Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

C'est la crise: Les généreuses primes de cabinet du gouvernement Ayrault en 2013

Publié par wikistrike.com sur 14 Avril 2014, 09:21am

Catégories : #Politique intérieure

Les généreuses primes de cabinet du gouvernement Ayrault en 2013

Ils ont taxé les français, ils se partagent 12 millions


 

PHO7ec93bb8-c334-11e3-8bac-3f595115824c-805x453.jpg449 membres des équipes ministérielles se sont réparti 12 millions d'euros de façon très inégale. Douze écuries dont celles de Filippetti ou Lebranchu étaient mieux traitées que la garde rapprochée du premier ministre.

Qu'ont en commun Aurélie FilippettiManuel Valls, Cécile Duflot, Marylise Lebranchu, Bernard ­Cazeneuve, Vincent Peillon ou Fleur ­Pellerin? Ils ont alloué l'an dernier à leurs équipes des primes plus élevées que celles accordées par Jean-Marc Ayrault à sa propre garde rapprochée à Matignon.

Parmi les 565 membres des cabinets du gouvernement Ayrault déclarés au 1er août 2013, 449 très précisément se sont répartis l'an dernier plus de 12 millions d'euros de «primes de cabinet», des rémunérations aujourd'hui officialisées, mais sur lesquelles continue de régner une certaine opacité. Les ministres les plus généreux ont distribué par collaborateur plus de 3500 euros mensuels (soit 42.000 euros par an) de revenus bruts complémentaires. Plus de deux smics par mois, en somme. En plus du salaire donc. Et il ne s'agit là que d'une moyenne.

Le premier ministre, pour sa part, consentait un peu plus de 2700 euros par mois et par personne en moyenne (soit 33.000 euros par an). C'est ce que révèlent les 100 pages de tableaux du dernier «jaune budgétaire» annexé au projet de loi de finances 2014 sur les «personnels affectés dans les cabinets ministériels». Un document aride et visiblement négligé, que Le Figaro a décortiqué pour tenter de comprendre qui a touché combien en gratifications l'an dernier.

À l'heure où le nouveau chef du gouvernement, Manuel Valls, dit vouloir traquer l'embonpoint dans les budgets de l'État, notre palmarès des primes ministérielles témoigne que la République sait, pour le moins, récompenser ses serviteurs. Pour éviter toute confusion, nous avons pris le parti de ne détailler que les indemnités des équipes politiques qui composent les ministères. Nous avons volontairement écarté les personnels de cabinet chargés des «fonctions de support», tels les gardes du corps, chauffeurs, secrétaires, cuisiniers, serveurs, maîtres d'hôtel, femmes de chambre, qui représentent environ 2500 personnes, et dont les primes oscillent individuellement entre 200 et 500 euros par mois.

Pour compenser les servitudes de la fonction

«Indemnité pour sujétions particulières» (ISP). C'est sous ce vocable pudique que l'administration qualifie les enveloppes qui se distribuaient autrefois de la main à la main et que Lionel Jospin, dès 2001, a souhaité intégrer dans les fiches de paie des collaborateurs de ministres. Ces bonus sont accordés en principe pour compenser les servitudes de la fonction. Avec 42.000 euros de complément de revenu annuel par personne, c'est donc à la Décentralisation, chez Anne-Marie ­Escoffier, pourtant simple ministre déléguée, que les membres de cabinet étaient les mieux lotis en 2013. Une situation enviable qu'ils partageaient avec l'écurie Filippetti, qui arrive en deuxième place, à équivalence de primes. Un «fromage» la Culture? Le ministère qui défend bec et ongles les intermittents du spectacle ne s'est pas oublié.

La médaille de bronze échoit au cabinet de la discrète Sylvia Pinel, qui officiait au ministère de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, versant 40.000 euros de primes annuelles en moyenne à huit des treize collaborateurs déclarés dans les documents budgétaires.

Surprise: l'équipe de Nicole Bricq, ­cette ministre du Commerce qui fit polémique en clouant au pilori la cuisine de l'Élysée lors de la récente visite du président chinois à Paris, entre dans le «top 10» des ministères où l'on était mieux traité qu'à Matignon. Sa garde rapprochée a perçu en 2013 plus de 34.000 euros brut de prime par personne. «Pas si “dégueulasse” que ça la cuisine ministé­rielle», ironise un préfet qui a bien connu cette oubliée du nouveau gouvernement.

Christiane Taubira, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marisol Touraine, Jean-Yves Le Drian, Najat Vallaud-Belkacem ou Stéphane Le Foll ont su, pour leur part, selon un haut fonctionnaire de Bercy, «rester dans les clous», ne lâchant guère plus de 2200 euros de primes par mois à leurs troupes en moyenne.

Les ministres les moins généreux ou les moins bien dotés étaient aux Anciens combattants ou aux Personnes handicapées, avec 1000 euros mensuels par collaborateur. Et c'est Michel Sapin qui ­ferme le bal, avec une modeste rallonge de 670 euros brut mensuels pour les siens, quand il sévissait au ministère du Travail. À croire que sa propension à tenir serrés les cordons de la bourse le ­pré­disposait à occuper sous Valls les ­Fi­nan­ces et les Comptes publics.

Source


Commenter cet article

Archives

Articles récents