Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bugarach : Le refuge (suite)

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 7 Mars 2011, 20:39pm

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

Revenir à la première partie

 

Bugarach : Le refufe (II)

 

 

 

21/02/2011

 "Sud-Ouest"


Ce village français présenté comme le refuge contre l'apocalypse fin 2012

Une rumeur sur le Web fait de Burgarach, petit bourg de l'Aude, le dernier rempart du cataclysme prévu le 21 décembre 2012 par certains prophètes, qui se basent sur une interprétation erronée des calendriers mayas.

Ce petit bourg de l'Aude accueille de nombreux tenants de l'ésotérisme (capture d'écran du site de la ville)

Ce petit bourg de l'Aude accueille de nombreux tenants de l'ésotérisme (capture d'écran du site de la ville)

Burgarach, un village de 200 habitants, dans l'Aude. Un village qui attire de plus en plus de touristes des quatre coins du monde depuis qu'une rumeur sur Internet fait du pic de Burgarach (1231 mètres), le refuge contre l'apocalypse annoncée le 21 décembre 2012.

"Se basant sur une interprétation erronée des calendriers mayas qui s'arrêtaient à cette date (tout simplement parce qu'il fallait bien s'arrêter quelque part), une myriade d'illuminés et d'escrocs vendeurs de livres, de prophéties farfelues, ou de bunkers pour survivre à la fin des temps, inondent le Net", précise Le Parisien.

Et voilà, ce petit bourg de l'Aude présenté comme dernier rempart au cataclysme. Au point d'attirer la télévision japonaise, le New York TimesThe Telegraph, entre autres.

"Ça commence à bien faire, regrette Jean-Pierre Delord, le maire de Bugarach au FigaroJe n'ai rien contre les croyances ésotériques, mais il est grand temps de calmer le jeu. Au début, la blague nous a fait rire, mais là, je prends les choses très au sérieux. Que pourrons-nous faire si, avant le jour J, 10.000 illuminés débarquent ici et se lancent à l'assaut de la montagne? Nous avons même retrouvé une statue entourée de cristaux, d'offrandes et d'un objet bizarre, le tout cimenté à la roche... Trop c'est trop! Qui va assurer la sécurité et contenir les éventuels débordements? Pas question que le village se transforme en Temple solaire".

"Quand j’étais un enfant, j’entendais des histoires de sorcières, de loups, de marchands de peau de lapin, de vagabond qui enlevait les petits enfants pas sages, etc. Les peurs ancestrales, c’est classique, racontait Gilbert Cros, l'adjoint au maire de la ville à l'Indépendant en novembre dernier. Mais là, toutes ces histoires de soucoupes volantes basées sous le Pic et j’en passe, c’est nouveau", explique-t-il.

Un afflux de visiteurs qui profite au tourisme mais qui fait aussigrimper les prix de l'immobilier. "Le prix des logements et des terres agricoles s'envole, explique un éleveur au Figaro. Dernièrement, une propriété a été vendue plus d'un million d'euros à un étranger. Un prix incroyable pour la région. A mon avis, la fin du monde est devenue un filon juteux pour attraper les gogos".

 

21/02/2011

"Le Parisien"

 

Bugarach attend sereinement l’apocalypse de 2012

En quelques semaines, Internet a fait du village de Bugarach le refuge contre l’apocalypse, prévue fin 2012.

CLAUDE MASSONNET | Publié le 21.02.2011, 07h00

Bugarach (AUDE), le 20 février. Jean-Pierre Delors, le maire, reçoit de nombreux visiteurs attirés par le pic qui surplombe sa commune.

