : calme toi.. sérieusement, tes propos sont hallucinants (on est en 2013 c'est ça ?) .... Au lieu d'insulter à tout va, recherches, réfléchis,
analyses et tu comprendras un peu mieux la manière dont fonctionne le monde....

S'NE FOU TOTALEMENT 12/01/2013 12:01


Woin pi ? ON S'EN FOU DU MALI !
VRAIMENT !!
RIEN A BATTRE Des noir qui pue sale RIEN A FOUTRE JE VOUS DIT ces pas parce que sa parle francais qui faut aider tout le monde Qui mange d'la marde les ti noiro puant et surtout qu'on nous en
parle pas !
sa va aller mieux comme haiti a marde plein de criminel ces des cochon de salo traitre les nègres a ne pas faire confiance ni les musulman d'ailleur. 

Arlette 11/01/2013 23:15


L'EUROPE : c'est la PAIX : bobard éhonté par François ASSELINEAU. -  58 ans env. il a fait l'E.N.A. comme le Président HOLLANDE (et parle JAPONAIS, avait
vécu au JAPON - marié, 2 filles).


http://www.dailymotion.com/video/xs7r2l_l-europe-ce-n-est-pas-la-paix-c-est-la-guerre-zapping_news

Charisme 11/01/2013 22:43


Venez plutot me sucer ma grosse teub de babouin !

Arlette 11/01/2013 22:39


après la décision du général de Gaulle de retirer
la FRANCE du Commandement Militaire Intégré le 7 mars 1966[1].   On est en 2013 au cas où


Commentaire n°1 posté par Athos aujourd'hui à 21h51


En Militaire, d'autant Général,  ayant combattu lors de la 2ème Guerre Mondiale - son fameux Appel à la Résistance Française à partir du sol Britannique... il savait ce
qu'il faisait, les connaissant, les Militaires ! L'OTAN, ce n'est pas gratuit ! C'est 1/2 Milliard d'anciens FF l'année, d'être dans
l'OTAN ! sans compter les autres frais, sans doute. L'ex-Président SARKOZY avait remis la FRANCE dans l'OTAN. Il l'avait sur son Programme AVANT d'être élu !
Les gens savaient ! L'OTAN et l'Union Européenne c'est de l'amalgame. L'unique Candidat qui avait plaidoyé afin que la FRANCE retrouve sa LIBERTE perdue
avait été François ASSELINEAU - U.P.R.  - tous ces pays à la traîne U.E., c'est casse-gueule. Deux Dirigeants de Pays s'étaient exprimés  :
"Gouvernance tournante U.E. - insolvabilités de pays - tôt ou tard, il en résultera une 3e Guerre Mondiale".    http://www.u-p-r.fr/

Hein? 11/01/2013 22:35


@Antitarés


"Le consentement du peuple devrait être obligatoire"


Vaut mieux entendre ça que d être sourd.

Inconnu 11/01/2013 22:14


« Et nous centrerons ces cellules sous un commandement unique qui sera connu de nous seuls. Et ce commandement sera composé de nos savants et ces
cellules auront des supérieurs propres afin que soit caché l’endroit où réside réellement notre commandement. Et seul ce commandement aura le droit de nommer celui qui parle et de rédiger l’ordre
du jour. Et dans ces cellules nous poserons des filets pour tous les collaborateurs et les niveaux révolutionnaires de la société [et la majeure partie des plans politiques secrets seront connus
de nous et nous les réaliserons dès qu’ils auront été modelés] mais les agents des services secrets de l’état seront des agents de ces cellules. Et lorsque les complots débuteront à travers le
monde, ceci signifiera que l’un de nos agents dévoués sera à la tête de ce complot. Et ce n’est que naturellement que nous sommes le seul peuple en charge des projets maçonniques et nous sommes
les seuls à savoir les diriger et nous connaissons l’objectif final de tout acte dès lors que les gens –c'est-à-dire autres que les juifs- ignorent la plupart des spécificités de la
franc-maçonnerie et ne peuvent même pas voir les conséquences immédiates de leurs propres actes… »


 


(Dans le protocole des sages de Sion)


 

Athos 11/01/2013 21:51


De la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 1967, la France avait sur son territoire métropolitain plusieurs bases militaires utilisées par ses alliés occidentaux de l'OTAN, essentiellement par les forces armées des États-Unis. Elles furent fermées ou rétrocédées à l'armée française après la décision du général
de Gaulle de retirer la France du commandement militaire
intégré le 7 mars 1966[1].