Bugarach (AUDE), le 20 février. Jean-Pierre Delors, le maire, reçoit de nombreux visiteurs attirés par le pic qui surplombe sa commune. | (TOPSUD.)Zoom

Vivre à Bugarach ou mourir, c’est ce que promettent d’avisés prophètes du Net. Ils prévoient l’apocalypse pour décembre 2012, se basant sur la lecture erronée, mais abondamment propagée, de calendriers mayas. La fin du monde... sauf pour ceux qui auraient trouvé refuge sur le pic de Bugarach, altitude 1231 m et point culminant des Corbières, dans l’Aude.  Depuis, Bugarach attend la migration universelle des « peureux de 2012 » après avoir été, pendant des années, un lieu prisé des amateurs d’ésotérisme, des routards, des babas ou des farfelus de tout poil, persuadés que le grand rocher renferme une base militaire secrète ou les engins de conquête des extraterrestres dont on peut entendre les grondements en se collant à la paroi.

« Voilà deux ans, un parent d’élève avait même proposé d’encadrer une excursion pédagogique pour que les enfants entendent ces bruits », raconte l’institutrice en souriant. « Les gîtes sont pleins. Tout le monde veut venir à Bugarach », se réjouit Jean-Pierre Delors, le maire de ce gros bourg de 194 habitants voué à l’agriculture et au tourisme de la randonnée, et donc de la méditation.

En attendant la télévision japonaise, il est partagé entre la jubilation de cette notoriété spontanée et la crainte d’avoir à accueillir les illuminés, les sectaires apocalyptiques et les esprits suicidaires de la Terre entière. « Voilà deux ans, un jeune venu des Charentes a tenté de se suicider au sabre de samouraï », se souvient encore l’élu, qui relève aussi, plus prosaïquement, une hausse du prix des terrains à bâtir, passé en quelques années de 15 à 50 € le mètre carré.

Sur le sentier qui conduit au sommet de ce refuge futur, Antoinette, bibliothécaire, et Marie, éducatrice, débarquent d’Albi (Tarn) pour marcher et ouvrir leurs cinq sens. « Des proches nous ont parlé de Bugarach. Nous sommes venues ici pour sentir les vibrations du lieu dans le cadre de notre développement personnel. Pas pour l’apocalypse de 2012 », précisent-elles, après avoir réfléchi sur l’alignement des planètes.

Juha Salonen, un Finlandais, a pour sa part dépensé une vraie petite fortune pour acquérir une propriété au plus près du rocher. Pourtant, il se présente comme un simple éleveur, possesseur d’un tout petit troupeau d’une vingtaine de vaches. « Bugarach est un site d’échange énergétique, un haut lieu vibratoire connu des Templiers et des Cathares. Des tribus d’Amérindiens, des Australiens viennent ici », souligne de son côté Genny Rivière, spécialiste de médecine chinoise. Elle exploite, juste en face du pic, cinq gîtes à l’enseigne le Rayon Vert, après avoir signé, en 2008, un ouvrage intitulé « l’Appel du Bugarach, le vortex de la Terre ».

Genny fait tout pour ne surtout pas être associée à cette grande peur apocalyptique. Mais elle ne peut s’empêcher de glisser, au passage, une prophétie cathare, en l’occurrence celle du prédicateur Guillaume Bélibaste, brûlé vif à Villerouge-Thermenès, près de Bugarach, en 1321: « Dans sept cents ans, le laurier refleurira »...

VIDEO. «Cet été, j'ai vu des gens défiler lors de marches silencieuses»

 

18/02/2011

"Le Figaro"

 

 

Bugarach, le village de la fin des temps

Mots clés : BugarachJean-Pierre DelordCataclysme

Par journalistes.gifCyril Hofstein
18/02/2011 | Mise à jour : 17:26
Réactions (91abonner.png
Jean-Pierre Delord, maire de Bugarach, regarde une colonne de légionnaires en manoeuvres dans la région traverser le village. Coïncidence ou entraînement de routine ? Les rumeurs vont bon train. (Gilles Bassignac/Le Figaro Magazine)
Jean-Pierre Delord, maire de Bugarach, regarde une colonne de légionnaires en manoeuvres dans la région traverser le village. Coïncidence ou entraînement de routine ? Les rumeurs vont bon train. (Gilles Bassignac/Le Figaro Magazine)

Le petit bourg de l'Aude, sera-t-il épargné par le cataclysme qui, selon les Mayas, est censé dé truire notre planète le 21 décembre 2012. Certains y croient !

coeur-.gif

D'abord, on ne voit rien. La haute route qui conduit à Bugarach s'enfonce dans d'abruptes parois de roches grises et se perd dans les lacis d'une vallée encaissée. Puis, après quelques kilomètres, apparaît le pech (pic), une immense masse de pierre, haute de 1230 mètres, qui ne ressemble à aucune autre, comme posée en plein milieu du pays cathare par la main d'un géant. On songe à la fameuse montagne de Rencontres du troisième type, le film de science-fiction de Steven Spielberg. La beauté du lieu est saisissante. Dans les rues désertes du village, bâti au pied du pic, tout est fermé en attendant l'été. Le froid est sec et porte avec lui une lourde odeur de fumée. Quelque part au loin, on entend le moteur d'un tracteur. Partout où porte le regard, le pech domine.

Le décor est planté. Bienvenue à Bugarach (Aude), une petite commune de 200 habitants perdue dans la nature sauvage des Corbières et désormais au centre du monde. Personne ne sait vraiment comment l'histoire s'est répandue. Mais pour des dizaines de milliers de personnes, le pech de Bugarach est devenu le seul espoir. Persuadés que le cataclysme qui doit détruire notre planète, prévu par le calendrier maya le 21 décembre 2012, l'épargnera, ils ont déclenché une avalanche de rumeurs, relayée jusqu'à l'écœurement sur la toile. Rien que sur Google, le mot «Bugarach» fait défiler près de 200.000 références.

Tout y passe. Le pech serait une base secrète où des ovnis viennent se ravitailler. Mieux, il abriterait une cavité souterraine où les archives d'un monde surnaturel attendraient d'être découvertes par des «appelés». Certains y recherchent des ondes telluriques bénéfiques, ou s'adonnent à des rites où se mélangent bouddhisme tibétain, rites amérindiens, hindouisme, taoïsme, civilisation celtique, fantasmes cathares et secrets des templiers. D'autres cherchent le trésor mystérieux de l'abbé Saunière, le célèbre curé du village voisin de Rennes-le-Château, tandis que des «initiés» prétendent que le survol de la montagne est interdit aux avions en raison de son magnétisme - une affirmation formellement démentie par la Direction générale de l'aviation civile - et que «tout y finira pour mieux recommencer avec les élus du nouveau monde».

Des personnalités du monde ésotérique surfent aussi sur la vague. Tel Jean d'Argoun,«médium et ufologue», auteur en 2001 du livre Bugarach. La montagne sacrée et organisateur de visites autour du pech, qui assure être parvenu «par un processus initiatique à accéder au plus grand secret du mont Bugarach sous lequel gît, depuis douze mille ans, l'Arche antédiluvienne du roi Nemrod». Un secret qui sauverait le monde de la catastrophe à venir...

 

Le prix des maisons et des terres agricoles s'est envolé

 

 

Depuis des décennies, le pech de Bugarach fait l'objet des rumeurs les plus folles. La montagne serait un «garage à ovnis» ou une base secrète pour les survivants de la fin du monde... (Gilles Bassignac/Le Figaro Magazine)
Depuis des décennies, le pech de Bugarach fait l'objet des rumeurs les plus folles. La montagne serait un «garage à ovnis» ou une base secrète pour les survivants de la fin du monde... (Gilles Bassignac/Le Figaro Magazine)

 

«Ça commence à bien faire, s'emporte Jean-Pierre Delord, le maire de Bugarach. Je n'ai rien contre les croyances ésotériques, mais il est grand temps de calmer le jeu. Au début, la blague nous a fait rire, mais là, je prends les choses très au sérieux. Que pourrons-nous faire si, avant le jour J, 10000 illuminés débarquent ici et se lancent à l'assaut de la montagne? Nous avons même retrouvé une statue entourée de cristaux, d'offrandes et d'un objet bizarre, le tout cimenté à la roche... Trop c'est trop! Qui va assurer la sécurité et contenir les éventuels débordements? Pas question que le village se transforme en Temple solaire.»