On est en 2013 au cas où

Arlette 11/01/2013 21:38


@ JASTREBIEC   le 11-01-2013 à 21h13 -   Il suffit de se renseigner :
 http://en.wikipedia.org/wiki/NATO_Dispersed_Operating_Bases   


Tu reprends toutes les Bases, une par une, et tu vois qu'elle sont toutes sous Commandement Américain, une ou deux sous Commandement Canadien,... et il en reste deux pour la FRANCE.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_de_l%27OTAN_en_France


C'est pareil dans les autres pays d'EUROPE.


Commentaire n°1 posté par Tipol aujourd'hui à 21h32


 

Tipol 11/01/2013 21:32


@ JASTREBIEC le 11-01-20133 à 21h13
Il suffit de se renseigner.
http://en.wikipedia.org/wiki/NATO_Dispersed_Operating_Bases
Tu reprends toutes les bases, une par une, et tu vois qu'elle sont toutes sous commandement américain, une ou deux sous commandement canadien,... et Il en reste deux pour la France.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_de_l%27OTAN_en_France
C'est pareil dans les autres pays d'europe.

Arlette 11/01/2013 21:14


Il y a bien un article dans Rubrique "Politique Intérieure" du Jeudi, 3 Janvier 2013 - relatant que la SOLDE des Militaires n'est plus
payée...


SAN-FRANCISCO le 3/10/2007 - Discours du Général Américain : Wesley CLARK  - http://www.reopen11.info


http://www.dailymotion.com/video/xlp2d6_le-plan-us-post-11-9-envahir-7-pays-dont-l-irak-la-lybie-la-syrie-et-l-iran-selon-le-general-us-wesl_news

JASTREBIEC 11/01/2013 21:13


TIPOL


Votre info sur les bases  françaises sous commandement US, cest totalement faux ! Il y a une base , qui fait partie du dispositif OTAN, c'est le MONT VERDUN , c'est du radar

Arlette 11/01/2013 21:00


http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_malienne_de_2012 


 Finalement, c'est vrai, c'est le bordel
partout...                                     


Finalement, il est peut-être déjà en place le N.W.O.  (no way out)           


Commentaire n°3 posté par Laurent Franssen aujourd'hui à 20h06

Antitarés 11/01/2013 20:23


Evidemment c'est seulement l'argent qui intéresse zarmagh ...


Comment peut-on avoir une conscience aussi médiocre ?


Le consentement du peuple devrait être obligatoire mais ce n'est pas une question d'argent.

zarmagh 11/01/2013 20:15


Et pour faire la guerre, il va prendre l'argent où ?


Dans vos poches de surtaxés...


Le tout sans votre consentement !



Laurent Franssen 11/01/2013 20:06


Video :


 


Venant du nord ? L'algérie ou le maroc ?


Ou bien simplement " nous " ( je ne me reconnais pas la dedans , c'est pas mon europe ça ).


 


Les pays africains de l'ouest ? C'est quoi ca ? Un aveu de noobisme ou bien façon de dire ceux rallié a l'OTAN?


 


Dites y se passerait pas une guerre contre les arabes sans qu'on nous disent rien ..?


 


ah parce que ca fait 1 ans déja... rien vu,rien lu,rien entendu.


 


tjs au courant de tout moi...


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_malienne_de_2012


 


-


 


bon,


 


finalement c'est vrai, c'est le bordel partout...


 


-


 


MJ " tain' faut que je les calmes avec qqch "


 


MJ a piont A - Autant de millions, de putes et de came si tu m'envoie 2000 fanatiques la ( montre la carte du doigt )


 


MJ a piont B - La,la et la tu t'arrange pour que ton armée se retire et t'aura 'idemA'


 


MJ a piont C - Vas-y , envoie tes militaires etc ...


 


-


 


Finalement il est pt etre déjà en place le NWO ( no way out )


 


Faudrais juste qu'on change le scénario de cette mauvaise pièce.


 


*


 


Evidemment tout ceci n'est que pur fantasme...

Tipol 11/01/2013 19:40


Je suis dubitatif sur le volume réel de tout ça, car la France "n'a pas" d'armée, très petite.
La grande force armée de la France est surtout une réputation publicitaire et médiatique.
Le seule vraie force armée de la France est de la dissusation importante. La poignée d'avions de chasse et de petits navives ne forment qu'une armée très réduite, mineure, qui ne pourra jamais
rien faire sans avoir un av al solide en arrière.
Cet aval, la France l'a depuis peu que Sarkosy s'est donné à l'Otan; Toutes les bases en France, ou presque toutes sont dirigées par l'Otan avec des commandants américains.

Archives

Articles récents