L'apocalypse fait recette et, cette année, le marché semble au plus haut. Bugarach voit ainsi défiler d'étranges touristes en quête du salut. Et, si beaucoup cherchent la survie spirituelle, quelques-uns tentent surtout d'acquérir à tout prix des terres et des maisons autour du village. «C'est une catastrophe pour les jeunes agriculteurs, explique Cyrille Castillo, un éleveur de Bugarach. Le prix des logements et des terres agricoles s'envole. Dernièrement, une propriété a été vendue plus d'un million d'euros à un étranger. Un prix incroyable pour la région. A mon avis, la fin du monde est devenue un filon juteux pour attraper les gogos. On dit même que certaines personnes auraient construit des bunkers pour se protéger. Mais au bout du compte, ce sont les habitants qui risquent de tout perdre.»

Depuis quelque temps déjà, le village a vu baisser le nombre des touristes randonneurs au profit de visiteurs à la recherche des mystères supposés de Bugarach. «Aujourd'hui, j'accueille plus de séminaires ésotériques que d'amoureux de la montagne», assure Sigrid, gérante de la maison de la Nature, l'un des principaux centres d'hébergement de vacances de la commune. Pourtant, la région a toujours attiré des gens en quête de spiritualité et personne, jusqu'ici, ne s'en était plaint. Bien au contraire, le tourisme spirituel a largement contribué au développement local. Les années 70 ont ainsi vu passer les hippies, puis des urbains à la recherche d'une vie meilleure. «On a vu des colonnes de plus de 200 personnes habillées de blanc traverser le village pour aller se plonger dans le lac voisin de la Venne, en psalmodiant des cantiques dans une langue inconnue», se souvient une habitante, le sourire aux lèvres.

Mais avec les années 2000, des petits groupes considérés comme proches des «milieux apocalyptiques» ont commencé à s'établir et à occuper des terrains. Au point d'attirer l'attention de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), qui a prévu de centrer son prochain rapport sur les mouvements millénaristes ultras, et celle des spécialistes de l'Information générale (ex-RG), qui prennent l'affaire très au sérieux.

«Nous faisons clairement face à une montée de l'irrationnel autour de Bugarach. Mais, pour l'instant, il n'y a pas de troubles de l'ordre public, assure le directeur de cabinet du préfet de l'Aude. La région est une destination new age depuis longtemps. Toute cette histoire doit être nuancée. Le vrai problème est que la rumeur de la fin du monde du 21décembre 2012 est venue se greffer sur une accumulation de croyances ésotériques diverses. Mais nous n'avons pas encore identifié des risques de dérives dangereuses.» Pourtant, sur internet et dans le petit monde à fleur de peau des sectes apocalyptiques, le phénomène continue et ne cesse de prendre de l'ampleur. Sans aucun contrôle. En attendant, Bugarach se prépare au pire...

 

31/12/2010

"La Dépêche"


Bugarach le village qui résistera à la fin du monde

Parmi les croyances en vogue : Steven Spielberg se serait inspiré du Bugarach pour la montagne de « Rencontre du 3e type »./Photo DDM, J.Sch.
Parmi les croyances en vogue : Steven Spielberg se serait inspiré du Bugarach pour la montagne de « Rencontre du 3e type »./Photo DDM, J.Sch.
Parmi les croyances en vogue : Steven Spielberg se serait inspiré du Bugarach pour la montagne de « Rencontre du 3e type »./Photo DDM, J.Sch.
5538665645557a5878424d41436b3763?insee=1

Le maire et les habitants du village de la Haute Vallée de l'Aude ne rient plus : de plus en plus d'illuminés viennent en pèlerinage sur le Pech, seul lieu prétendument épargné de la fin du monde en 2012…

«On va tous mourir ! » « Les extraterrestres vont venir nous prendre, ouh, ouh ! » La musique du mp3 à fond, les deux ados assis devant la mairie déserte, mettent gentiment en boîte le journaliste qui vient de s'arrêter au village. Froid glacial, rues vides, Bugarach, à peine 200 âmes, ronronne au pied du Pech éponyme, assoupi entre Noël et le jour de l'an. Mairie ? Fermée. Restaurant bar ? Fermé. Maison de la nature ? Fermée. Et prière de ne pas parler de fin du monde.

L'invasion des « ésotéristes », comme on les appelle ici, ne date pas vraiment de la semaine dernière. Mais, là, la limite de tolérance autochtone pour un accueil aimable des amateurs de théories fumeuses en Haute Vallée audoise semble avoir atteint son maximum. Depuis quelques mois en effet, les Bugarachois assistent à une recrudescence de visiteurs de tous poils, de moins en moins des amateurs de randonnée à flanc de montagne, de plus en plus des chercheurs d'extraterrestres. La faute, entre autres, au calendrier Maya, à la fin des temps qui, forcément, approche, et, à la croisée de tout ça, à Internet.

« L'ARMÉE SI BESOIN »

Bugarach serait en effet, selon une croyance sinon répandue en tout cas de plus en plus diffusée sur la toile, l'un des seuls, sinon le seul endroit sur Terre à être épargné lorsque surviendra, le 12 décembre 2012, (ou le 21, c'est selon), la fin du monde. Si, chez la grande majorité de nos concitoyens cette annonce fait sourire, il est au moins deux catégories qui ne rient pas : ceux qui y croient, et les Bugarachois.

Le premier d'entre eux, Jean-Pierre Delord, maire, craint en effet un remake version apocalypse now des fameux apéros facebook : « Il n'y a pas de quoi rire », déclarait-il il y a peu. « Si demain 10 000 personnes débarquent, étant une commune de 200 habitants, nous ne pourrons pas faire face. J'ai fait part de nos inquiétudes aux autorités, et je veux que l'armée puisse être là si besoin est en décembre 2012. »

Une préoccupation suffisamment tenace pour avoir été inscrite à l'ordre du jour d'un conseil municipal, début décembre. Depuis, le ras-le-bol guette. « Vous croyez pas qu'on a déjà assez parlé de ces conneries ? », tonne Thierry derrière sa moustache. En attendant 2012, les villageois sont plus préoccupés en ce moment par deux projets : le premier de classement du site du Pech en zone protégée ; le second de fermes éoliennes à flanc de la même montagne. Ce qui ne va pas sans polémique.

Mais le phénomène a pris une telle ampleur qu'il est désormais difficile de l'ignorer. « Au début, ma clientèle était constituée à 72 % de randonneurs. Aujourd'hui, j'ai 68 % de visiteurs ésotériques », témoigne Sigrid Benard, gérante de la Maison de la nature, l'une des rares structures d'hébergement du coin.

« ICI ON EST SUR UN VORTEX »

Au village on peste, encore, contre ces ésotéristes qui font main basse sur les terrains agricoles, les maisons, et mécaniquement s'envoler les prix (lire ci-dessous). Chacun ici a son anecdote à raconter sur des « illuminés » qui prient nus dans la montagne ou se livrent à des rituels : « Je les ai déjà entendus en me promenant », raconte un villageois. « Ils avaient organisé un stage pour aller pousser le cri primal dans une cavité naturelle. »

Accoudée à sa fenêtre, dans le virage à la sortie du village, Jeanine Bladanet, 70 ans, semble observer l'affaire avec détachement, et même un certain dédain. Passionnée de Rennes-le-Château, de l'abbé Saunières, se présentant comme maître de conférences en égyptologie et en ufologie, elle se contrefiche des fermes éoliennes et des classements en zone protégée. « Toutes ces histoires de calendrier Maya, de fin du monde, sont des foutaises… » Si Jeanine s'est installée là il y a 15 ans, c'est précisément en raison du caractère « tellurique » du lieu : « Regardez autour de vous : ces falaises, cette montagne, la vallée. Ici on perçoit le magnétisme de la Terre. On est sur un vortex qui puise son énergie au plus profond de la Terre et le diffuse vers les étoiles. »

On l'aura compris, la vérité est ailleurs. à Bugarach ? Rendez-vous en décembre 2012…


Les folles rumeurs du net

Vous êtes bien assis ? Alors c'est parti pour une série de révélations toutes plus fracassantes les unes que les autres où l'on croise pêle-mêle des extraterrestres, le Christ, le Graal, les Templiers, l'abbé Saunière, et François Mitterrand. Toute une littérature foisonne sur Bugarach depuis des dizaines d'années. Le progrès faisant rage, Internet a depuis pris le relais. Le site du Pech de Bugarach est notamment réputé dans le monde des ufologues (spécialistes des ovnis) comme étant un site privilégié pour l'observation d'objets volants, voire de formes humanoïdes, bref de tout un bestiaire extraterrestre.

Parmi les rumeurs courant sur la toile, il en est une assurant que l'armée, au moyen d'un satellite, aurait découvert l'existence d'une cavité ou d'un lac caché sous le mont Bugarach. Un lac qui servirait de base à des extraterrestres. Un auteur au pseudo de Jean d'Argoun affirme même que la cavité en question abrite en réalité depuis 9 000 ans un vaisseau, renfermant en son sein tout le savoir des Atlantes, le peuple disparu de l'Atlantide…

D'un forum « spécialisé » à l'autre, on accorde plus ou moins de crédit à ce Jean d'Argoun. Mais si l'on écarte les Atlantes, alors on tombe sur une autre théorie bien connue dans la région, convoquant Rennes-le-Château et les Templiers : le Bugarach renfermerait en réalité le Graal, l'Arche d'Alliance voire le Christ lui-même, réfugié en pays cathare avec Marie-Madeleine. D'autres disent que l'abbé Saunière, supposé découvreur du trésor des Templiers, déambulerait encore dans l'une des grottes de la montagne.

Quant à la théorie de la fin du monde en 2012, il semblerait que son origine soit à chercher du côté des écrits du fameux Jean d'Argoun : il fait du Bugarach une montagne sacrée, lieu d'une prochaine révélation. Et François Mitterrand alors ? Le net s'est chargé de lui aussi : plusieurs sites et forums rapportent que le président, féru de mysticisme, aurait été héliporté directement au sommet du Pic du Bugarach…

J.Sch.


zoom

Le foncier flambe

La camionnette s'arrête au milieu de la route, sur un petit pont enjambant un ruisseau, warnings en marche. Une jeune femme, la vingtaine, en descend, sweet-tshirt, baggy : « Vous êtes journaliste ? Il ne faut plus venir maintenant, c'est ça qu'il faut leur dire. » Elle vient d'aller faire courir ses border collies sur le terrain de foot municipal, en contrebas de Bugarach : « Je voudrais m'installer, avec un troupeau de brebis. Mais depuis qu'il y a toute cette médiatisation autour de la fin du monde, de Bugarach, les prix des terres ont flambé. Moi je n'arrive pas à m'installer. Alors il ne faut plus venir et nous laisser tranquille. »

Et si le foncier flambe les quelques biens immobiliers disponibles dans cette zone reculée sont sur la même voie. « C'est difficile à évaluer mais on voit de plus en plus de gens qui viennent s'installer ici. Ce qu'on voit surtout c'est leurs gros 4x4 et les prix qui montent… »

J.Sch.


Le chiffre : 1 231

mètres > D'altitude. Le Pic (ou Pech) de Bugarach est le point culminant des Corbières. Voilà pour sa taille en système décimal. Car sur le net, des petits malins affirment qu'en système « octal », la mesure du serait précisément de 666. Le chiffre de la Bête. Brrr…


La phrase

« On est inquiets, on peut voir sur internet que des illuminés prévoient la fin du monde pour le 21 décembre 2012 et que Bugarach serait l'endroit où il faudra être pour se sauver. » Jean-Pierre Delord, maire de Bugarach


Médias : le buzz continue

La presse locale avait lancé l'affaire, relayant l'inquiétude du maire du village devant une possible invasion de « fin-du-mondistes ». Puis c'est l'Agence France Presse qui a pris le relais avant que radios, télés et quotidiens nationaux ne se penchent sur Bugarach. Qui a aussi eu droit aux égards de Radio canada et du Daily Telegraph…

 

07/03/2011

La Dépêche


 

Limoux. Les Anciens à l'assaut de Bugarach

mardi gras

La foule pour délirer, hier matin, avec la bande des Anciens qui a raillé avec beaucoup d'humour la fièvre qui gagne le village de Bugarach./Photo DDM, Didier Donnat
La foule pour délirer, hier matin, avec la bande des Anciens qui a raillé avec beaucoup d'humour la fièvre qui gagne le village de Bugarach./Photo DDM, Didier Donnat
La foule pour délirer, hier matin, avec la bande des Anciens qui a raillé avec beaucoup d'humour la fièvre qui gagne le village de Bugarach./Photo DDM, Didier Donnat
5538665645557a5878424d41436b3763?insee=1

Ce mardi matin, au pied du Pech de Bugarach reconstitué par la bande des Anciens sur la place de la République, une énième altercation a opposé les hippies qui y sont installés aux chasseurs et agriculteurs locaux. On a évité le massacre à la tronçonneuse mais ça a fumé au propre et au figuré. Monsieur le Maire et la gendarmette de service furent eux aussi pris dans la bagarre sous l'œil goguenard des anciens du village installés aux premières loges. Le calme à peine revenu, voilà que débarque un prêtre Maya (de Beille ?) qui escalade le pic (1230 mètres) et tel Moïse sur le Sinaï se lance dans un prêche assez décousu (comme sa chasuble) et informe la population de l'arrivée prochaine de la fin du monde, le 21 décembre 2012 à minuit ce qui provoque les huées de la foule.

Ni jeune, ni à jeun

N'étant ni très jeune ni à jeun il délire sur la journée de la femme, annonce qu'elles vont diriger le monde pendant 13 000 ans, les exhorte à faire l'amour, pas la guerre et s'attire de ce fait la sympathie de la moitié de la population. Survient alors un deuxième avatar car des entrailles de la montagne sort une soucoupe pétaradante conduite par Avatar : le vrai qui transporte un individu ressemblant à s'y méprendre à la Denrée du film « La soupe aux choux » ce qui explique les bruits incongrus du vaisseau céleste arrivé semble-t-il en avance. Le Glaude et le Bombée locaux se lancèrent alors dans la reconstitution de « Guerre et pets » au grand ravissement de l'assistance. Tout cela n'est pas bien sérieux bien sûr et cette bande des Anciens a su traiter ce jour de mardi gras un sujet sérieux avec beaucoup d'humour en espérant que cette parodie événementielle fera sourire les habitants de Bugarach, très perturbés depuis quelques mois. Les applaudissements du public très nombreux malgré l'heure tardive étaient amplement mérités.

 

04/05/2011

Le Midi-Libre

 


 

Aude Dernier rescapé de la fin du monde, Bugarach a sa carte postale

Midilibre.fr
04/05/2011, 13 h 54
Le village prend son statut à la dérision.
Le village prend son statut à la dérision. (Photo L'Indépendant)

Le village de Bugarach, que certaines prédictions et sites occultes annoncent comme l'un des seuls rescapés de la fin du monde, semble vouloir prendre en dérision sa renommée grandissante. L'Indépendant présente aujourd'hui la carte postale éditée avec le soutien du maire Jean-Pierre Delord.

"Histoire de bien faire rigoler tout le monde avec ce délire de fin du monde prévu le 21 décembre 2012, nous avons fait éditer une carte postale représentant le pic de Bugarach. Sur le côté, on voit une soucoupe volante surplombant la montagne et au dos de la carte, on peut lire que la photo est signée... David Vincent" (le héros de la série "Les Envahisseurs"), explique l'élu à nos confrères.

L'Indépendant rapporte également qu'une équipe de tournage japonaise est venue tourner un film à Bugarach, avec Jean-Pierre Delord dans son propre rôle.

Commenter cet article

Archives

Articles récents